• Pierre Piveteau, mort suspecte....

     

    Le 1er fructidor de l’an 9, 

    Pierre Piveteau assassiné par les gendarmes ? 

     

       

     

    Pierre Piveteau, mort suspecte....Pour le Préfet de la Vendée, la mort de Pierre Piveteau, dit Galopin, n’est pas une grosse perte, et nous sentons dans ses propos une certaine haine.

    Les procès-verbaux n’étant pas joints au courrier du Préfet Merlet, nous ne connaissons pas les circonstances de son arrestation, ni celles du coup de fusil reçu qui entraîna sa mort. Mais Monsieur le Préfet se réjouit et est heureux de cette mort, bon débarras.

    Ayant déjà séjourné en prison, Pierre Piveteau était-il un ancien des armées royalistes de Vendée ? Ou était-il un délinquant relevant du droit commun ?

    L’acte de décès de Pierre Piveteau est muet sur les circonstances de sa mort, et la lettre du Préfet au Ministre de la Police Générale laisse percevoir que celui-ci cherche à couvrir les gendarmes, en dissimulant une faute grave de ceux-ci ; puisqu’il note que : l’arrestation et la mort de Pierre Piveteau « ont donné lieu à des plaintes contre les gendarmes de la part de la population ».

     

    Je pencherais donc pour un Pierre Piveteau royaliste. 

     

    Voici l’acte de décès de Pierre Piveteau :

     

    « Arrondissement communal de Montaigu  

    Du premier fructidor de l’an 9 (19 août 1801) de la république française une et indivisible. 

    Acte de décès de Pierre Piveteau marchand de chiffons natif de Chavagnes, département de la Vendée, décédé aujourd’huy sur les cinq heures après midy dans la maison d’arrêt de cette commune, âgé de 28 ans, fils de Jacques Piveteau, maçon et de Jeanne Nerrière ses père et mère. 

    Sur la réquisition à moi faite par Pierre Courtet journallier âgé de trente ans et par le citoyen Jean-François-Marie Poirrier concierge de la maison d’arrêt âgé de quarante neuf ans demeurant tous les deux dans cette commune qui ont signés avec moi, constaté suivant la loi, par moi Augustin-Moÿse Auvinet maire de Montaigu, faisant les fonctions d’Officier Public de l’état civil soussigné en mairie de Montaigu, les jours mois et an que devant.  

    Signé : Auvynet fils aîné, maire – Cointel - Poirié. » 

     

      

    Mort naturelle Monsieur le Maire ??? Pierre Piveteau décède quand même dans la maison d’arrêt de votre commune, avec une balle dans le corps. 

    Le deux Fructidor de l’an 9, les nouvelles vont vites, le préfet Merlet transmet un courrier au Ministre de la Police Générale. Ses propos relèvent d’un fait divers sans importance, pourtant quelque chose de sinistre se cache derrière ses mots. Il y a comme une cachotterie, comme un non-dit, il y en a tant, dans les couloirs feutrés des Préfectures et des Ministères de la république… de ces petits secrets inavouables qui se chuchotent… 

     

    « A Fontenay, le 2 fructidor an 9. (20 août 1801) 

    Cabinet du Préfet n°269. 

    Le Préfet du Département de la Vendée, 

    Au Ministre de la Police Générale –

    C. M ? 

    J’ai l’honneur de vous adresser, cy joint, copie de deux procès verbaux rédigés à l’occasion de l’arrestation du nommé Piveteau dit Galopin, par les gendarmes à pied de la brigade de St Fulgent, lesquels m’ont remis à mon passage à Montaigu, par le Lieutenant de cette résidence. 

    Le nommé Piveteau dit Galopin est un fort mauvais sujet, qui a longtemps séjourné dans les prisons et donc il serait à désirer que la société fut purgée ; mais aussi il eût été préférable que les tribunaux en eussent fait justice, plutôt que la gendarmerie. - immédiatement après le coup de fusil qu’il a reçu, il a été conduit dans les prisons de Montaigu, où il a été interrogé dans le délai prescrit par la loi: son arrestation et son coup de feu, ont fait dans le pays quelque sensation non que personne ne s’intéresse du sort de cet individu, mais par la réunion de circonstances, qui ont donné lieu à des plaintes contre les gendarmes.   

    Je vous prie Citoyen Ministre, de vous faire rendre un compte particulier de cette affaire, ou d’en conféré avec le Ministre de la Justice qui en aura probablement été instruit par les fonctionnaires judiciaires : je n’ai a vous transmettre que les procès-verbaux de la gendarmerie, ne pouvant requérir officiellement, ni l’interrogatoire, ni aucune information judiciaire.  

    Salut et Respect. » 

     

    Pierre Piveteau est né le 28 septembre 1773 à Chavagnes-en-Paillers, il est le fils de Jacques Piveteau, maçon, et de Jeanne Nerrière et exerce la profession de chiffonnier. Il est décédé le 1er Fructidor de l’an 9 à Montaigu.

     

      Sources : 

     

    . Archives Départementales de la Vendée, tous droits réservés –  Correspondances actives du Préfet, 399 lettres – Préfet de la Vendée Merlet  clas 2 Num/ 110/17 – vues 316/511.- 2 fructidor an 9 -20 août 1801. 

    . Archives Départementales de la Vendée, tous droits réservés –  Registres d’état civil de Montaigu de l’an 9 – vue n°37/319 - 

    . Photo de l’auteur : Pistolet modèle 1770 de Maréchaussée et Modèle an 9 de Gendarmerie.    

                                                      

     

    X. Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :