• Troubles à Montravers....

    Troubles à Montravers... 

     

    Deux lettres retrouvées aux archives départementales concernant Montravers.

    Tout d’abord une lettre du ministre (en personne) de la police à l’administration centrale du département des Deux-Sèvres : 

      

    « Le 24 prairial an VI (mardi 12 juin 1798). (1)

      

    Des avis officiels m’annoncent, citoyens que plusieurs communes de votre département sont infestées de brigands et de prêtres réfractaires ; que notamment le canton de Cerisay en renferme un grand nombre ; on m’assure que dernièrement l’agent municipal de Montravers à rencontré à peu de distance de cette commune un prêtre réfractaire portant un crucifix et marchant à la tête d’un convoi funèbre accompagné de ses sectaires, et que la prudence seule l’a empêché de s’opposer à cette infraction à la loi. Je vous charge de prendre les renseignements les plus positifs sur tous ces faits, de faire arrêter tous ces prêtres réfractaires et traduire au tribunal de police correctionnel celui qui est contrevenu à la loi du 7 vendémiaire an 4 (mardi 29 septembre 1795) sur la police des cultes. Vous me rendré (sic) compte du résultat des mesures que vous aurez prises à cet effet. »

     

    Une autre lettre concernant des hommes qui appartiennent vraissemblablement à la « Bande de Vrignault ». Des hommes qui ont souvent tout perdu, femme, enfants, parents, maisons, bestiaux et moyens de subsistances et qui vont se servir chez les notables républicains. Imaginez-vous bien qu’à ce stade, les « pardons » sont terminés depuis longtemps. Elle émane du 5ème bureau de l’administration centrale du département des Deux-Sèvres, datée du 2 brumaire an VI (lundi 23 octobre 1797) (2), et adressée à l’accusateur public près le tribunal criminel du département des Deux-Sèvres  

    « Nous sommes informés que dans la commune de Montravers du canton de Cerizay, cinq individus se sont, pendant la nuit, introduits dans une maison où ils ont volé et  maltraité une fille domestique.

    D’après les renseignements qui nous sont parvenus on croit que ces cinq scélérats sont de la Chapelle-Saint-Laurent, qu’un d’eux se nomme Gaboriau, garçon meunier, un second Bitton, et un troisième Camion ( ?, illisible) dit « l’Enfer ». Les deux autres paroissent (sic) avoir un nom supposé, et se font nommer l’un Guerre Civile et l’autre Sans Terre.

    Nous recommandons, citoyens, à votre vigilance la poursuite des auteurs de ce vol ; sur lequel nous ne pouvons vous donner à présent d’autres renseignements.

    Nous recueillerons avec soin tous ceux qui nous parviendront et nous les transmettrons avec exactitude. »

      

    RL 

    Juillet 2012 

    Notes :  

      

    (1)  ADDS, L 93. 

    (2) ADDS, L 73, reg. In f°, N° 134. 

      

      

    Troubles à Montravers....

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :