• Monsieur de Beaufort demande une pension....

               

     Monsieur de Beaufort demande une pension...

     

                

    Monsieur de Beaufort demande une pension....Dans certaines circonstances, il m'arrive de citer Montesquieu, (Mes pensées) :

     

    « Quand il s'agit d'obtenir les honneurs, on rame avec le mérite personnel et on vogue à pleine voiles avec la naissance. » 

     

    En effet, certaines demandes de pensions sont assez surprenantes, elles proviennent d'émigrés arrivés en Vendée ''à la fumée des cierges'', ayant servi ''in-extremis'' en 1815 et obtenu immédiatement une pension de 600 francs... et dès 1819 redemandant un autre secours...

    Ces demandes n'ont-elles été déposées, que pour pallier à des revers de fortunes ? On peut se poser la question.

    En général, ces émigrés demandeurs ne sont pas des personnages aux corps criblés de blessures, devenus infirmes par les privations et les durs combats menés dans les chemins creux du bocage vendéen... Non, ils sont tout simplement désargentés. Le capitaine de paroisse est aussi sans le sou,  il vit dans sa métairie en ruine avec le souvenir de sa famille massacrée ; comme le soldat, il ne touchera rien ou pas grand chose, seulement un bout de papier lui rappelant ses hauts faits d'armes !

     

    « Nos cicatrices ont le mérite de nous rappeler que le passé n'a pas été un rêve.» 

     

    L'adage : ''A chacun selon son mérite'' n'est pas toujours vrai, la fuite et l'exil sont parfois mieux récompensés que le combat...

     

    Voici la demande de pension :

     

    « Ministère de la maison du Roi, 

    Paris, le 23 juillet 1819. 

     

    Le conseiller d'Etat, Commissaire délégué pour instruire les demandes de secours ou pensions sur la liste civile.    

    A Monsieur le Préfet du département de Maine et Loire. 

    Monsieur le Préfet, 

    Mr le Chevalier de Beaufort, capitaine de la légion de la Dordogne (1) en garnison à Angers demande une pension sur la liste civile. 

    Il expose qu'il a émigré et n'est rentré en France qu'en 1815, époque à laquelle il a servi dans la Vendée  : qu'il avait obtenu une pension de 600 francs (2) sur la liste civile mais qu'il l'a perdue lorsqu'il a été placé dans la légion de la Dordogne, que ses pères et mères fixés à Périgueux ont également émigrés, qu'ils ont perdu toute leur fortune, qu'il ne peut rien espérer d'eux : qu'il reste marié et que sa femme, qu'on croit être Anglaise est également sans fortune. Il ne dit point s'il a des enfants. 

    Mr de Beaufort ne donnant aucun détail qui puissent m'éclairer sur sa fratrie et la fortune de sa femme et si elle est étrangère, il n'y aurait qu'une attestation vérifiée et visée par Mr l'ambassadeur de France qui put fixer le Ministre du Roi. 

    J'ai l'honneur d'être avec ma considération très distinguée. 

    Monsieur le Préfet votre très humble et très obéissant serviteur. 

    signé Rochefort. »

     

    (1) Unité d'Infanterie équivalente à un régiment sous la Restauration (22ème légion) 13 régiment d'infanterie de ligne en 1820. 

    (2) Il ne précise pas qu'il a servi dans l'Armée des émigrés, ce qui pourrait expliquer la pension de 600 francs, mais simplement en 1815 en Vendée. 

     

    Le 30 août 1819, réponse du Préfet :

     

    « Angers, le 30 août 1819, à Monsieur le secrétaire d'Etat chargé des demandes de pensions sur la liste civile. 

     

    Monsieur le Comte, 

     

    Par votre lettre du 23 juillet dernier, vous me demandez des renseignements sur Monsieur le Chevalier de Beaufort, lequel demande une pension sur la liste civile : 

    Cet officier n'est pas en ce moment à Angers mais bien à Périgueux où il a dit rester comme commandant d'une des compagnies du dépôt de la légion de la Dordogne, mais j'ai quelque connaissance de sa position : 

    Ce qu'il avance de l'émigration et du peu de faculté de ses père et mère est vrai, lui-même en est réduit à ses seuls appointements et a du même contracter des dettes pour son premier équipement. Sa femme est effectivement Anglaise ; et sans nulle fortune. Le dénuement était tel qu'en 1816 lorsque la légion de la Dordogne fait tenir garnison à Angers, que cette femme qui est très délicate entreprit le voyage à pied et le continua ainsi malgré des pluies qui survinrent, jusqu'à ce que le colonel de ce corps la voyant dans un état de détresse absolu la fit monter pour quelques journées dans sa voiture. 

    Depuis elle a vécu ici dans une retraite absolue jusqu'au moment de son départ en 1817 ou 1818 pour Périgueux. 

    Je puis donc vous assurer que Mr le Chevalier de Beaufort a réellement besoin des bienfaits de sa Majesté.   

      Avec ma respectueuse considération …. signé illisible. » 

     

    De Jay de Beaufort Claude-Henry-Raymond est né le 20 février 1778 à Périgueux, il est le fils d'un maréchal de Camp : Jacques de Jay de Beaufort et de Béatrix de Paty. Il émigre avec ses parents, son père est décédé à Périgueux le 7 novembre 1824.

    En 1802 on le rencontre à Londres en Angleterre où il se marie le 20 septembre à Saint Pancras avec une Anglaise, Elisabeth-Guillelmine-Rosalie Greigh Archdeacon. De cette union sont issus :

     

    1° de Jai de Beaufort Henry-Michel, né à Londres le 16 mai 1809.

     « Baptême : de l'ancienne chapelle française de London Street, déposés à la chapelle royale de France King Street Portman Square Londres, fils de Messire Claude Henry Raymond de Jai de Beaufort, natif de la paroisse de Saint Front ville et diocèse de Périgueux et de Dame Elizabeth Guillelmine Rosalie Greigh Archeacon, native de la paroisse de Saint Folien ville d'Aix la Chapelle diocèse de Liège. Marraine : Rosalie Malvinghen, grand mère maternelle de l'enfant... » 

     

    2° de Jai de Beaufort Elisabeth née en 1814.

     

    Claude-Henry-Raymond de Jai de Beaufort est décédé à Dax le 12 octobre 1845 (vue n°141/145 décès Dax année 1845).

     

    Sources:   

     

    Archives Départementales du Maine-et-Loire tous droits réservés – Dossiers Vendéens : Beaufort de - dossier 1M9/41.  

    Base LEONORE – Dossier Légion d'Honneur – cote LH/154/67. Henry-Michel de Jai de Beaufort, né le 16 mai 1809 à Londres. 

    Généanet : famille de Jai de Beaufort. 

    Photo: crédit photo MPF. 

     

                                                         

     

    X. Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :