• Pierre-Louis-Sébastien Colzy....

     

    Pierre-Louis-Sébastien Colzy, de Rémigny en Picardie, 

    soldat au régiment du Dauphin...

     

     

               

    Pierre-Louis-Sébastien Colzy....Louis-Sébastien Colzy est né et a été baptisé le 2 novembre 1771 à Remigny en Picardie. Il est le fils de Sébastien Colzy, charpentier et de Marie-Thérèse Lecomte.

    Avant l'âge de quinze ans, il s'engage au service du Roi Louis XVI dans le Régiment du Dauphin sous le commandement de Monsieur le Colonel La Roc* (*Jean Laroque de Cusson) et dans la compagnie de Monsieur le capitaine Ferré. Il sert dans ce régiment pendant huit années comme soldat.

    Il nous dit qu'après la retraite du général Dumouriez il ''s'en est venu'' en Vendée et qu'il a déserté avec armes et bagages devant le poste de Saint-Aubin-de-Luigné. Il s'est ensuite engagé dans les chasseurs du général Stofflet où il a servi courageusement pendant toute la durée de la guerre. Il est porteur de plusieurs blessures.

     

    Pierre-Louis-Sébastien Colzy....

    Pendant la guerre de Vendée, il s'installe à Saint-Lézin et épouse le 8 Messidor an 5 (26 juin 1797), en premières noces, Jeanne Plumejeau, née le 3 février 1761 à Saint-Lézin, fileuse, fille de François Plumejeau, bordier, et de Jeanne Pinier (acte naissance St Lézin 1761 vue n°81/94 - décédée le 21 juillet 1834 à Trémentines à l'âge de 75 ans – vue n°129/138 année 1834).

    De cette union est issu :

     

    1° René Colzy, né vers 1799 à Saint-Lézin, cabaretier à Chemillé et décédé à Chemillé le 16 juin 1871 (vue n° 19/214 Chemillé.)

     

    Devenu veuf, il épouse le 7 janvier 1835 à Trémentines, Anne Picherit, née au Fuilet, âgée de 30 ans, fille de Jacques Picherit, métayer et de Marie Bondu.

     

    En 1825, il fait une demande de pension et obtient un secours de 50 francs annuels.

    Le 28 avril 1827, il demande une augmentation de sa pension :

     

    « A son Excellence le Ministre de la Guerre, 

     

    Monseigneur, 

    Je viens réclamer des bontés de votre Excellence une augmentation à la pension que vous avez daigné m'accorder il y a quelques années. 

    Réduit à ne pouvoir presque travailler par suite de mes blessures, âgé de 56 ans, je n'ai rien autre chose pour exister avec ma famille que la jouissance d'une pension de 50 francs. 

    J'ai fait en entier la première guerre de la Vendée, puis celle des Cent Jours accompagné de mon fils alors âgé de quinze ans ; je me suis toujours conduit comme un brave et fidèle serviteur du Roi. 

    J'ose espérer Monseigneur que vous daignerez accueillir ma supplique et me faire participer de nouveau aux bienfaits de sa Majesté. 

    Je suis avec respect, Monseigneur- de votre Excellence, le très humble et très obéissant serviteur. 

     

    Signé : Colzi Pierre, Louis, Sébastien à Trémentines Maine et Loire. 

     

    - Le maire de la commune de Trémentines soussigné estime qu'il y a lieu de faire droit à la pétition du réclamant. C. de Grignon, maire. 

    - De la Sorinière – Chevalier de Saint-Louis, chef de la Division de Chemillé. 

    - Cesbron Chevalier de Saint-Louis, colonel de cavalerie. 

    - Le Tertre dit Mayence, ancien chef de Division -Chevalier de Saint-Louis et de la Légion d'Honneur. 

    - Soyer – Chevalier de Saint-Louis ancien chef de la Division de Cholet. 

    - Lhuillier, colonel- Chevalier de Saint-Louis - commandant de la Division de Beaupréau. 

    - du Bouchet – Chevalier de Saint-Louis – lieutenant colonel de cavalerie.  »

     

    Situation de Pierre Colzy en 1825 :

    Titre illisible -

     

    « Par Pierre, Louis, Sébastien Colzy, né en la commune de Remini (Remigny) en picardie département de l' Aisne et domicilié dans la commune de Trémentines âgé de cinquante trois ans ; Le dit Colzy s'est engagé premièrement pour le service de Louis Seize, dans le régiment du Dauphin, avant l'âge de quinze ans, sur le commandement de Monsieur le colonel La Roc ( Jean Laroque de Cusson), dans la compagnie de Monsieur le capitaine Ferré, et le dit Colzi a servi dans le régiment l'espace de huit ans et après la retraite de Monsieur le général Du Mourrier (Dumouriez), il s'en est venu dans la Vendée, ayant déserté armes et bagages au Poste de Saint-Aubin-de-Luigné. Ensuite, il s'est rendu dans les chasseurs du général Stofflet où il a servi courageusement dans tout le cours de la guerre royale et le dit Colzy s'est trouvé sous le commandement de Monsieur Cady en la compagnie du capitaine Barbot à l'affaire qui a eut lieu à Chalonnes sur Loire, qu'ils ont gagné sur les troupes républicaines et d'après le traité de paix qu'il a été fait caporal ce traité étant fait avec le général d'Autichamp avec le général Canclos républicain, et le dit Colzy par sa bonne conduite s'est établi à Saint-Lézin où il a resté depuis vingt et un ans et a toujours marché dans les armées royales quand ils ont eut lieu et il s'est trouvé sous les commandements de Monsieur Blouïn du Bouchet et il s'est trouvé il y a sept ans à l'affaire du château ''Priedeau'' (Piedouault) en la commune de Jallais, canton de Beaupréau, département de Maine et Loire, et que même en chargeant son armes, il a été blessé au bras droit, ce qui est cause qu'il est hors d'état de travailler et quatre mois après il s'est fait un fort rassemblement sous le commandement de Monsieur le Général d'Autichamp et de Monsieur Cady pour marcher sur les Aubiers ; et le dit Cozy si est trouvé quoi qu'il fut pas parfaitement guéri de sa blessure, et deux mois après il y a eu un traité de paix à la rentrée de l'usurpateur, le dit Colzy s'est muni des certificats convenables et s'est mis en route pour Paris, pour la défense de Louis dix huit, ainsi que la famille des Bourbons et arrêté en route lorsque la famille auguste des Bourbons à désemparé de Paris. 

      A la dernière campagne qui a eu lieu dans la Vendée, ledit Colzy a toujours marché courageusement en qualité de premier caporal dans la première compagnie du capitaine Coêffard de Saint Lézin et il s'est trouvé à l'affaire qui a eu lieu à Saint Lambert du Lattay, à la Grolle et La Rocheservière sous le commandement de Monsieur le général d'Autichamp, de Monsieur Cady, de Monsieur Caqueray et de Monsieur de la Sorinière ; et le fils du dit Colzy âgé de seize ans a fait également que son père, toute la dernière campagne qui a eu lieu dans la Vendée, le dit Colzy quoique jouissant d'une pension de 50 francs, étant hors d'état de travailler, il ose encore réclamer les bontés...... » suite manquante. 

     

    Pierre-Louis-Sébastien Colzy....

    Sources:   

    - Archives Départementales du Maine-et-Loire tous droits réservés – Dossiers Vendéens: Pierre-Louis-Sébastien Colzy - dossier 1M9/121. Copie de la pièce numéro 3. 

    - Registres d'état civil de Saint-Lézin, Chemillé, Trémentines. 

    - Archives départementales du département de l'Aisne, tous droits réservés, commune de Remigny. 

    - Photo : de l'auteur et miniature d'un officier du régiment du Dauphin vers 1775, extrait de portraits miniatures – souvenirs historiques de Le Moine-Bouchard Fine-Arts. 

     

                                                        

     

     X. Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :