• Louis Emeriau....

                                    

    La Baïonnette Royale

     

     

     Louis Emeriau.....Emériau Louis, est né et a été baptisé le 27 août 1767 à Saint-Pierre-Montlimart  il est le fils de Pierre Emériau, closier aux ''Boulayes'' et de Jeanne Guiet* ou Leguay, le parrain a été Louis Bretault et la marraine Marie Grimault épouse de Michel Boré de cette paroisse. 

    * Jeanne Leguay qui est née le 8 mai 1731 à la Boissière-du-Doré a été portée disparue en novembre 1793 outre-Loire près de Pontorson, lors de la Virée de Galerne.

      Louis Emériau s'est marié le 25 janvier 1795 à Saint-Pierre-Montlimart avec Renée Pilet née le 28 janvier 1775 à Saint-Pierre-Montlimart.

       En 1793 il prend les armes à l'âge de 26 ans. Il sert comme simple soldat dans une compagnie de Saint-Pierre-Montlimart en 1793, 1794, 1795 et assiste presque à toutes les batailles. Il fait partie des rares survivants de la Virée de Galerne et a perdu deux de ses frères soldats dans les armées Vendéennes. En 1815, il est encore au combat à Rocheservière.

       Le 24 mai 1825, il dépose une demande de pension. Louis Emériau décède à Saint-  Pierre-Montlimart le 24 avril 1838.

     

      Demande de pension.

     

    «   A Saint-Pierre-Monlimart le 23 mai 1825

       Louis Emériau, journallier demeurant au village du''Petit Montrevault'' commune de Saint-Pierre-Monlimart,

      A son Excellence Monseigneur le Ministre Secrétaire d'Etat de la Guerre,

       Monseigneur,

      J'ai l'honneur de vous exposé que je pris les armes dé le mois de mars 1793, pour la cause des Bourbons et le rétablissement de leur trône ; que je servi dans l'Armée Royale Vendéenne en qualité de simple soldat dans une compagnie de Saint-Pierre-Monlimart., en 1793,94,95 ; que j'ai assisté à la majeure partie des batailles qui ont eû lieu dans la Vendée entre l'Armée Royale et celle des républicains, en outre j'ai fait la tournée de Galerne ou je éprouvé et esuyé bien de la fatigue et de la misère.

      Mon père a aussi perdu tout son mobilier qui faisait notre seule aisance ; le quel a été pillé et incendié par les Républicains.

      J'ai aussi perdu deux de mes frères qui sont morts dans les combats pour la cause du Roi.

      Je suis père d'un enfant qui est infirme, je n'ai que mon état de journallier pour pourvoir à leur existence, et de ma femme, aussi suis-je dans un grand besoin.

      L'Ordonnance du Roi me donne l'espoir d'obtenir un secours.

      Je vous prie Monseigneur de prendre en considération mes services, nos pertes, les malheurs que je éprouvé et la position facheuse où je me trouve par suite de la Révolution et de proposer à sa Majesté de m'accorder un secour au quel je droit d'après son Ordonnance du 29 décembre dernier.

      J'ai l'honneur d'être avec respect

    Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur.

      Le pétitionnaire a déclaré ne savoir signer. Vu et légalisé la signature de Emériau Louis

      Fait à la mairie ce 24 mai 1825 ».

                                                                                     signé d'Armaillé.

     

    Certificat des Officiers .

     

      « Nous soussignés, anciens Chefs suppérieurs des Armées Royales Vendéennes d'Anjou Chevalier de l'Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis ; certifions que Louis Emériau, journallier au village du Petit-Montrevault commune de Saint-Pierre-Monlimart ; a servi dans les Armées Royale de la Vendée en 1793 et 1794, qu'il a assisté à différentes batailles qui y ont eû lieu, et qu'il de plus fait la tournée de galerne où il a assuyé bien des fatigues et qu'en 1815 il était au combat de la Roche Servière :

      Qu'il a toujours montré beaucoup de zèle pour la cause des Bourbons et qu'il mérite d'être compris dans les secours que vient d'accorder sa Majesté.

      En foi de quoi nous lui avons délivré la présent. A Saint-Pierre-Monlimart le 25 mai 1825 ».

     

    Signé : Martin Baudinière Chevalier de Saint-Louis Colonel Vendéen – Tristan Martin Chevalier de Saint-Louis Adjudant-Général Vendéen – Lhuillier Colonel Chevalier de Saint-Louis Chef de la division de Beaupréau.

    Louis Emeriau.....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Sources : Archives Départementales du Maine et Loire - tous droits réservés, dossiers Vendéens, 1M9/56 – Généanet,  famille Emériau -  Photo de l'auteur.

     

     Xavier Paquereau pour Chemins secrets.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :