• Poêle-Feu....

     

    Poêle-Feu...

     

     

    Cet ancien moulin sur le Lay, tout près de la Réorthe fut un point de passage important et particulièrement surveillé par les soldats vendéens de l'Armée du Centre. C'est en effet ici que le samedi 16 mars 1793, un corps d'infanterie du général républicain Marcé passa le gué pour aller mettre le feu au château de la Roche-Louherie, demeure des Béjarry.

      A l'époque qui nous intéresse, il n'existait à Poêle-Feu qu'un moulin et donc pas les constructions que l'on connaît aujourd'hui et qui sont abandonnées depuis 1970. L’étymologie du nom est inconnue. Nommé "Pois le Feu" sur la carte de Cassini, il est néanmoins orthographié "Poële-Feu" sur le cadastre de 1828.

     

    Poêle-Feu....

     

    Le gué de Poêle-Feu en vue aérienne Géoportail

     

    Poêle-Feu....

      

    Une petite discussion avec Nicolas, du blog "Vendéens et Chouans" nous apprend que l'on trouve un lieu-dit la "Poêle-Sèche" à Saint-Laurent-de-la-Salle. Il pourrait venir du vieux français "poêle" qui désignait une fosse creusée dans le lit d'un étang pour que les poissons puissent s'y réfugier quand on vide le plan d'eau. Le mot pourrait aussi être une variante de "puy" (colline). Cette explication nous provient de "J.-M. Cassagne et M. Korsak, Origine des noms de villes et villages, Vendée, éd. Bourdessoules, 2000 ". A noter que ce même lieu-dit de Saint-Laurent-de-la-Salle portait aussi le nom de "Poire-Sèche" d'après le dictionnaire toponymique de la Vendée (AD85). Tout ceci ne nous éclaire malheureusement pas beaucoup sur "Poêle-Feu". Le poêle pouvait aussi très bien être un drap funéraire qu'un ustensile de cuisine ou de chauffage et pourquoi "feu" ?

     C'est avec un peu d'humour que nous nous permettons d'émettre une hypothèse probablement des plus fantaisistes. "Pois le Feu" se prononçant en patois "Poué le feu" ( pas le feu) n'aurait-il pas pu faire allusion à la mythique nonchalance et à l'oisiveté que l'on prêtait aux meuniers ?

     

     L'ancien village à l'abandon :

     

    Poêle-Feu....

     

    Poêle-Feu....

    Poêle-Feu....

     

    Ruines de la grande minoterie avec à sa droite, le moulin originel

     

    Poêle-Feu....

     


     Venons-en à présent à une curieuse histoire de cloches que l'on pourra lire ICI.

     Les anecdotes de cloches enfouies sous les eaux sont légion sur tout le territoire vendéen : Saint-Christophe-la-Chartreuse, Saint-André-sur-Sèvre, La Boissière-Thouarsaise ou encore la Chapelle des Rosiers de Saint-Clémentin.

     On ne sait bien évidemment rien de la véracité de l'anecdote concernant la Réorthe mais s'il y a des volontaires pour se jeter dans le Lay à Poële-Feu afin d'aller vérifier, qu'ils nous fassent connaître le fruit de leurs recherches...

     

    RL

    Janvier 2016

     

     

    L'église de la Réorthe

     

    Poêle-Feu....

    Poêle-Feu....

     

     

    Les rives du Lay, à la recherche de la cloche...

     

     

     

    Poêle-Feu....

     

    Poêle-Feu....

     

     

    Petite vidéo faite sur place ce jour :

     


     


  • Commentaires

    2
    Vendredi 8 Avril 2016 à 20:57

    Bonjour,

    J'ai en effet quelques autres photos. Le village est totalement en ruine et l'accès y est interdit depuis quelque temps. Le bâtiment de la grande minoterie en particulier n'a plus aucune fenêtre et est tagué de partout. J'ignore qui est propriétaire actuellement. Avez-vous de votre côté des photos de l'époque où vous y veniez en vacances ?

    1
    gilles
    Vendredi 8 Avril 2016 à 08:24
    Bonjour je fais de ces vacanciers parisiens qui dans les années 80 occupaient des habitations de Poêle Feu. Je voulais savoir si vous aviez plus de photos de ce lieu-dit et savez-vous qui en est aujourd'hui le propriétaire de ce village ? Par avance merci. Cdlt Gilles Gatou
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :