• Sortie du 1er février 2015

     

    Sortie du 1er février 2015,

     le compte-rendu...

     

     Comme précédemment annoncé sur ce blog, nous étions un petit groupe d'amis à nous réunir autour de la mémoire des Guerres de Vendée sur l'ancien chemin de Bressuire à Châtillon (Mauléon) pour une petite marche et la découverte ou redécouverte de lieux marqués par l'histoire. Parmi les participants annoncés, on notera la présence de plusieurs figures honorables des chemins creux, telles que Nicolas Delahaye, l'écrivain vendéen Jacques Chauvet, ou encore Xavier Paquereau, membre d'Alliance Royale. Quelques jeunes nous avaient également rejoint et ce fut une agréable surprise de voir arriver Sixte et Jordan, prévenus par Arnaud et qui avaient noté le programme sur "Chemins secrets".

     Lorsque nous avions programmé cette sortie, nous avions plaisanté ensemble sur la présence de neige à cette date. Nos vœux durent être entendus car il neigeait à 6 h 30 du matin. Le fin manteau blanc était toutefois disparu à l'heure de notre rendez-vous à la Croix de Bel-Air entre Le Pin et Nueil-les-Aubiers.

     

     

    Sortie du 1er février 2015

     

    Les présentations faites pour ceux qui ne se connaissaient pas, nous prîmes les voitures jusqu'au Mémorial du Bois des Chèvres pour évoquer les batailles des 3 juillet et 9 octobre 1793.

     

    Sortie du 1er février 2015

    Sortie du 1er février 2015

    Sortie du 1er février 2015

     

    De là, nous revînmes à la Croix de Bel-Air. Il fallut nous chausser de bottes afin d'envisager plus sereinement la suite de nos aventures, à savoir, la descente jusqu'au Pont-Paillat, lieu de combats acharnés entre les vendéens et les républicains et où Poirier de Beauvais avait fait disposer l'artillerie vendéenne pour défendre le chemin de Châtillon. Dans ces dernières centaines de mètres jusqu'au Pont-Paillat, le chemin est à l'identique de celui de 1793 et doté d'ornières particulièrement profondes, rendant la marche difficile pour les novices. On notera notre petit arrêt devant la maison de la Chagnelaie où le vieillard Souchelot fut brûlé vif dans son lit par les républicains le 14 mars 1794. La marche vers le Pont-Paillat fut, disais-je une véritable aventure et au retour nous avons eu la chute de l'un des participants qui en sera quitte pour un passage de son pantalon dans la machine à laver... Je me permets au passage de rappeler encore une fois que nous n'avons pas croisé de grands historiens parisiens spécialistes en exégèse révolutionnaire. S'il y en a qui font l'effort d'aller sur le terrain, c'est loin d'être le cas pour tous et on peut se demander comment l'on peut se dire spécialiste des Guerres de Vendée, sans jamais mettre les pieds sur les lieux concernés...

     

    Sortie du 1er février 2015

    Sortie du 1er février 2015

     

     De retour à nos voitures et après avoir repris des chaussures convenables, notre périple nous fit passer près du village de la Noue-Ronde, lieu du massacre d'une femme par la colonne infernale de Grignon avant de gagner le cimetière ou repose le capitaine de paroisse de Nueil, Pierre Chabeauty. On prendra connaissance de ses états de service ici.

     Un petit bouquet fut déposé par trois jeunes de notre groupe : Sixte, Jordan et Arnaud. Ce sont eux qui représenteront dans l'avenir la mémoire vendéenne. 220 ans plus tôt, Pierre Chabeauty aurait pu être leur ami, lui qui avait pris les armes à 19 ans...

     

    Sortie du 1er février 2015

     

    Sortie du 1er février 2015

     

     

    Il ne fut pas bien long de rejoindre ensuite l'église à pied. Les participants ont pu y découvrir un tableau de la crucifixion daté de 1791, restauré, mais qui porte encore les 22 impacts de balles tirées par les esclaves de la dictature terroriste de Robespierre et des ses acolytes.

     

    Sortie du 1er février 2015

    Sortie du 1er février 2015

     

     Face à ce tableau, un panneau porte les 85 noms des victimes de la révolution à Nueil.

     Le temps nous a manqué pour nous rendre à notre dernier lieu de visite qui était le village de la Fontaine Amère, où une famille entière fut massacrée par la colonne infernale de Grignon. On pourra retrouver quelques éléments décrits ci-dessus dans cet article. Par un curieux hasard, dans la soirée de jeudi dernier, un petit séisme a secoué le Bocage et son épicentre était précisément non loin de la Fontaine Amère...

     La fin de la journée ne fut pas sans un bon café et un peu de brioche à la maison, puis tout le monde se sépara en se promettant de se retrouver bientôt pour de nouvelles aventures. C'est un immense merci que nous offrons à tous pour cette sortie particulièrement réussie et ces moments, tantôt comiques dans la gadoue des chemins, tantôt plus graves devant l'horreur de certains faits passés.

     

     RL

     Février 2015

     

    Le compte-rendu de Nicolas, sur le blog "Vendéens et chouans".

     


  • Commentaires

    1
    xavier
    Lundi 2 Février 2015 à 17:11

    Merci Richard pour cette bonne journée.

    xavier

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :