• René Plessis.....

     

                                                            

    René Plessis de la paroisse de la Jumellière. 

    sa métairie est incendiée, sa femme ''tabassée'' pas les Bleus... 

                          

     

     

     René Plessis..... René Plessis est né et a été baptisé le 17 février 1765 à la Jumellière. Il est le fils de Jean Plessis, métayer à la Lande et de Jacquine Bouët ; le parrain a été René Bouët, oncle et la marraine Etiennette Malinge, tante de l'enfant.

      En 1785 il est garçon domestique et épouse à la Jumellière, le 19 janvier de cette même année, Marie Raimbault née le 16 avril 1756 à la Jumellière, fille de François Raimbault, métayer à la Gagnerie, originaire de Chalonnes et de Marie Marcais. De cette union sont issus entre autres enfants :

     

    1° Jeanne-Perrine Plessis, née le 19novembre 1785 à la Jumellière.

    2° René Plessis, né le 7 avril 1787, idem.

    3° Jean-Fidèle Plessis, né le 17 janvier 1789, idem.

    4° Marie Plessis, née le 21 décembre 1792, idem.

     

      A partir de 1785, René Plessis exploite une métairie sur la paroisse de la Jumellière dont nous ignorons le nom : Il semblerait que la Lande ait été exploitée par Jean Plessis, issu du premier mariage de Jean Plessis avec Jeanne Allaire; Jean Plessis ayant épousé à l'âge de soixante ans, le 22 novembre 1763, Jacquine Bouët âgée de vingt sept ans.

     

      En 1793, René Plessis est métayer à la Jumellière. Il prend les armes dans l'armée Catholique et Royale et participe aux batailles de : Vihiers, Cholet, Yzernay, Doué, les Ponts de Cé, le Pont Barré, la Butte d'Erigné, Martigné, Châtillon, Montaigu, Mortagne, Thouars, Beaupréau, Chalonnes (2 fois), Saint Lambert, la Caillaudière, le Grouteau en Neuvy, Chaudron etc, etc, etc... Il n'a pas été blessé, mais a bien servi.

     

      Au cours de cette période, sa maison est brûlée, son mobilier est pillé, sa femme est horriblement maltraitée par les républicains, qu'elle en meurt quelques mois plus tard suite aux coups qu'elle avait reçus. (Marie Raimbault décède le 8 Thermidor an2 (6 mai 1794) à la Jumellière à l'âge de 38 ans). Il se trouve ruiné et dans une grande misère, si bien qu'il ne peut plus faire valoir sa métairie après avoir fourni à l'armée Royale : trois bons bœufs, huit moutons, un cochon gras, douze septiers de froment etc....

     

      Il se remarie le 28 frimaire de l'an 3 (18 décembre 1794) avec Marie-Jeanne Abeslard, née le 2 juillet 1775 à La Jumellière, fille de Charles Abeslard et de Jeanne Cesbron. De cette union sont issus entre autres enfants :

    1° Jacques-René Plessis, né le 13 Prairial an XI, (2 juin 1803) à la Jumellière.

    2° Marie Plessis, née le 22 avril 1806, idem.

      Le 27 mai 1825, il dépose une demande de pension à la Mairie de la Jumellière.

     

    A cette époque, il est ruiné et exerce la profession de journalier ; ses moyens d'existence consistent en un salaire d'une journée de douze à quinze sols par journée de travail.

     

     « A Monsieur, Monsieur le Préfet de Maine et Loire, chevalier de l'Ordre Royal de la Légion d'Honneur.

     

    Monsieur, Le nommé Plessis René, cultivateur, demeurant en la commune de la Jumellière arrondissement de Beaupréau, Département de Maine et Loire.

      A l'honneur de vous aviser qu'il prit les armes dès le commencement de la guerre de Vendée, qu'il les portât avec honneur et distinction pendant tout le temps qu'elle a durée, en qualité de soldat, que son ardeur lui fit faire de grands sacrifices ; qu'il fournit à l'armée Royale trois bons bœufs, huit moutons, un cochon gras, douze septiers de froment dont les bons qu'il a reçu des Commissaires ont été brûlés dans sa maison, que tout son mobilier fut pillé, que sa femme fut horriblement maltraitée par les Républicains, elle en mourut quelque temps après par suite des coups qu'elle avait reçu. Qu'il est maintenant dans une grande misère que, toutes ces pertes ont beaucoup contribué à le faire sortir de la ferme qu'il faisait valoir à cette époque; les pertes qu'il a éprouvées peuvent être évaluées à deux mille francs : 2000Frs.

      En considération de ses services, de ses sacrifices et de ses pertes, Monsieur le Préfet ; il vous prie d'écouter favorablement la supplique qu'il a l'honneur de vous présenter, qu'en vertu de l'Ordonnance Royale du 29 décembre 1824 qu'il soit admis à participer aux faveurs que sa majesté veut bien accorder à ses fidèles serviteurs de la famille auguste qui nous gouverne, il a montré dans tous les temps un grand dévouement pour son Roi.

     

      Pour René Duplessis qui ne sait signer ».

     

    signé : de Caqueray. Jumellière le 27 mai 1825.

     

      En 1831, il est domicilié au village de la Blinière où son épouse Marie-Jeanne Abeslard décède le 25 octobre 1831. 

      René Plessis, laboureur, est décédé le 14 juin 1840 à quatre heures du soir en son domicile de la Basse Orière commune de Saint-Aubin-de-Luigné.

     

    Sources: Archives Départementales de Maine et Loire tous droits réservés – Dossiers Vendéens: René Plessis-1M9/296- Registres d'état civil de la commune de la Jumellière, Saint-Aubin-de-Luigné. – Photo de l'auteur. 

                                                                  

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :