• Les Landes de Jouinos....

     

    Les Landes de Jouinos...

     

     

    C'est du côté de Saint-Denis-la-Chevasse que notre promenade de ce jour nous a conduit. Rien de bien mémorable pour la cause vendéenne mais une fois de plus un lieu oublié dont les historiens parlent mais sans vraiment le situer.

     La plupart du temps orthographié "Jouinos", on le trouve sur les cartes écrit "Jouinaud" ou "Jouineaux", voir encore "Jouinaux".

     Le 18 juillet 1794, une colonne républicaine incendiaire passe dans les Landes de Jouinos comme en atteste cette lettre. Toujours dans les Landes de Jouinos, deux paysans seront tués par les blancs pour avoir collaboré avec les républicains. Le Bouvier Desmortiers fait allusion à cet épisode dans sa "Réfutation des calomnies publiées contre le général Charette: commandant en chef les armées catholiques et royales dans la Vendée ". Voir l'ouvrage en ligne ici.

     C'est encore dans les Landes de Jouinos que Couëtus et Faugaret rencontreront le général Gratien le 31 décembre 1795, en vue de pourparlers de paix.

     

     RL

    Décembre 2014

     

     

     

    Les Landes de Jouinos sur la carte de Cassini

     

    Les Landes de Jouinos....

     

     

    Les Landes de Jouinos....

      

    Le moulin des Jouineaux

     

    Les Landes de Jouinos.... 

     

    Les landes qui n'en sont plus aujourd'hui...

     

    Les Landes de Jouinos....

     

    ... et qui s'étendaient sur un territoire immense.

     

    Les Landes de Jouinos....

     

     

     


  • Commentaires

    4
    Mardi 16 Décembre 2014 à 18:18

    Effectivement, une idée...

    3
    Mardi 16 Décembre 2014 à 18:06

    Ce serait intéressant de recréer localement cet environnement disparu qu'on a du mal à se représenter. Peut-être pas au Puy du Fou (près du prochain spectacle de Charette), mais plutôt du Refuge de Grasla.

    2
    Mardi 16 Décembre 2014 à 17:31

    Aucune trace de ces landes sur le cadastre de 1837. La marquise de LRJ disait elle-même au moment de ses mémoires que le Bocage n'avait déjà plus rien à voir avec ce qu'il était en 1793.

    1
    Mardi 16 Décembre 2014 à 11:41

    Quel dommage qu'on ne voit plus ces landes impénétrables dont parlent les livres d'histoire, ces épais taillis d'ajoncs et de genêts où nos ancêtres trouvaient parfois refuge ! Ces paysages d'antan ont totalement disparu...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :