• Troubles au château de Pugny (2° partie)....

     

    Troubles au château de Pugny (2° partie)…

     

    Nous poursuivons la publication des correspondances entre le ministre de l’intérieur et les autorités du département de la Vendée à propos de l’insurrection d’août 1792. La liasse concernée des Archives Nationales concernée est toujours la F7 3695/1-10. Dans l’avenir, d’autres dossiers seront exploités d’avoir les vues des administrations des Deux-Sèvres et du Maine-et-Loire sur les événements.

     

    RL

    Septembre 2017

     

     

    Fontenay le 23 août 1792 ; l’an 4° de la liberté

    A M. Roland ministre de l’intérieur

     

    Monsieur,

    Un attroupement considérable de mécontens formé le 19 de ce mois, au cy-devant château de Pugny, district de Châtillon, département des Deux-Sèvres, grossi le lendemain par des circonstances même qui, en d’autres lieux eussent dû le dissiper c’est dire à dire le rassemblement des gardes nationales au bourg de Moncoutant chef lieu de canton, en exécution des la loi du 22 juillet dernier, a commencé à se répandre avant-hier dans plusieurs paroisses de notre département contigües dans cette partie a celui des Deux-Sèvres dès la première nouvelle que nous en reçûmes hier matin, nous prîmes des mesures aussi actives et efficaces que la faiblesse de nos forces pouvait nous le permettre. Sur l’avis qui nous fut donné hier soir que le rassemblement devenait de plus en plus nombreux, nous profitâmes de l’heureuse circonstance du passage de six compagnies des gardes nationales du département de la Loire Inférieure sur notre territoire, pour attaquer cette insurrection avec des grandes forces. Nous ne pouvons encore vous donner des détails plus étendus que ceux que nous ont transmis le directoire du district de la Châteigneraye, son commissaire et celui de la municipalité de celui ( ?) ; détails transcrits dans les deux arrêtés que nous vous adressons quoi que l’insurrection paraisse se propager rapidement, nous avons tout sujet d’espérer que les mesures que nous avons prises ainsi que celles aux quelles le conseil général des Deux-Sèvres à eu recours de son côté et dont il vous aura rendu compte ne tarderont pas à procurer le rétablissement de la tranquillité publique.

    Les administrateurs composant le conseil général permanent du département de la Vendée

    C.J. Et. Girard Président

    Jn Ma Cougnau

    Secrétaire

     

    Troubles au château de Pugny (2° partie)....

     

    En note sur l’entête de la lettre :

    Dire que les nouvelles reçues du département des deux-Sèvres annoncent que les mesures prises par les administrateurs, le courage des citoyens, les secours du départemens voisins étoufferont l’insurrection. Que l’administration de la Vendée servira beaucoup pour le succès et que le ministre ne peut qu’applaudir à la rapidité avec laquelle on a arrêté un incendie qui pourrait faire des progrès allarmans. Qu’il attend des nouvelles ultérieures : qu’il ne peut se dispenser de leur dire un mot du danger qui menace tout la France et qu’il faut des défenseurs si on veut qu’elle reste libre.

     

     

    *****

     

    Du 22 août 1792, l’an 4° de la liberté

    Sur les huit heures du matin le conseil rassemblé un exprès dépêché par le district de la Chateignerayë a reçu sur le bureau un arrêté du conseil de ce district et une lettre du directoire du du 21 de ce mois et de ce matin deux heures, qui annoncent une insurrection qui à éclaté dans les communautés de St Etienne (La Chapelle-Saint-Etienne NDLR), Moncoutant, St Marceau, la Ronde et plusieurs autres et un rassemblement porté à quatre mille hommes au cy-devant château de Pugny département des Deux-Sèvres.

    L’assemblée, le commissaire procureur général-syndic, entendu, voulant s’empresser de concourir au rétablissement de l’ordre et de la paix, dans communautés du département des Deux-Sèvres, où la tranquillité publique est compromise, et à dissiper l’attroupement formé à Pugny a arrêté 1° que Monsieur Fayau commissaire nommé par l’assemblée sera invité a se transporter sur le champ au département des Deux-Sèvres, pour lui offrir le secours de la force publique et de la garde nationale du département de la Vendée ; se concertera a cet effet avec le département des deux-Sèvres et faire la plus prompte diligence, 2° que provisoirement le commandant de la garde nationale sera requis de faire partir a l’instant, soixante hommes de la garde, commandée par un capitaine, un lieutenant, deux sergents, quatre caporaux et un tambour pour se rendre à la Châteigneraye et rester à la réquisition des autorités constitués, soit du département de la Vendée, soit du département, qui seront dans le cas de l’employer pour concourir au rétablissement de la tranquillité publique dans les paroisses du département des Deux-Sèvres où l’insurrection s’est manifesté et pour dissiper l’attroupement formé à Pugny. 3°

    Que le commandant de la gendarmerie nationale de Fontenay sera également requis de faire partir six hommes de la gendarmerie dont trois de la brigade de Fontenay et trois de la brigade d’Oulmes, lesquels se réuniront au détachement de la garde nationale et agiront avec lui d’après les réquisitions des autorités constitués. 4° que le détachement qui marchera recevra attendu la distance des lieux les dépenses qu’il est nécessaire de faire une solde double de celle fixée par la loi ce que pour subvenir aux premières dépenses il sera avancé aux commandant du détachement une somme de six cent livres dont cinq cents livres en assignâts de (illisible) et cent livres en monnaye.

     

    Fait en conseil permanent du département de la Vendée le 22 août 1792 ; l’an 4° de la liberté.

     

    Signés : idem lettre précédente.

     

    Troubles au château de Pugny (2° partie)....

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :