• Louis-Charles de Fesque....

     

                                                            

    Louis, Charles, marquis de Fesque de la Roche-Bousseau de la paroisse de 

    Hommes (Touraine) tué en Vendée par les Républicains en 1793. 

     

     

     

                

      

     Louis-Charles de Fesque.... En 1819, Madame la marquise de Fesque de la Roche-Bousseau demeurant à Chanteloup dans le Maine et Loire dépose une demande de pension concernant son mari, le Marquis de Fesque ''massacré par les républicains en 1793 en Vendée''. Elle précise qu'elle a été elle-même emprisonnée à Tours et à Saumur.

      Effectivement, deux chefs Vendéens dont le Chevalier de Fesque de l'Armée d'Anjou ont été tués au cours des guerres de Vendée. Nous ignorons les lieux et les circonstances de leurs décès.

      Louis, Charles de Fesque, Seigneur de la Coudre et de Belair est le fils de Charles, Joseph de Fesque et de Marguerite, Anne de Quirit*. Certainement apparenté à  Charles, Marie, Joseph de Crozé, il est né et été baptisé le 11 janvier 1757 à Montreuil-Bellay en Anjou. Fils de Charles-Joseph-René de Crozé, chevalier de Saint-Louis, né le 12 septembre 1730 au château de la Treille à Montreuil-Bellay et décédé en ce lieu le 31 mars 1777 qui avait épousé le 24 février 1756 à Chinon Demoiselle Marie-Madeleine Quirit de Coulaines de la Motte-Usage, née le 21 juillet 1735 au château d'Usage à Huisme et décédée au château de la Treille à Montreuil-Bellay, le 20 décembre 1775.

      Il épouse Céleste,Yves, Marie Desmé du Buisson, née et baptisée le 6 décembre 1760, paroisse Saint-Pierre à Saumur, fille de Messire Joseph Desmé du Buisson, Chevalier, Mousquetaire du Roi, puis Lieutenant-Colonel de cavalerie, né le 16 décembre 1733 au Cap Français d'Haïti qui avait épousé le 22 mars 1756 à Saint-Germain-sur-Vienne, Damoiselle Anne, Marie, Hyacinthe, Céleste, Aubert du Petit Thouars.

      Un mot sur le parrain de Céleste Desmé du Buisson : Il s'agit de Claude-Thomas Desmé sieur du Buisson, né le 1er janvier 1729 au Cap Français (St Domingue). Il était depuis 1757 lieutenant-général et sénéchal du Saumurois. Quand se réunit en 1790, l'Assemblée Electorale, il prononça un discours d'allure très réservée, montrant ainsi combien il souffrait de s'incliner devant une autorité autre que celle du Roi. Il fut néanmoins nommé président du Tribunal de District, et là encore, quand il dût prêter serment, il prononça un discours froid et laconique, déclarant que le patriotisme seul lui faisait jurer le maintien de la constitution décrétée par l'Assemblée et acceptée par le Roi. Après le 10 août, il est signalé comme entaché d'aristocratie et fréquentant les milieux les plus gangrenés du district, il fut révoqué.

      Après la prise de Saumur par les Vendéens, il fut choisi comme président du comité royaliste. Il se retira à Brain lorsque les républicains réoccupèrent la ville, puis à Breil, et enfin à Hommes près de Langeais. Dénoncé par le curé de cette paroisse, chez qui il s'était réfugié pendant 10 mois, il fut emprisonné à Saumur. Interrogé par le Comité Révolutionnaire, il ne renia pas ses convictions et fut renvoyé devant le tribunal Révolutionnaire. Mais après deux mois, il mourut de froid et de misère le 7 pluviôse de l'an 2 (26 février 1794) à la tour de l'infirmerie Grainetière.

      Ses meubles, gravures, tableaux furent vendus en Vendémiaire de l'an 3.

     

      Le 24 juin 1819, le Conseiller d'Etat, Commissaire délégué pour instruire les demandes de secours ou pensions s'adresse à Monsieur le Préfet d'Angers en ces termes :

     

     

      «  Paris, le 24 juin 1819

      Le Conseiller d'Etat, Commissaire délégué pour instruire les demandes de secours ou pensions sur la liste civile,

      A Monsieur le Préfet du Département de Maine et Loire ;

      Monsieur le Préfet,

      Madame la marquise de Fesque de la Roche-Bousseau, demeurant à Chinon, Maine et Loire (???) a demandé une pension sur la liste civile.

      Elle expose que M. de Fesque, son mari, né à Bel-Air près de Chinon, a servi plusieurs mois dans les armées Royales de la Vendée : qu'il a été massacré en 1793 par les républicains : que quant à elle, elle a été détenue à Tours et à Saumur, que tous les biens de son mari qui étaient situés dans le département d'Indre et Loire ont été vendus ; qu'elle a perdu tous ceux qu'elle possédait personnellement et qui étaient situés à Saint-Domingue. Elle ajoute qu'elle n'a que 400 Frs de rente.

      Je vous serai obligé, Monsieur, de prendre sur cette demande les renseignements indiqués par l'instruction du 15 juillet dernier.

      J'ai l'honneur d'être avec une considération très distinguées.

      Monsieur le Préfet, votre très humble et très obéissant serviteur.

      Signé  : Rochefort. »

     

    Louis-Charles de Fesque....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

       La Marquise Céleste-Yves-Marie Desmé du Buisson, veuve de Louis-Charles, Marquis de Fesque de la Rochebousseau est décédée le 2 février 1823 à trois heures du matin, à l'âge de 62 ans à Chanteloup-les-Bois .

     

     

    Sources: Archives Départementales de Maine et Loire tous droits réservés - dossiers Vendéens – Rochebousseau, marquise de.1M9/320 et Fesque de la Roche-Bousseau, marquise de. 1M9/159. - Etat civil de la commune Saumur et Chanteloup-les-Bois, vue 31/148 - Dictionnaire Historique, Géographique et Biographique du Maine-et-Loire Célestin Port – Tome II H Siraudeau et Cie Angers. - Blogue : ''Les Cousins de la Marquise'', la Noblesse d'Anjou en 1789 – Ministère de la Maison du Roi, vue n°1/3 - Photo de l'auteur.  

                                                                           

     

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets.²² 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :