• Pareds...

    Pareds

     

    Une nouvelle fois à la poursuite de nos paroisses disparues, nous allons cette fois, nous plonger dans un passé plus profond qu’à l’habitude. Tous nos villages ont dans leurs racines des fondations religieuses, résultats d’une évangélisation qui gagna sur le paganisme et qui, d’une simple communauté de moines a su créer les églises des villages d’aujourd’hui. Retrouver les traces de ces anciennes fondations est un sujet passionnant d’autant que la « grande histoire » ne s’intéresse guère à ces minuscules villages. Le travail que nous faisons pour cet article n’a aucune prétention archéologique et il serait d’ailleurs trop long et fastidieux d’exposer ici la pléthore de documentation trouvée dans l’Annuaire de la Société d’Emulation de la Vendée (1874). Nous nous contenterons d’un petit résumé, accessible au commun des mortels, afin de ne pas laisser sombrer dans l’oubli ces hameaux autrefois villages.

    L’histoire de Pareds semble commencer quelque part entre le Pareds actuel et Saint-Hilaire-du-Bois au « Champ des Vieilles Eglises » où des fouilles ont permis de retrouver bon nombre de tombeaux datant de la période gallo-romaine et les vestiges d’une église des débuts du christianisme. D’autres fouilles permettront de comprendre que notre village de Pareds, situé au confluent de l’Arkanson et du Loing était nettement plus étendu dans l’antiquité que de nos jours. Une église se construira à Pareds, siège d’un archidiaconé (suite à une bulle du pape Paul II le 15 janvier 1468) ayant autorité sur quarante paroisses, faisant par là oublier « les Vieilles Eglises ». Ainsi, appartenaient à Pareds :

    Mouchamps, Saint-Mars-la-Réorhe, Vendrennes, la Caillère, Saint-Hilaire-du-Bois, Châteaumur, Réaumur, Montournais, Tillay, Saint-Gemme-des-Bruyères, Cheffois, Mouilleron-en-Pareds, Saint-André-Goule-d’Oie, Les Châtelliers, La Flocellière, Saint-Michel-Mont-Mercure, Le Tallud-sur-Maine, Sainte-Cécile, Les Herbiers, Ardelay, Saint-Philbert-du-Pont-Charrault, Chantonnay, Saint-Germain l’Aiguiller, Sigournais, Chavagnes-en-Pareds, Saint-Mars-des-Prés, Saint-Vincent-d’Esterlanges, Chassais-l'Eglise, Les Redoux, Sainte-Florence, Rochetrejoux, Le Boupère, Saint-Paul-en-Pareds, Le Vieux-Pouzauges, Pouzauges, Bazoges-en-Pareds, Menomblet, Saint-Germain-de-Prinçay, Puybelliard et bien sûr La Jaudonnière dont Pareds, n’est plus aujourd’hui qu’un gros hameau. A cette liste "officielle", on pourra sans doute ajouter Saint-Sulpice-en-Pareds.

    Au centre de notre village, on trouve facilement les ruines de l’église, atypique avec sa nef étrange, sans doute issue de plusieurs campagnes de construction à partir d’un ancien temple païen. Durant près de cent cinquante années, depuis la ruine de l’église de la Jaudonnière, survenue au XV° siècle, Saint-Pierre de Pareds, sera la seule église paroissiale jusqu’en 1700. Son cimetière recevait les défunts au même titre que celui de la Jaudonnière. Les dernières cérémonies religieuses y seront célébrées en 1793. Vendue, elle deviendra maison d’habitation.

     Une carte postale ancienne nous la montre plus complète qu’aujourd’hui. Quoiqu’il en soit, et si Pareds est un lieu de promenade assez improbable, c’est tout le charme d’un passé devenu subitement proche qui emplit les rêves du visiteur.

     

    RL

    Avril 2012

     

    Pareds...

    Pareds...

    Pareds...

    Pareds...

    Pareds...

    Côté Sud de la Nef

    Pareds...

    La Nef

    Pareds...

    Pareds...

     

    Pareds...

    Quelques un des anciens moulins...

     

    Pareds...

    Pareds...

     



    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Shenandoah Davis
    Lundi 16 Avril 2012 à 22:55
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :