• René Vrignaud....

                              

    René Vrignaud, de la paroisse de Saint-Jean-de-Monts 

    tué dans le marais en 1812.

     

     


    René Vrignaud....  Octobre 1812, la chasse aux Vendéens est toujours ouverte et celle des pigeons fermée... Le Journal du Département de la Vendée du Dimanche 25 octobre 1812, n°56 (vue 197) est taiseux sur le sujet qui nous intéresse. Les conscrits sont soumis, tout va bien. On y parle de l'Empereur, ''Moscou n'existe plus'' ! Bientôt la Grande Armée n'existera plus non plus, mais ça, vous comprenez... la censure, toujours la censure ; on préfère y parler météo :

    « Dans le nuit du 18 au 19 octobre une tempête violente a soulevé les flots à une hauteur extraordinaire sur la côte occidentale de l'île de Noirmoutier  : 400 mètres de digue de la pointe du Devin ont été détruits – On évalue les dommages à 8000 francs...... »

     

    L'Officier Public de l'Etat Civil de Saint-Jean-de-Monts n'est guère plus bavard dans la rédaction des actes de décès...

     

    «  Le 14 octobre 1812 à dix heures du matin devant nous Jean-Crisostôme Péau-Villeneuve*, adjoint au maire, faisant par délégation du maire les fonctions d'officier public de l'état-civil – Etant à la mairie, sont comparus Jacques Rainard tisserand à Saint Jean de monts et Joseph L'Hériteau, meunier au Perrier, qui nous ont déclaré que hier matin, il est décédé près de ce bourg (le Perrier), leur beau-frère, le nommé René Vrignaud, tisserand, âgé de quarante et un an, époux de Marie-Angélique L'Hériteau. Les deux déclarants ont dit ne savoir signer de ce enquis.... »

     

    signé Péau Adjoint. * Percepteur des contributions de St Jean-de-Monts.

     

    René Vrignaud....

      Il faudra attendre l'année 1817 pour connaître les causes du décès de René Vrignaud. En effet, sa veuve Louise-Angélique L'Hériteau est proposée pour recevoir une pension de 45 francs comme veuve d'un soldat vendéen.

     

    « N°614 – Hairiteau Louise-Angélique né au Perrier en 1779 - veuve de Vrignaud René – soldat des Armées Vendéennes – Blessé au combat de Puidelui* et mort de ses blessures – sans ressources – trois enfants – proposée pour une pension de quarante cinq francs.  »

     

    *Puidelui, le lieu de ce combat n'a pu être identifié, le lieu-dit ''Puidelui'' n'existant pas sur le cadastre du Perrier, ni sur celui de St-Jean-de-Monts. S'agit-il d'une erreur d'écriture  ??

      

    René Vrignaud....

    René Vrignaud....

    Blessé dans un combat contre qui ? Les gendarmes  ??

     

    René Vrignaud est né le 28 mars 1772 à Saint Gervais. Il est le fils de Jacques Vrignaud et de Jeanne Naud. En 1812 il exerce la profession de tisserand. Il se marie le 19 juillet 1802 à Saint-Jean-de-Monts avec Louise-Angélique L'Hériteau, née le 3 janvier 1779, fille de Jacques L'Hériteau, meunier aux Petites Coudries  au Perrier et de Rose Rotureau-Retureau.

    De cette union sont issus :

    1° Louis-Rose Vrignaud, née le 14 septembre 1802 à St Jean-de-Monts.

    2° Jacques-René-Marie Vrignaud, né le 16 mai 1804, idem.

    3° Rose-Catherine Vrignaud, née le 20 juillet 1806, idem.

    4° Marie-Louise Vrignaud, née le 30 mai 1808, idem.

    5° Charles-Aimé Vrignaud, né le 2 mai 1810, idem.

     

    Le 5 mai 1818, Louise-Angélique L'Hériteau se remarie à Saint-Jean-de-Monts avec Pierre-Martin Fortin, laboureur. (vue 190/236 – mariages 1818). Propriétaire-cultivatrice, elle décède au Bois Vedron le 17 décembre 1855.

     

    René Vrignaud....

     

    Sources : Archives Départementales de la Vendée tous droits réservés. Dossiers de pensions, - vue n°40/41, SHD XU 39-5 - Registres d'état civil de Saint-Jean-de-Monts du Perrier - Photos de l'auteur et de la Maraîchine Normande. 

                                                                

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :