• René Guérin....

                                    

                                              La Baïonnette Royale

     

       René Guérin....Guérin René, est né le 13 janvier 1771 à Gesté et a été baptisé le jour même . Il est le fils de Pierre Guérin chasseur (Garde Chasse) de Monsieur le Comte de Sourdis et de Marie-Anne Plessis. A cette époque le Seigneur de Gesté est Jacques d'Escoubleau comte de Sourdis, né le 13 juillet 1715 et décédé le 22 octobre 1790 à Nantes. Le parrain a été René Dupont et la marraine Perrine Lamprière femme de Pierre Barré laboureur.

      René Guérin est marchand-tailleur d'habits dans le bourg de Gesté. Il épouse en première noce, le 23 juillet 1797, Rose Bonnin originaire de Chauché (Vendée) décédée vers 1806. Il se remarie le 22 novembre 1808 à Gesté avec Perrine Moreau, originaire de Tillières. Des ces unions naîtront quatre enfants dont Casimir, René Guérin né le 1er juin 1798 qui a pour parrain Gaston Joubert du Landreau et pour marraine Pélagie d'Escoubleau, veuve Baudry d'Asson.

      En 1793 il prend les armes à l'âge de 22 ans. Il est rapidement nommé adjudant dans la division du Loroux. Il combat en 1793, 1794 et 1815.

      Il s'est battu à :

    1 –   Camp des Cléons  (deux fois).

    2 –   Beaupréau ( deux fois).

    3 –   Châtillon.

    4 –   Luçon.

    5 –   Vezins.

    6 –   Trémont.

    7 –   Coron.

    8 –   Ponts-de-Cé .

    9 –   Martigné-Briant.

    10 – Cholet. (deux fois).

    11 – Mortagne.

    12 – Nantes Saint-Pierre.

    13 – Treize-Septiers.

    14 – Chalans.

    15 – Saint-Florent.

    16 – Gesté.

    17 – Chantonnays.

    18 – Fontenay.

    19 – Saint-Cyr en 1795.

      Ces combats ont été certifiés et signés par : Tristan Martin -Chevalier de Saint-louis -chef de la division du Loroux – Soyer Chevalier de Saint-louis – Benoît,Chef de Bataillon -  Lhuillier -colonel Chevalier de Saint-Louis.

    René Guérin....

     

    Le 10 juin 1825, il dépose une demande de pension en ces termes :

     

    Demande de pension.

     

      «  René Guérin, tailleur d'habits, âgé de 54 ans demeurant au bourg de Gesté,

    arrondissement de Beaupréau.

      A son Excellence Monseigneur, secrétaire d'Etat au département de la Guerre.

    Monseigneur,

      En qualité d'adjudant de la division du Loroux. J'ai figuré dans toute la guerre de la Vendée, si ce n'est dans les combats, c'est au camp. Je crois avoir fait preuve d'autant de bravoure et d'intrépidité que mes nobles compagnons d'armes. J'ai exposé pour la gloire, comme eux, mille fois ma vie, plus heureux que bien d'autres ; j'en prends à témoins mes valeureux et illustres chefs, l'état joint de mes services dans les armées Royales de l'Ouest, prouve d'une manière assez authentique que je n'étois pas caché lorsque le canon tonnoit ; j'ose dire, si mes frères d'armes ont des droits à la reconnaissance publique et peuvent espérer à participer aux nouveaux secours généreux que sa Majesté se plaît à répandre dans une contrée qui trop de fois a été arrosée par le sang de la fidélité, je le jure sur mon épée, j'ai les mêmes droits à prétendre, parce que mon dévouement, mon amour et ma vénération pour l'autel et le trône pour l'auguste famille des Bourbons si justement chérie et adorée étoient  tout entier et sans borne.

      Aussi Monseigneur, daignez jeter un regard favorable sur un père dont la vue s'affaiblit sensiblement, qui est veuf et a quatre enfans et qui jouit d'une frêle existence, toujours accablé de douleurs, languissant et malade par suite des fatigues pénibles de la guerre ; Cependant ne vivant que du produit de son travail et de ses veilles. L'avenir ne lui offre donc qu'une triste perspective, aussi, il espère que vous adoucirez le poids de ses maux, sa gratitude sera à jamais éternelle, en bénissant son bienfaiteur.

      Je suis avec un profond respect, Monseigneur de votre Excellence le plus dévoué et le plus humble de vos serviteurs ».

    Gesté le 10 juin 1825. signé René Guérin.

     

    René Guérin est décédé au bourg de Gesté le premier décembre 1833 à midi.

     

    Sources : Archives Départementales du Maine et Loire - tous droits réservés, dossiers Vendéens cote n° 1M9.200 –  Photo de l'auteur.

     

    Xavier Paquereau pour Chemins secrets

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :