•  

    Les Mémoires de l’abbé Remaud, 6° partie…

     

     

    La Vendée Historique, N° 67, 5 octobre 1899.

     

    Je revins à Maché pour y jouir en paix de calme que je commençais à goûter. Il ne devait pas être de longue durée. De toutes parts, les nuages s’amoncelaient sur ma tête ; l’horizon politique s’était obscurci, la journée du 18 fructidor eut lieu. Il fallut songer à la retraite et me cacher de nouveau.

    J’allai passer un jour dans ma famille pour savoir ce que mon fère, curé de Chavagnes, allait devenir. J’en partis heureusement à temps, car le général de brigade Gr…y, qui commandait à Montaigu, le même qui, deux mois auparavant, m’avait mis en liberté, envoya deux cent cinquante hommes pour m’arrêter avec mon frère.

    Je fus informé de suite de cette mesure atroce ; je partis dans la nuit pour retourner à Nantes, où j’avais plus de moyens de me cacher que dans la campagne. J’y arrivai sans accident, après avoir couru les plus grands dangers le long de la route, et surtout en passant au poste de Pont-Rousseau, où mon signalement était vraisemblablement donné.

    Ce serait ici le lieu de parler de la frayeur qui se répandit dans les villes après la trop fameuse journée du 18 fructidor. La France fut terrifiée une seconde fois ; mais cet évènement tient à l’histoire générale de la révolution, et je n’écris que ma vie particulière.

    Une fois de retour à Nantes, je me procurai, par le moyen de connaissances que j’avais, une pension sûre. On me donna un logement où j’avais besoin de lumière même en plein jour ; mais je passais facilement sur ces désagréments, parce qu’il y avait près de moi une cache qui n’avait pas été découverte jusqu’alors, malgré les fouilles qu’on y avait faites.

    Il m’en coûtait fort cher dans cette nouvelle pension (Ma pension était de cent francs par mois ; on ne se fait pas l’idée de ce qu’il en coûtait à Nantes, pour vivre caché, surtout dans les maisons sûres). Je sentais l’impossibilité de pouvoir soutenir longtemps la dépense que j’étais obligé d’y faire. Mlle M…… se décida à mettre le comble à ses généreux procédés en venant elle-même habiter la ville avec une de ses tantes et sa cousine qui tenaient déjà leur ménage à Nantes. Après avoir passé environ trois mois dans mon obscure retraite, je pus me réunir de nouveau à Mlle M….. et à ses parents. Si on pouvait être heureux quand on a continuellement suspendu un glaive prêt à frapper, et qu’on éprouve sans cesse des inquiétudes pour soi et les personnes qui veillent à votre sûreté, je l’aurais été sans doute. Rien ne manquait au besoin de ma vie, on me prodiguait avec bonté tous les soins imaginables.

    J’ai passé plusieurs mois sans courir des dangers bien menaçants ; mais ma solitude fut bientôt soupçonnée, et mes alarmes devinrent plus vives ; elles furent journalières. Je ne tardai pas à devenir un nouveau sujet d’inquiétudes pour le gouvernement. De nouvelles mesures de rigueur furent prises contre moi : par un arrêté du Directoire du 6 octobre de l’an 6, je condamné individuellement à la déportation comme brigand insoumis et prêtre réfractaire (ce son les propres expressions du Directoire consignées sur les registres du département de la Loire-Inférieure).

    Je fus instruit de suite de ces nouvelles mesures de rigueur prises contre moi : il me fallut prendre de nouvelles précautions pour ma sûreté ; elles furent insuffisantes pour empêcher l’administration de découvrir mon domicile. On vint faire, à trois heures du matin, des visites domiciliaires dans la maison où j’étais. Heureusement que j’eus le temps de me sauver dans une cache que j’avais fait pratiquer ; mais les personnes qui demeuraient avec moi furent horriblement épouvantées.

    Cette première visite, faite par la gendarmerie, et à laquelle j’avais échappé, ne me laissa plus de repos ; j’en avais d’autant moins qu’on punissait très sévèrement les personnes chez qui on trouvait des prêtres cachés. Je craignais pour mes amis, pour mes bienfaiteurs, plus que pour moi-même, car j’étais si persécuté que la vie n’avait plus pour moi de charmes.

    Je passai quelque temps assez tranquille, aux frayeurs près que j’éprouvai nuit et jour. Je gardais sévèrement ma solitude, je ne voyais jamais personne ; mes précautions ne désarmaient point mes ennemis. Une seconde visite eut lieu dans mon domicile ; faite par les agents de la municipalité, elle fut moins sévère que la première. J’avais déjà prévenu qu’on devait rechercher des prêtres, je me sauvai dans ma cache.

    Voyant l’opiniâtreté de mes ennemis, après en avoir conféré avec des personnes éclairées, je pris la résolution de m’éloigner de Nantes, où l’on me cherchait avec rigueur. Je formai le dessein de me rendre à Paris. Mlle de M….. emprunta de l’argent pour m’en faciliter les moyens. Un commis de la municipalité, qui paraissait bien disposé pour moi avait promis de me procurer des passe-ports pour me rendre dans la capitale ; je lui fis donner deux louis ; j’en fus quitte pour perdre mon argent, je n’obtins point de passe-port. Il me fallut rester dans ma retraite, où je courais charque jour de nouveaux dangers.

    J’en éprouvai bientôt un plus grand que tous ceux qui m’avaient menacé jusqu’alors. Le jour de la Pentecôte, à trois heures du matin, je fus éveillé par la société de ma chambre. C’étaient vingt-deux gendarmes qui entouraient ma retraite, et qui demandaient à entrer précipitamment. Je n’eus pas le temps de m’habiller ; il fallut me sauver sans précautions dans ma cache. On trouva des habillements d’homme dans ma chambre, ce qui pensa me perdre. On mit un acharnement à me rechercher qui tenait de la fureur. J’entendais, à chaque instant, qu’on disait qu’on était sûr qu’il y avait un prêtre caché dans cette maison. Les armes que montraient sans cesse les gendarmes avaient jeté l’épouvante dans l’âme des personnes avec qui je demeurais. Enfin, après deux heures de saisissement et de craintes, je fus délivré de la présence de la force armée, et je bénis la Providence qui m’avait si souvent sauvé du danger.

    J’apprenais chaque jour que quelques de mes malheureux camarades, qui prenaient les mêmes précautions que moi, étaient arrêtés et conduits à Rochefort. Je ne dois pas passer sous silence une anecdote, qui eut lieu le même jour où je fus si rigoureusement recherché.

    Le commandant de la gendarmerie, chargé de faire la fouille chez moi, perdit dans la grande rue de Nantes l’ordre qu’il avait de m’arrêter, qui contenait mon signalement. Cet ordre fut apporté aux personnes qui vieillaient à ma conservation par un émigré honnête et sensible, qui passait lui-même pour mort dans la société, et qui allait à Nantes donner des leçons dans différentes maisons. Je lui fis porter, par mes amis, l’assurance de ma reconnaissance éternelle. Ce bienfait ne sortira jamais de ma mémoire. J’appris avec douleur que cet individu était lui-même fort à plaindre, et qu’il n’existait que du fruit de ses leçons. Il faut avouer qu’il y a des hommes qui sont destinés sur la terre à éprouver des revers de bien des genres. Partout à Nantes, les audacieux, les méchants se montraient avec sûreté et une sorte d’orgueil ; presque tous les hônnetes gens vivaient pauvrement et dans la solitude.

    Quand l’évènement qui m’avait causé tant d’alarmes fut passé, je m’occupai sérieusement à chercher un autre domicile. Je ne pouvais tenir plus longtemps dans ma solitude ; presque tout le monde qui habitait la même maison que moi avait plus ou moins connaissance qu’il y avait un prêtre caché parmi eux. Ma santé, d’ailleurs, souffrait de ma longue solitude : j’étais devenu d’une épaisseur énorme ; je ne prenais jamais l’air.

     

     

    Abbé Remaud

     

    (A suivre)

     

     

    Les Mémoires de l'abbé Remaud, 6° partie....

      


    votre commentaire
  • 1832, état d'esprit du Vendéen et légitimité

     

     

          

     1832, suite.... 1793-1796, 1799, 1815, 1832... Cette longue période de guerre civile « a engendré toutes espèces de crimes et d'horreurs. Quand les passions humaines sont déchaînées, elles transforment les hommes en véritables sauvages ; ce qui faisait dire à un officier républicain employé dans les armées de l'Ouest :

     

      « J'ai lu tous les livres où les horreurs de la République sont racontées : eh bien ! Je vous le déclare, tout ce qu'on a écrit n'est rien. J'en ai vu, moi seul, cent fois plus. »

     

      C'est dire que les atrocités commises en Vendée dépassent l'imagination.

     

      « En juin 1832, Athanase de Charette* ex-colonel de cuirassiers et ex-pair de France, était jeune encore, et plein des idées chevaleresques de sa race, il brûlait de se rendre digne du nom qu'avait immortalisé son oncle et que son frère Ludovic avait si dignement soutenu en 1815.

     

    *Il était fils de Charette aîné, frère du général, et par conséquent neveu du héros vendéen. Il naquit à Nantes le 14 janvier 1796. Il fut tenu sur les fonts du baptême par le comte d'Artois, depuis Charles X. Il fut placé avec son frère Louis, tué en 1815, dans les gardes du Roi en 1814 (Pascallet, p.25).

     

      Energique et tenace dans ses idées, il était profondément dévoué à la duchesse de Berry et à son fils. Pour enflammer d'ardeur les officiers vendéens, il leur annonça que madame allait se rendre en Vendée et marcher à leur tête. Cette communication ne permit plus, même aux plus pusillanimes, de faire la moindre objection, leur honneur était en jeu, ils ne voulurent pas y faire défaut, malgré l'insuccès qu'ils prévoyaient.

     

      En effet, beaucoup étaient convaincus que le soulèvement de la Vendée, dans les circonstances actuelles, était inopportun et n'amènerait que des catastrophes. La Vendée n'avait plus la foi politique et l'élan d'autrefois. Un grand nombre de fils et des petits-fils des vétérans de l'ancienne guerre n'étaient plus dans les sentiments de leurs vieux pères. Egarés par la propagande révolutionnaire et découragés par l'ingratitude de la Restauration, ils avaient embrassé le parti de la Révolution. Ceux qui étaient restés franchement Royalistes se demandaient même, avant d'agir, si tous les moyens d'action avaient bien été sérieusement ordonnés. Les prêtres, quoique sympathiques à un soulèvement bien préparé et ayant des chances de succès, n'y donnaient leur adhésion, pour la plupart, que discrètement. Beaucoup manifestaient même de vives craintes sur le résultat définitif. Pour entraîner ceux qui paraissaient hésiter, on fit circuler le bruit que le Midi, le Maine et la Bretagne allaient se soulever en masse, que vingt deux régiments de ligne étaient gagnés à la cause royaliste, que les cours étrangères favoriseraient activement une levée de boucliers et qu'elles allaient déclarer la guerre à l'usurpateur. Ces communications confidentielles données avec un ton de conviction profonde finirent par faire disparaître les inquiétudes chez un grand nombre. »

     

      Nous connaissons la suite, ce fut un échec cuisant. Le gouvernement de Louis Philippe usa d'une certaine clémence envers la duchesse de Berry, mais il reporta toute sa rigueur envers ceux qui avait secondé les projets de l'exilée. Les têtes des chefs légitimistes furent mises à prix.

      Pour terminer et aiguiser votre curiosité, il semblerait intéressant de revenir sur la mission confiée par le roi Charles X à Monsieur de la Rochejaquelein, en juillet 1830.

      En effet, « Retiré au château de Rambouillet, un roi de France attend avec anxiété les nouvelles de Paris : la Monarchie vacille, les combattants s'avancent, le sang va couler.

      Le Roi, cependant à 12000 soldats fidèles qui peuvent vaincre ces parisiens révoltés, mais Charles X (nous sommes en juillet 1830) Charles X hésite, n'ordonne rien, ne répond pas aux demandes : le Roi attend.

      Il a envoyé un officier, Monsieur de la Rochejaquelein, à Gallardon, près de Chartres ; celui-ci doit consulter un paysan, Martin. De sa réponse dépend le sort de la France. La Rochejaquelein revient à Rambouillet dans la nuit.

      Martin a répondu : « Charles X ne régnera plus – il doit sortir de France au plus vite – il mourra à l'étranger ainsi que son fils Angoulême – ils ne reverront jamais la France – le petit-fils du Roi ne sera pas roi. » – Charles X écoute le message ; il se résigne tristement et il signe son abdication ainsi que son fils Angoulême. Et puis, tous deux partent pour l'exil...

      Qui est donc ce Martin, ce paysan, qui a prédit l'avenir de la famille royale, convaincu le Roi et changé ainsi le sort de la France ? 

      Dieu avait donc d'autres projets pour notre Pays, les jeux étaient faits, 1832 fut la suite de l'événement de 1830...

     

     

     

    Sources: Histoire de la Guerre de la Vendée – Abbé Deniau, Tome VI, pages 92,547,548. - Martin, le Paysan visionnaire du village de Gallardon, page 1 Préambule, de Noëlle Destremau.- Photo de l'auteur, Saint-Florent-le-Vieil, la colonne de la duchesse d'Angoulême..

                                                        

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets 

     

    1832, suite....


    votre commentaire
  •  

    Veillée des Amis du Pont-Paillat à Terves…

     

     

    Tout le monde connaît le principe d’une veillée vendéenne qui consiste à se retrouver entre amis et voisins autour du feu pour raconter des histoires, chanter, voire même danser dans certains cas. Les Amis du Pont-Paillat tiennent à cette tradition comme personne et chez nous, que fait-on ? Eh bien, on raconte des histoires… de Guerres de Vendée et du temps jadis. Après déjà deux veillées aux Epesses, une à Saint-Mesmin, voilà que Christophe, l’un de nos membres, proposait une soirée dans son logis du « Vieux-Beaurepaire », à Terves, aux portes de Bressuire.

    Le rendez-vous était fixé pour 19 h 30 hier soir et les voitures commençaient à affluer dans la cour de notre ami. Une fois tout le monde arrivé, Christophe referma les lourds vantaux du porche d’entrée et nous fûmes reçus dans le grand salon où trône l’immense cheminée du XVI° siècle. C’est là que nous avons pu l’entendre raconter l’histoire de la demeure depuis l’an 1350 jusqu’à aujourd’hui, de la famille de la Forest aux d’Appelvoisin, Tiercelin de Rancé, de Foudras, Lezay-Lusignan, de Gibot, jusqu’à lui-même et sa sympathique épouse Cécile. Nous apprîmes ainsi que les caves du château avaient servi de cachette au curé Pierre Proust, de Terves. De la suie au plafond, rappelle encore que des hommes ont évolué ici, la torche à la main, à la recherche de quelque chose ou de quelqu’un… Reste le mystère de « la Tour du Chouan », dans la partie la plus ancienne des constructions, où un vendéen aurait été enfermé.

    Véillée des Amis du Pont-Paillat à Terves....

    Véillée des Amis du Pont-Paillat à Terves....

    Véillée des Amis du Pont-Paillat à Terves....

    Véillée des Amis du Pont-Paillat à Terves....

     

    Il y avait là des têtes connues : Xavier Paquereau, qui alimente ce blog très régulièrement, Angélique, notre amie boisméenne, spécialiste « mondiale » de son village, le désormais célèbre romancier Armand Bérard (allias Arnaud), Geneviève, Jordan, la famille Deborde, la très sympathique et très motivée Anne-Dauphine et bien entendu notre Nicolas, du blog Vendéens et Chouans (et accessoirement rédacteur en chef de la revue du Souvenir Vendéen)  particulièrement déridé hier soir.

    Véillée des Amis du Pont-Paillat à Terves....

    Véillée des Amis du Pont-Paillat à Terves....

     

    Après l’évocation de l’affaire des Moulins de Cornet à la Saint-Louis 1792, j’eus l’honneur de commencer la première histoire de la soirée avec un récit totalement méconnu du combat de Boismé du 18 avril 1794, lorsque les gars de Marigny réussirent à écraser une colonne infernale au Bouchaud. Combat, sur lequel, nous revenons encore, grâce aux précisions de Christophe et au témoignage de Jacques Martineau, combattant vendéen de Terves (portraituré par Louise de La Rochejaquelein dans l’album dit « Chauvelin », 1826).       De fil en aiguille (clin d’œil à Anne-Dauphine), la soirée s’écoula, si vite qu’encore une fois, nous n’eûmes pas le temps de raconter tout ce que ce petit pays Bressuirais recèle comme histoire mystérieuse ou terrible au cours de ce passé qui nous est si cher. La veillée arrivait à son terme et il était inévitable que les conversations glissent petit à petit sur des sujets plus politiques.

     

     Puis vint l’heure de rentrer au bercail, certains sur la Vendée départementale, d’autres sur Nantes…

    Un grand, très grand merci à Christophe et à sa famille pour cet accueil. Une petite notice sur ce magnifique logis sera publiée d’ici quelques jours sur ce blog.

     

    RL

    Mai 2017

     

    Le compte-rendu de Nicolas ici.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Les chroniques de Jacques Chauvet, N° 25…

     


    votre commentaire
  •                            

    1832, la dernière guerre de Vendée...

     

     

     

           

     1832, la dernière Guerre de Vendée.... « La prise d'armes de 1832 compromit des hommes généreux qui s'armèrent la plupart pour ne pas forfaire au blason de leur famille, mais généralement avec la conviction qu'ils couraient à une défaite certaine »

     

      Mais qu'était devenue la Vendée en 1832 ?

     

      En 1789, on peut affirmer qu'un vertige criminel effroyable s'était emparé de la France révolutionnaire, ce mystère ne peut trouver son explication que dans un ordre d'une nature étrangère à l'intelligence humaine.

     

      « Il y a dans la Révolution française un caractère satanique qui la distingue de tout ce qu'on a vu et peut-être de tout ce qu'on verra. »

     « Cette Révolution est radicalement mauvaise, aucun élément de bien n'y soulage l'oeil de l'observateur : c'est le plus haut degré de corruption connu, c'est la pure impureté. », disait  Joseph de Maistre.

     

      Cet ordre étranger, de nature démoniaque a engendré la République-Maçonnique et ses ''Droits de l'Homme'', il a corrompu tous les esprits et en quarante années a rendu ''l'esprit vendéen'' méconnaissable. Voici ce que nous dit Monsieur l'Abbé Deniau dans la conclusion de  son ''Histoire de la Guerre de la Vendée'' en 1878.

     

      « Mais alors, qu'était la Vendée ? Tant que les vétérans de la lutte de 1793 ont vécu, les nobles sentiments qui les ont illustrés y resplendissaient toujours. Chez leurs fils ces sentiments bien qu'attiédis s'y retrouvaient encore. Mais chez leurs petits-fils qu'en est-il demeuré ? Où trouver parmi eux de vrais légitimistes ? On peut les compter. Ont-ils mieux conservé leur foi religieuse que leur foi politique  ? Il y a sans nul doute parmi eux des hommes d'une vive foi, des âmes d'élite : leurs associations pieuses, leurs pèlerinages le proclament. Mais le grand nombre, sous le point de vue religieux, qu'est-il devenu ? Ils remplissent encore extérieurement leurs stricts devoirs envers Dieu. Combien qui ne l'honorent que du bout des lèvres ? Qu'est devenu leur respect et leur soumission envers leurs anciens seigneurs, leur vénération envers leurs prêtres ? Les nobles et les prêtres sont désormais pour beaucoup des hommes ennemis, du moins des hommes qui ne jouissent plus de toute leur confiance. Qu'avons-nous vu en 1870 ? Que répétait-ton alors journellement de bouche en bouche ? Que les nobles et les prêtres étaient cause de la guerre.

      Un jour, pourra-t-on croire que nos populations prétendaient que c'étaient les nobles et les prêtres qui avaient fait venir en France les Prussiens, qu'ils leurs faisaient passer des sommes fabuleuses, qu'ils voulaient l'extermination de leurs enfants et qu'ils cherchaient à rétablir la dîme et tous les anciens droits féodaux ? Pourra-t-on se figurer qu'aucun raisonnement ne pouvait les dissuader de pareilles inepties ? Voilà pourtant ce que nous avons vu de nos yeux, entendu de nos oreilles pendant plusieurs années consécutives. O Vendéens ! Après avoir tenu en si haute estime vos prêtres et vos seigneurs, comment êtes-vous tombés dans une aberration aussi déplorable et vous êtes-vous fait, sans le savoir, les échos trop retentissants de la Franc-maçonnerie ! Oui, victimes de fausses doctrines, des diatribes incessantes des journaux révolutionnaires contre la monarchie héréditaire et de la propagande impie qui a juré la destruction de votre foi, vous prêtez l'oreille, hélas à ces faux docteurs qui, sous le mirage de l'indépendance et du bien-être, vous faisaient espérer une paix et un bonheur chimérique.

     

      Quand serez-vous désillusionnés et quand reverra-t-on briller sur vos fronts l'auréole de la piété, du respect et du dévouement qui firent autrefois l'honneur et la gloire de vos aïeux ? Qu'un souffle d'en haut vous accorde cette divine faveur ! Et un jour, il faut l'espérer, votre cri de guerre sera encore : « DIEU ET LE ROI ! »

     

      Et pour conclure  : « Chaque goutte du sang de Louis XVI en coûtera des torrents à la France » (Joseph de Maistre).

     

     

    Sources: Histoire de la Guerre de la Vendée – Abbé Deniau, Tome VI, pages 772.– Considérations sur la France de Joseph de Maistre, ch II, IV (1795) - Photo de Jacques Chauvet.

                                                              

     

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets. 


    votre commentaire