• Six bons cavaliers....

     

     

                  Six bons cavaliers sauvent Monsieur de la                Bouëre et son épouse...

     

                           

     

     Six bons cavaliers.... Vers la mi-décembre 1794, Madame de la Bouëre et son mari sont réfugiés aux Aulnais-Jagus (Aunès-Jagus) paroisse de la Poitevinière, lorsque la métairie est cernée par les Bleus, … des gendarmes... Ils fouillent la maison, soudain l'un des hommes se mit à dire : «  Sauvons-nous, nous sommes perdus ! »

      « En même temps des cris de : « Vive le Roi » se firent entendre, et six Vendéens armés franchirent la haie qui était en face de la maison. Les gendarmes ne les attendirent pas, leurs pistolets à la main ils se sauvèrent par la porte opposée à celle où était le pataud, et sans remonter à cheval se mirent à fuir à travers champs ; ceux qui revenaient se joignirent à eux, poursuivis tous par les Vendéens.

    Six bons cavaliers....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      J'étais bien résignée à la mort, ne voyant pas de salut, que ce fut tout un renversement d'idées pour moi que ce coup de théâtre. Cette fuite précipitée des gendarmes, ce tumulte, les coups de pistolet de ces derniers, les coups de fusils de nos libérateurs... Je ne pouvais me rendre compte de rien dans l'étourdissement où je me trouvais. M.de la Bouëre me réveilla de cette apathie par ces mots :

      - Sauvez-vous donc bien vite par là !

      Nous sortîmes par la porte abandonnée par le pataud, et en traversant les prés, nous nous rendîmes à un bordage nommé la Grange.

      Pendant ce temps, le chef des Vendéens n'avait pas perdu une seconde pour se mettre à la poursuite des bleus. C'étaient six bons cavaliers qui venaient de repasser la Loire : Véron, de Nevy ; Loiseau, de Trémentine ; Bernier ; Brevet du moulin de la Brisière, paroisse de Sainte-Christine ; Gâté, de la Brosse, et Langevin, tous d'une valeur éprouvée. Ils tuèrent plusieurs gendarmes ; malheureusement, les deux jeunes, qui paraissaient plus humains que les autres furent du nombre ; leur chef et le pataud parvinrent sains et saufs à Jallais. Mais trois ou quatre jours après, les bleus tuèrent ce dernier pour le récompenser de les avoir guidés.

      Les chevaux des gendarmes furent pris par ceux qui nous avaient sauvés ; ils trouvèrent dans la poche d'un des bleus tués des cordes pour nous attacher, et la dénonciation qui leur avait été faite avec les signalements, rien n'avait été oublié... ».

     

      Le premier de ces braves a survécu à toutes les guerres de Vendée. En effet René Véron rédige une demande de pension au Roi le 23 mai 1825.

      René Véron est né et a été baptisé le 8 mai 1772 à Neuvy, il est le fils de Jean Véron, filassier et de Jeanne Malinge. Il épouse à Neuvy le 10 Floréal an 12 (30 avril 1804), Jeanne Lehoreau, âgée de quinze ans, née à Neuvy le 19 mars 1789, fille de René Lehoreau, cultivateur et de Jeanne Bouet. De cette union : deux enfants connus      :

    1° René Véron, né à Neuvy, le 10 germinal an 13.

    2° Germain-Jacques Véron, né à Neuvy, le 1 août 1808.

      En 1793 il rejoint l'Armée Catholique et Royale et sert dans la division de Chemillé, dans le corps de la Cavalerie Royale d'Anjou et Haut-Poitou en qualité de Lieutenant. Ce sera un brillant officier de cavalerie, devenu capitaine, il sera proposé pour recevoir la Légion-d'Honneur.

     

      Voici sa demande pension enregistrée à Neuvy le 24 maÿ 1825 :

     

    « A Monsieur le Préfet du département de Maine et Loire, président de la commission départementale nommée pour faire l'examen des pièces produites par le militaire des armées Royales de l'Ouest.

      Monsieur le Préfet, à l'honneur de vous exposer le nommé Véron René, tisserand, né à Neuvÿ, canton de Chemillé arrondissement de Beaupréau département de Maine et Loire, le huit mai mil sept cent soixante douze demeurant dite commune de Neuvÿ département de Maine et Loire.

     Que depuis et y comprie l'année 1793 jusque ÿ comprie 1815, il a constamment figuré dans les armées Royales Vendéennes division de Chemillé, 1° a servi dans le corps de cavalerie Royale d'Anjou et Haut-Poitou en qualité de lieutenant, de juin 1793 jusque ÿ comprie 1800 et en 1815 reconnu par Monsieur le Comte Charles d'Autichamps, Breveté par lui au grade de capitaine du corps de la cavalerie Roÿal et Vendéenne d'Anjou et Haut-Poitou, lequel à montré un dévouement sans borne à la cause du Roi, a passé Outre-Loire et a assisté a toutes les affaires qui ont été engagées contre les Républicains. Il repassa la Loire en 1794 avec les généraux Stofflet et Rochejaquelin et depuis son retour il a assisté à tous les rassemblements ordonnés par ses chefs a toujours été sur ordre fait en découvert les plus périlieuses et a fait les commissions très utiles au parti du Roi : en un mot il peut comté pour un des plus braves de l'Armée Royaliste de Vendée.

      Comme il le justifie par son état de service, son Brevet de Capitaine et autres pièces autantiques. Confirmation de ses exposé qui sont ci-joint, et qu'il s'est comporté avec honneur et bravoure dans les différentes actions qui ÿ ont eu lieu et pour coopérer à la Restauration de l'Auguste famille des Bourbons, qui a été blessé plusieurs fois, deux coups de sabre à Saumur et reçu une balle à Neuvÿ en 1796 pour lesquels il a déjà reçu de la bienveillance du Roi un secours annuelle de cent francs, un bien insignifiant pour lui donner un moÿen d'existance.

      Pourquoi Monsieur le Préfet, le réclamant vous supplie très humblement de prendre en considération son exemple et de vouloir bien le mêtre sous les yeux de Messieurs les membres composant la Commission du département de Maine et Loire, pour qu'il veuille bien donner son avis favorable de manière à lui faire obtenir une augmentation de pension annalogue a ses faits et services conformément à l'Ordonnance de sa Majesté Royale du vingt neuf décembre mil huit cent vingt quatre qui accordent des bienfaits à tous ceux qui ont servis avec dévouement aux guerres sans fortune.

      Vous rempliré infiniment Monsieur le Préfet, les intentions de notre Auguste Souverain et donneré un moyen d'existance a un sujet qui se glorifie d'avoir comparu et versé son sang dans les rangs des vraÿes Français, guider par lamour de leur Roi et de son Auguste famille. Daigné Monsieur le Préfet agréer l'hommage respectueux de votre très humble et très obéissant serviteur et fidèle Vendéen qui en aura une éternelle reconnaissance ».

     

    A Neuvÿ le 23 mai 1825 ; soussigné René Véron Capitaine.

     

    Six bons cavaliers....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Six bons cavaliers....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     A priori René Véron n'a rien reçu de l'Auguste famille des Bourbons, ni la légion-d'Honneur, ni une arme de récompense, les archives sont muettes sur le sujet ! En espérant qu'il reçut une augmentation de sa pension...

     

      En ce qui concerne ses états de services, il sert de 1793 sans discontinuer jusqu'en 1800, puis 1814-1815 à la Roche-Servière.

      Blessures : Deux coups de sabres à Saumur, une balle à Doué, une balle à Fougère ; Il tue un capitaine de cavalerie Républicain à Challans et prend son cheval. Attaque de Saint-Florent, à cette affaire a sauvé le colonel de cavalerie – Blessé à Neuvy à l'épaule gauche – A servi a toutes les reprises d'armes – Total des services : 16 années.

      « Il demande simplement la confirmation de son grade de capitaine et la pension de retraite attachée à ce grade. Si sa Majesté daignait l'honorer de la croix de la Légion-d'Honneur, cette faveur lui serait bien précieuse, le dédommagerait de ses peines et rappellerait à ses enfants qu'ils sont Vendéens et que leur premier devoir est d'aimer et servir le Roi ».

      « Il n'a que son état de tisserand pour faire subsister deux enfants en bas âge et sa belle mère âgée de 60 ans. Il a perdu dans l'incendie de la Vendée en 1794 son mobilier qui était tout son avoir ».

      « Il a perdu son brevet de lieutenant de la cavalerie de la division de Chemillé, que lui avait donné le Général Stofflet en juin 1794, mais il présente un certificat des anciens chefs existants qui constate sa nomination et l'exercice de cette place jusqu'en 1800. Il joint un certificat constatant les infirmités causées par sa blessure à l'épaule gauche : blessé à l'épaule gauche d'une balle qui a traversé de derrière en devant qui a froissé l'omoplate et la clavicule près de leur articulation, qu'il en est sorti plusieurs esquilles, ce qui a beaucoup affaibli le bras dont l'articulation avec l'épaule n'est pas libre   ».

      Enfin, « Il a l'honneur d'être connu de Mr le Lieut Général d'Autichamps   ». 

     

      René Véron est décédé au bourg de Neuvy-en-Mauges, le 2 mai 1835 à 11 heures du soir, à l'âge de 62 ans. 

     

    Sources:  Archives Départementales de Maine et Loire tous droits réservés – Dossiers Vendéens 1M9/347-  Cadastre de la Poitevinière de 1834, B2 du Rortay Aunès-Jagus - La Guerre de la Vendée 1793-1796 - Souvenirs de la Comtesse de la Bouëre, Les éditions du Choletais, Cholet 1984 ; page 110, 111 – Portrait de Madame de la Bouëre – Vendéens et Chouans 2010 – Etats de services vue n°6 -  Brevet provisoire de Capitaine vue 7 - Registres d'Etat civil de la commune de Neuvy-en-Mauges.

     

     

                                                  X. Paquereau pour Chemins Secrets. 

     

    Six bons cavaliers....


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :