• Pierre Tisseau, de la Tessoualle....

     

                                                            

    Pierre Tisseau, de l'Angevinière, paroisse de la Tessoualle, 

    rescapé de Savenay, sa métairie incendiée et six membres de sa famille 

    massacrés par la Colonne Infernale de Dusirat. 

     

     

     

    Pierre Tisseau, de la Tessoualle....Pierre Tisseau est né et a été baptisé le 17 juillet 1777 à la Tessoualle. Il est le fils de Laurent Tisseau, métayer à l'Angevinière et de Louise Guincheleau. Le parrain a été Pierre Guincheleau et la marraine Marie Tisseau.

      Laurent Tisseau est né le 8 octobre 1739 à la Tessoualle et Louise Guincheleau est née vers 1751 à Saint Jouin-sous-Châtillon. Ils se sont mariés le 6 novembre 1774 à la Tessoualle et ont été massacrés par la

    colonne Infernale de Dusirat* le 6 mai 1794 à l'Angevinière.

    Pierre Tisseau, de la Tessoualle....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    De cette union sont issus :

     

    1° Marie Tisseau, née le 29 décembre 1775 à la Tessoualle, tuée le 6 mai 1794 à l'âge de 17 ans.

    Pierre Tisseau, né le 17 juillet 1777 à la Tessoualle.

    3° Laurent Tisseau, né le 14 avril 1779 à la Tessoualle et décédé le 1er juin 1783.

    4° Louise, Hyacinthe Tisseau, née le 17 août 1781 à la Tessoualle, tuée le 6 mai 1794 à l'âge de 12 ans.

    5° Jean Tisseau, né le 31 juillet 1783 à la Tessoualle.

    6° Madeleine-Hélène Tisseau, née le 12 mai 1785 à la Tessoualle.

    7° Une fille, née et décédée le 3 octobre 1787 à la Tessoualle.

    8° Jeanne Tisseau, né le 8 décembre 1788 à la Tessoualle, tuée le 6 mai 1794 à l'âge de 5 ans.

    9° Luce-Victoire Tisseau, née en 1791 à la Tessoualle, tuée le 6 mai 1794 à l'âge de 3 ans.

    Pierre Tisseau, de la Tessoualle....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    *Dusirat, de son vrai nom : Pierre-Marie Vidalot du Sirat, né le 25 mars 1764 à Valence d'Agen (Tarn-et-Garonne) et décédé le 30 décembre 1843 en ce lieu. Il fait partie de l'armée de Mayence. En 1794 on lui confie une Colonne Infernale qui opère dans les Mauges. Il est nommé général de brigade en juillet 1794. 

    Il écrit du «   camp de la Tessouale   : J'ai campé près des Aubiers le 4 mai. J'en suis parti le 5 au matin pour me rendre à la Tessouale, en passant par Maulévrier.....   » 

     

      Par miracle, Pierre Tisseau a été libéré des prisons de Nantes, en raison de son âge  ?? Il avait 17 ans... a de nouveau combattu et s'est trouvé aux affaires de Brissac et de Chiché....

     

    Pierre Tisseau s'est marié à la Tessoualle le 18 juin 1806 avec Marie-Modeste Maillocheau, née le 5 février 1786 à Saint-Hilaire-de-Mortagne.

     

      Le 29 mai 1825, il dépose une demande de pension au Roi.

      « La Tessoualle, le 29 mai 1825.

     

    Pierre Tisseau, cultivateur, demeurant à la Tessoualle, A son Excellence le Ministre de la Guerre.

    Monseigneur, J'ai l'honneur de vous exposer qu'en 1793, j'ai pris les armes pour le soutien du trône des Bourbons en qualité de soldat sous les ordres de Messiers Stofflet, Marigné, Dautichamp et Larochejacquelin ; que j'ai combattu avec zèle et courage aux différentes affaires de Dol, du Mans, de Laval, de Granville, d'Avranche et de Savenay où j'ai été fait prisonnier par les républicains et conduit à Nantes.

      Le dévouement pour la cause royale est héréditaire dans notre famille, mon père, ma mère et quatre de mes sœurs ont été victimes de leur dévouement, pris par les Républicains ils ont été fusillés. Notre maison a été incendiée ainsi que le mobilier, notre récolte et nos bestiaux enlevés, notre perte s'élevait à plus de quatre mille francs.

      Jamais je n'ai reçu ni secours, ni dédommagement.

      Je vous prie Monseigneur de prendre en considération mes services, mes pertes et mes malheurs et vouloir bien proposer à sa Majesté de m'accorder un secours annuel pour m'aider à subsister ainsi que ma malheureuse famille.

      Je joints à la présente un certificat probatif des faits que j'allègue et mon acte de naissance.

      Monsieur le Maire de cette commune y annexera conformément à l'arrêté de Monsieur le Préfet, un certificat relatif à mes faibles moyens d'existence.

      Je suis avec un profond respect, Monseigneur, votre très humble et très obéïssant serviteur.  »

     

    Signé : une croix  X et certifié par le maire   : Philbert Chiron.

     

    Sources: Archives Départementales de Maine et Loire tous droits réservés- dossiers Vendéens – Pierre Tisseau n°1M9/340, Registres état civil de la commune de la Tessoualle – baptêmes et liste chronologique  des décès  du 17 floréal de l'an 2 - vue n°28/83.– Cadastre de la commune de la Tessoualle année 1810 – Les 12 colonnes infernales de Turreau par Pierre-Marie Gaborit et Nicolas Delahaye éditions Pays et Terroirs Cholet 1995 - Photo de l'auteur. 

     

                                                                

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets. 


  • Commentaires

    2
    Jeudi 16 Mars à 22:39

    Bonsoir, je suis l'administrateur de ce blog et je m'empresse de communiquer votre commentaire à l'auteur de l'article.

    RL

    1
    Maudet Raymond
    Jeudi 16 Mars à 22:25

    Bonsoir,

     

    J'anime un groupe d'histoire locale à La Tessoualle et je serais intéressé de développer ce sujet avec vous.

    Merci pour les confirmations qu'il apporte.

    Accepteriez-vous que nous échangions par mail?

     

    RM

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :