• Un hommage à nos anciens. (23 novembre 2013)...

     

    Un hommage à nos anciens...

     

     

     

    C'est en comité restreint que nous avons fait une petite promenade vendéenne aujourd'hui. Nous n'allons pas revenir sur le compte-rendu que Nicolas a publié sur le blog des Brigands du Bocage.

     

    Une petite vidéo, afin de montrer aux historiens « parisiens » que l'on ne voit jamais sur le terrain, ce qu'est  un authentique chemin creux, où se sont déroulés des batailles.

     

     

     

     

    Dépôt d'une gerbe sur la tombe de Pierre Chabeauty ( 1774 – 1857), adjudant-major de l'infanterie vendéenne, dans le cimetière de Nueil. Magnifique gerbe offerte par l'association des Brigands du Bocage.

     

     

    Un hommage à nos anciens....

     

     

    Un hommage à nos anciens....

     

    Après la visite de la butte de Château-Gaillard à Mauléon (Châtillon-sur-Sèvre) et avant la visite du musée du BRHAM, nous avons rappelé quelques faits, et notamment la présence d'un charnier qui pourrait contenir les corps de 500 personnes sous la rue de « La Fontaine Noire », suite aux batailles du début octobre 1793.

     

     

    Un hommage à nos anciens....

     

     

    Nous citons Françoise de Chabot (Un canton du Bocage Vendéen..., p.124 et 125), d'après Deniau (Tome IV, p.167, op.cit.). Mêmes sources pour Louis Fruchard (Les Quatre Guerres à Châtillon-sur-Sèvre..., p. 156 et 157).

     

    «  Au carrefour des Quatre Routes, près de l'Hospice, quelques soldats entrent dans une maison, trouvent une jeune femme et son petit enfant, tuent l'un et l'autre, prennent une broche, enfilent le pauvre petit corps, coupent la tête de la mère, traînent son corps mutilé près de la cheminée et lui mettent entre les mains l'horrible brochette.

    Un peu plus loin, un pauvre veillard, Cotillon, accablé par la paralysie, n'a pu se traîner hors de sa maison ; les Bleus arrivent, mettent le feu à sa paillasse et se font un horrible plaisir de le faire brûler à petit feu. Non contents de satisfaire leur cruauté sur lui, ils forcent la femme, les enfants, les voisins du supplicié à assister à son agonie et à entendre les cris épouvantables que la souffrance lui arrache ; puis, quand tout est fini et que le malheureux est consummé, les monstres tournent leur rage contre les assistants et les massacrent impitoyablement à leur tour ; un enfant de neuf ans échappe seul, c'est lui qui raconte le fait. »

     

     

    Nous nous sommes rendus au carrefour en question qui se trouve en haut de la rue de « La Fontaine Noire » pour évoquer ces glorieux faits des soldats d'une prétendue liberté dont on cherchera en vain la teneur exacte...

     

    Nous terminons avec un grand merci à monsieur Le Moing, passionné de Chouannerie et de Vendée qui n'a pas hésité à faire 250 kms depuis son Morbihan pour venir rejoindre notre petite troupe.

     

    RL

    Novembre 2013

     

     

    Un hommage à nos anciens....

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :