• Nuit de tempête....

    Nuit de tempête

     

     

    Une atmosphère étrange ce soir…. Le calme de ce début de nuit commence tout juste à être perturbé par quelques rafales d’un vent d’Ouest que l’on connaît bien en Vendée. La pluie cesse, puis reprend. Tantôt frappant les volets, tantôt disparaissant pour laisser placer au hululement lugubre de l’une de ces nuits de tempêtes que nos anciens n’aimaient guère. Les nuits de tempêtes dans le Bocage bressuirais annoncent la mort à ce que l’on dit. Les « chasse-galeries » de mauvais esprits se plaisent dans le vent nocturne et sinistre. Les sorcières se joignent aux âmes des damnés, accompagnés de démons dont l’apparence même vous foudroierait d’horreur si jamais vous osiez sortir de la maison !!! On prie Sainte-Barbe et la Sainte-Croix auprès du feu vacillant pour se rassurer. On dit le chapelet. Point question d’aller voir aux bêtes dans les étables, elles sont à l’abri et qui sait ? On pourrait bien faire une mauvaise rencontre dans la cour de la ferme. Et puis ces tempêtes, je vous parie qu’il y a un pendu dans les bois de la « Vergnaie », ou bien que le « bonhomme sans tête » de la « Douarnière » est de sortie ce soir. Les arbres eux-mêmes sont devenus menaçants, spectres terrifiants, se tordant, grinçants  et à la silhouette sombre et griffue.

     

    Le vent se renforce, il passe sous la porte et fait danser les flammes du foyer. Dans le coin de la grange là-bas, il a émis une sorte de gémissement. Etait-ce bien le vent qui a fait cela ? Oh ce vent….. Il gémit sous la porte maintenant… Il nous amène quelque chose, quelque chose de terrible, peut-être bien des cris… des cris dans la nuit noire. Une rafale de pluie violente s’abat sur la fenêtre du fond de la pièce, cette fameuse fenêtre qui ne ferme pas bien et qui apporte toujours du froid. Le calme revient. Seule la cheminée semble encore combattre quelque chose avec ces crépitements. Ces crépitements de…. feu….. Un hululement sinistre se fait soudain entendre, le vent revient, emportant avec lui quelques objets que l’on avait oublié d’enlever dans la cour. Vous avez entendu comme moi les amis ? C’était bien une cloche ça non ? C’est la cloche de l’église de Voultegon ? Celle de Montravers ? Impossible ! Qui irait sonner une cloche par un temps pareil ? Ce doit être le vent qui a bousculé quelque chose dans le chemin, ce n’est rien d’autre que cela. Non, non et non ! j’ai bien entendu une cloche ! C’était lointain mais net !…

     

    Fantasmagories…. Imagination, Le tocsin de Voultegon, celui de Montravers ou de Saint-Mesmin se sont tus depuis bien longtemps, enfin, c’est ce que nous pensons…..

     

    Un cri déchirant apporté par une rafale ! et la pluie qui s’abat sur la porte. C’est Grignon, il est là derrière, derrière la maison !!! Son spectre rôde quelque part dans les haies torturées par l’ouragan. Le feu crépite dans la cheminée. Bon sang ! Ce vent tourne au Nord ! Il a dû passer à la Saugrenière avant d’arriver ici et il nous apporte de terribles nouvelles ! Le feu dans la cheminée…. La Saugrenière… La tombe de Marigny à Combrand…. Un frisson me traverse l’échine. Il vient du dehors, de ces chemins de l’horreur, de ce courage qui n’est plus. La chasse-galerie n’est qu’une légende et ce soir le vent ne fera que casser quelques branches pourries. Mais en fait que savons-nous ? La Vendée hurla de douleur, oui, mais ce soir elle se venge…. La Vendée, ce soir court après les âmes de Turreau et Grignon.

     

     

     

                                                                     RL

    Mars 2010

     

    J’ai écrit ce texte dans la nuit du 27 au 28 février 2010, sans me douter un seul instant de ce qui se passait là-bas, sur la côte, 80 kms plus à l'Ouest, sous la fureur de Xynthia. Je m’étais trompé, la Vendée ne se vengeait pas, elle était une nouvelle fois victime.

     

    Paix éternelle aux victimes Vendéennes et Charentaises.

     

    RL

    Avril 2012


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :