• René Chiron....

                         

                  René Chiron, de la paroisse de Roussay, blessé à Coron.

     

           

                                     

    René Chiron....René Chiron est né le 8 mai 1775 à Roussay. Il est le fils de Pierre Chiron et de Jacquette Leroux. En 1793 il est journalier-laboureur et se marie le 30 juin 1798 à Cholet avec Jeanne Rotureau, née le 21 avril 1778 à Cholet, fille de René Rotureau et de Jeanne Braud également de Cholet.

    De cette union sont issus neuf enfants dont sept sont nés à la Séguinière,

    deux enfants nés entre 1799 et 1803 à Roussay ?

     

    1° Eugénie-Renée Chiron, née le 8 avril 1804 à La Séguinière.

    2°Sophie-Adélaïde Chiron, née le 10 décembre 1806 à la Séguinière.

    3°Marie-Marguerite Chiron, née le 21 juillet 1808 à la Séguinière.

    4°Jeanne-Adélaïde Chiron, née le 29 décembre 1810 à la Séguinière.

    5°Françoise Chiron, née le 14 juin 1813 à la Séguinière.

    6°Jean Chiron, né le 25 septembre 1816 à la Séguinière.

    7° Félicité Chiron, née le 5 avril 1819 à la Séguinière.

     

    Le 19 avril 1824, René Chiron dépose une demande de pension à la Séguinière dont le détail suit :

     

     

    «  La Séguinière, le 19 avril 1824.

     

    René Chiron, journalier, demeurant à la Séguinière,

    A son Excellence le Ministre de la Guerre,

    Monseigneur,

     

     

    J'ai l'honneur de vous exposer que j'ai pris les armes comme soldat, dans l'armée Royale de la Vendée, et que j'ai combattu pour le rétablissement du trône, depuis le commencement jusqu'à la fin de la guerre de la Vendée. J'ai repris les armes en 1815, pour soutenir la cause du Roi.

    Je me suis battu avec un dévouement absolu dans toutes les occasions pour le soutien de cette cause auguste. J'ai été blessé très grièvement au combat de Coron, au mois d'avril 1793, d'un coup de feu à l'épaule droite.

    Ma blessure me fait éprouver souvent de vives douleurs et m'empêche de travailler pour gagner ma vie et celle de ma nombreuse famille composée de neuf enfants dont cinq en bas âge.

    Cependant je suis dans l'indigence.

    J'ose m'adresser à vous Monseigneur, pour vous prier de proposer à sa Majesté de m'accorder une pension.

    A défaut d'extrait de contrôle, j'ai eu recours à l'acte de notoriété du juge de paix pour constater mes services et blessure. Je le joins à la présente, avec les autres pièces voulues par l'Ordonnance du Roi de décembre 1823.

    Je suis avec respect, Monseigneur votre très humble et très obéissant serviteur.  »

    Signé d'une croix.

     

    Les témoins du certificat de notoriété :

     

    1° Pierre Brin, maire de la commune de Roussay, âgé de 54 ans, ancien soldat.

    2° Jacques Chouteau, tisserand, 63 ans, ancien soldat.

    3° François Griffon, 54 ans, ancien capitaine, les trois ayant servi dans l'armée Royale de la Vendée et demeurant à Roussay.

     

    René Chiron....

     

    Le certificat du chirurgien :

     

    « Nous soussignés, Claude Guérin chirurgien et Denis-Hilaire -illisible-, médecin à l'hospice de Cholet attestons que le nommé Chiron, journalier, domicilié à la Séguinière, canton de Cholet a été blessé d'une balle vers le milieu du bord externe du muscle trapèze de l'épaule droite où il assure éprouver souvent de la douleur. »

     

    Cholet, le 9 avril 1824.

     

    signé Guérin et -illisible-

     

    René Chiron est décédé à Cholet le 2 juin 1845. 

      

     

    Sources:     

    -Archives Départementales de Maine-et-Loire, tous droits réservés - 

     Dossiers Vendéens -1M9/112. 

    -Registres d'Etat civil de Cholet, La Séguinière, Roussay 

    -Photo: de l'auteur.

     

                                                  

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :