• Troubles à Cerizay en l'an IX....

     

    Le 11 nivôse de l’ an IX, 

    une troupe armée du côté de Cerizay ? 

     

     

     

    Troubles à Cerizay en l'an IX....Sous le Consulat, la Vendée fait toujours l’objet d’une surveillance très serrée…

    Le 1er janvier 1801 (11 nivôse an 9), la gendarmerie de Cerizay est informée qu’une bande de voleurs avait été vue dans les environs. Aussitôt, des fouilles et des patrouilles sont organisées sans résultat. S’agit-il d’une fausse nouvelle ? De royalistes irréductibles ? Des écorcheurs ?

    Après avoir fait buisson creux, la gendarmerie rend compte au Préfet et ce dernier transmet un courrier au Ministre de la Police Générale, dont voici la teneur :

     

    « A Fontenay le Peuple, le 12 Pluviôse, l’an 9 de la République Française, une et Indivisible. 

    Le Préfet du Département de la Vendée,  

    Au Ministre de la Police Général, 

     

    « Citoyen Ministre, 

     

    J’ai pris les informations les plus exactes sur le fait contenue dans votre lettre du 1er de ce mois et dont j’ai eu l’honneur de vous accuser réception le 9 frimaire. 

    La troupe d’hommes armés dont il est question, n’a point pénétré dans le Département de la Vendée : aucun chef de poste, ni commandant de Gendarmerie, n’en a eu connaissance, et certes leur surveillance est telle à cet égard qu’ils l’auraient su et m’en eussent de suite transmis la nouvelle.

    Le chef de la Gendarmerie de la Vendée que j’avais chargé de prendre tous les renseignements possibles ; m’instruit bien que le Citoyen Bernier Brigadier à Cerizay, Département des Deux Sèvres avait été prévenu qu’on avait vu le 11 nivôse une bande de voleurs aux environs du dit Cerizay, que de suite il avait été fait des fouilles et patrouilles par les Brigades de Gendarmerie environnantes ; mais qu’elles n’avaient rien rencontré, ce qui donne à croire que ces brigands s’étaient dispersés. 

    Le même commandant de la Gendarmerie, m’annonce par son rapport de ce jour, qu’il n’a eu l’éveil d’aucun trouble, qu’au contraire tout est parfaitement tranquile dans la Vendée : j’espère, Citoyen Ministre, que cet état de paix et de tranquilité, se maintiendra. Je vous assure que le Gouvernement n’a rien de sérieux à redouter dans ce pays et que même j’espère que les délits les plus ordinaires dans la société y seront maintenant fort rares : je fonde cet espoir sur l’assurance que me donnent tous les maires des différentes communes, que les habitants sont partout tranquiles, occupés à leurs travaux, et plus que jamais éloignés de céder aux insinuations perfides de gens qui voudraient encore ressusciter les troubles. 

    Je ferais tous mes efforts, Citoyen Ministre pour maintenir cet état paisible et même pour l’améliorer encore : c’est l’objet qui excite le plus particulièrement ma sollicitude et ma surveillance.  

     

    Salut et respect. » 

       

     

    Sources : 

     

    . Archives du Département de la Vendée, tous droits réservés –  Correspondances actives du Préfet, 399 lettres – Préfet de la Vendée Merlet  clas 2 Num/ 110/17 – vues 17 et 18/511.  

    . Portrait d’un gendarme d’Ordonnance premier Empire  - 1804-1815 – portrait huile sur bois de chez Bertrand Malvaux, Antiquaire-Expert. - Gendarme en surtout – collection René Van Der Nest n° 177.     

     

     

     X. Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :