• Pierre Lehy....

                             

    Pierre Lehy, un éclat de sabre dans le crâne…

                

     

     

    Pierre Lehy....Pierre Lehy est né le 15 janvier 1760 à Trémentines. Il est le fils de Louis Lehy et de Marie-Anne Girard. Il épouse le 7 juin 1791 à Melay, Anne Albert, fille de Pierre Albert et de Martine Benêteau de la paroisse de Saint-Georges-des-Gardes.

    En 1793, il est laboureur à Melay, et il semblerait qu’il soit métayer à la Boulaie – Boulaye, métairie incendiée en 1794.

    De son mariage sont issus dix enfants :

    1° Pierre Lehy, né le 5 septembre 1793 à Melay ?

    2° Jeanne Lehy, née le 20 décembre 1796 à Melay ?

    3° Marie-Anne, née le 5 février 1799 à Melay.

    4° Perrine Lehy, née le 11 octobre 1800 à Melay.

    5° Jean Lehy, né le 15 mars 1803 à Melay.

    6°Anne Lehy, née le 8 octobre 1805 à Melay.

    7° Rose-Jeanne Lehy, née le 9 septembre 1809 à Melay.

    8° Louise Lehy, née le 19 septembre 1812 à Melay.

    9° Joseph Lehy, né le 30 juillet 1814 à Melay.

    10° Jeanne Lehy, née le 22 janvier 1819 à Melay.

     

    Pierre Lehy....

    Pierre Lehy....

     

    Au combat de Rablay « il reçoit un coup de sabre sur la tête et un morceau de ce sabre resta plusieurs jours dans sa blessure ». Il fut fait prisonnier à ce même combat et conduit dans les prisons d’Angers où il fut accablé de tous les maux que l’on faisait subir aux Vendéens. Sa métairie fut brûlée et tous ses biens volés par les républicains.

    Le 16 décembre 1828, il demande une pension.

     

    « A son Altesse Royale, la Duchesse de Berry,  

    A l’honneur d’exposer très humblement,  

     

    « Pierre Lehy, laboureur, âgé de près de soixante neuf ans, né à Trémentines et demeurant à Melay, canton de Chemillé, département de Maine et Loire. 

    Qu’il n’a cessé de donner les preuves les plus grandes de son attachement pour la cause de l’auguste famille des Bourbons ; que pendant tout le temps de la guerre de Vendée, rangé sous la bannière des lis ; il n’a pas craint d’exposer  mille fois sa vie pour la défense de cette noble cause ; qu’il a assisté à toutes les batailles et qu’au combat de Rablay ; il reçut un coup de sabre sur la tête, un morceau de ce sabre resta plusieurs jours dans sa blessure ; 

    qu’à la même affaire il fut fait prisonnier et conduit à Angers par les républicains qui lui firent endurer tous les maux dont ils ne cessaient d’accabler les Vendéens. 

    Que, pendant qu’il souffroit ainsi pour la défense de la cause à laquelle il est resté entièrement attaché, les républicains pilloient, saccageoient, incendioient tout ce qu’il possédoit, 

    qu’échappé de sa prison  par suite d’une amnistie accordée aux Vendéens, il revînt dans son pays où il ne trouva plus rien, la métairie qu’il exploitoit avait été brûlée ; et la chance pillée par l’ennemi. 

    qu’il se trouva réduit à la misère, ne pouvant se livrer à un travail assidu, et n’ayant aucun moyen d’existence. 

    Qu’aujourd’hui, père de huit enfant dont un voudroit se destiner à l’état ecclésiastique, et que ses moyens ne permettent pas de faire instruire ; étant avancé en âge, et ne pouvant travailler, sa vue devenant faible et son entendement étant diminué par les suites de sa blessure ; Il ne jouit que d’une pension  de cinquante francs bien insuffisante à ses besoins et à ceux de sa famille. 

    Pourquoi il vous supplie très humblement Madame, de vouloir bien vous intéresser à lui et de le soulager dans son infortune en lui accordant une pension qui l’aide à vivre dans ses vieux jours et en ayant d’avoir la bonté de vouloir bien prendre en considération le désir que son fils âgé de quinze ans manifeste de se livrer à l’état ecclésiastique et l’impossibilité où il se trouve de dépenser pour son instruction. 

    Il ose recommander son fils à votre charité et humanité. 

    et de dire Madame, 

    de votre Altesse Royale, 

    le très humble, très obéissant et très dévoué serviteur. 

    signé : 

    Ange de la Béraudière Maire. 

    Melay, le 16 septembre 1828. 

    De la Sorinière, Chevalier de Saint-Louis, chef de la division de Chemillé. » 

     

    Sources : 

     

    . Archives Départementales du Maine-et-Loire - tous droits réservés  – Dossiers Vendéens – Pierre Lehy - class 1M9/237. 

    . Registres paroissiaux et d’état civil de la commune de Melay.- Famille Lehy de Melay - Généanet. 

    . Cadastre Napoléonien 3P4/207/1 Melay Tableau d’assemblage plan Napoléonien de 1827 – et la Boulaye 3P4/207/3 Melay  A2 de la Gastée – Plan Napoléonien de 1827 – Archives Départementales de Maine et-Loire, tous droits réservés. 

    . Photo : de l’auteur. 

                                                         

    X. Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :