• Un témoignage glaçant sur le deuxième cimetière de Cerizay....

     

    Un témoignage glaçant sur le deuxième cimetière de Cerizay...

     

     

    Nous avons vu ici l’histoire des trois principaux cimetières de Cerizay et d’un probable quatrième lieu de sépulture à Beauchêne. On sait grâce à Constant Vaillant (1) de quelle manière fut démantelé le premier cimetière entourant l’église et datant de l’époque mérovingienne. Des squelettes au demeurant bien conservés dans des sarcophages de pierre coquillière, empilés jusqu’à une profondeur de trois mètres ; des centaines de sépultures, portant encore pour certaines des glaives et des boucles de métal, parmi d’autres restes enterrés à même la terre. Les moyens d’aujourd’hui n’auraient probablement pas permis le véritable gâchis archéologique qui se produisit en ces années 1889 et 1890 mais hélas, le mal est fait et l’on ne sait ce que sont devenus ces trésors historiques.

    Sans doute le deuxième cimetière établi entre le Moyen Age et l’année de son démantèlement en 1923 présentait moins d’intérêt mais j’ai pu recueillir il y a quelque temps le témoignage d’une ancienne habitante de Cerizay qui raconte ceci :

     

    J’ai habité la maison qui se trouve dans l’angle de la rue des Voûtes et de la rue de Pas des Pierres. J’ai vu cette maison se construire vers 1956... Quand ils ont creusé les fondations, beaucoup d’ossements de chapelets ont été déterrés et regroupés dans un grand coffre en bois qui se trouvait dans le grand hangar face à la maison de mon père. Ô comble de l’horreur ! Mon frère et moi prenions les perles de chapelets pour en faire des colliers... Pire, on a joué aux boules avec les têtes de morts. Je me souviens d’une tête qui avait encore de la peau sèche avec de longs cheveux blancs. Un soir que nous étions entrain de dîner, j’ai expliqué qu’on avait trouvé des boules très pratiques car elles avaient des trous pour mettre nos doigts (les orbites).

    Je devais avoir trois ou quatre ans mais je me souviens très bien de l’air horrifié de ma mère.

    Nous avons eu droit à « la bassine ». A l’époque nous n’avions pas de baignoire.

     

    Décidément, l’histoire des cimetières de Cerizay s’avère particulièrement passionnante et nous n’en avons sûrement pas terminé avec ce thème...

    RL

    Février 2021

     

    Illustration (pour faire joli) tirée du site internet du photographe Bruno de Hogues. Exhumations dans un cimetière des Hauts-de-Seine en 1981.

    Un témoignage glaçant sur le deuxième cimetière de Cerizay....

     

    Note :

    (1) « Cerizay Ville Historique et Martyre », 1981, tome 2, p. 94 et s.

     

     

     

     


  • Commentaires

    2
    jacques
    Mardi 18 Mai à 18:14

    Il semble que jouer aux boules avec les crânes soit un reflexe local :-)  Vu lors des travaux de drainage de l'eglise du Vieux Pouzauges dans les années 60. 

    1
    Alain TEXIER
    Mercredi 10 Février à 21:30

    "Pour faire joli '...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :