• Les cols noirs....

     

                                                            

                      

    Les hommes aux ''cols noirs'', novembre 1797...

     

     

     

     Les cols noirs.... La République est une véritable dictature. En effet, sur la simple lettre d'un criminel de guerre, chef d'une Colonne Infernale, le général Dusirat* ; l'administration municipale de la ville d'Angers sous la forme d'un arrêté, interdit le port du col de couleur noire** et demande que l'on exerce une surveillance des individus portant cette particularité... Il appert que cet attribut vestimentaire est le signe de ralliement des voleurs, des brigands et malfaiteurs, qui infestent le territoire de ce département. (sous-entendu les royalistes). Mais, je vous rassure, les scélérats ne sont pas ceux que l'on croit.

     

      *De son vrai nom : Pierre-Marie-Gabriel Vidalot du Sirat, vous ne trouverez pas les meurtres commis par ce ''scélérat'' en Vendée dans wikipédia, mais dans un article de la Maraîchine Normande...

      ** Depuis Vauban, l'utilisation du col noir est prescrite dans les armées en temps de guerre et le col blanc en temps de paix, voir aussi (Tome II du dictionnaire de l'armée de terre de Saint Bardin p 1346, intitulé : col de troupe).

     

      « L'administration municipale d'Angers, vu l'arrêté de l'administration centrale, du premier jour complémentaire au cinquième, pris en conséquence de la lettre du général Dusirat, portant en somme que, d'après les rapports qui lui sont parvenus, tous s'accordent à signaler les voleurs et les brigands qui spolient les malles et les voitures publiques, vêtus de différentes manières, presque tous portant le collet noir à leurs vestes et à leurs habits, et qu'il a donné les ordres pour exercer la plus scrupuleuse surveillance sur les individus revêtus de ce signe de la royauté ; qu'en conséquence, il invite l'administration centrale d'engager les citoyens qui jusqu'à ce jour n'ont porté des collets noirs que comme un costume à la mode, à l'abandonner entièrement.

      Ledit arrêté donné aux administrations municipales, comme un avis que l'administration centrale donne à ses concitoyens, d'abandonner un costume devenu dans son arrondissement un point de ralliement pour tous les malfaiteurs et ennemis de la république.

      Considérant qu'il résulte de la lettre du général Dusirat, que les voleurs et les brigands qui infestent les routes et font métier d'y voler, se sont signalés en portant un collet noir à leurs vestes ou habits ; qu'il en pourrait résulter que de bons citoyens, qui n'ont porté ces collets que comme un costume à la mode, seraient assimilés aux scélérats qui font métier de spolier et assassiner sur les routes, après avoir entendu un membre faisant pour la vacance du commissaire du directoire exécutif.

      Invite ses administrés qui peuvent avoir l'habitude de porter ces collets noirs à leurs habits, d'abandonner ce costume qui est devenu le signe de ralliement des voleurs et des brigands qui infestent le territoire de ce département.

      Arrête que le présent sera consigné pour valoir publicité dans les affiches du département de Maine et Loire.

      Fait en administration municipale, à Angers, le deuxième jour complémentaire, an cinquième de la République  »

     

     

     

     

    Sources: Archives Départementales de Maine-et-Loire, tous droits réservés. Les Affiches d'Angers, ou Moniteur du Département du Maine et Loire n°182, mercredi 20 septembre 1797 de l'ère vulgaire et 4éme jour complémentaire de l'an 5. Photo : Antikcostume - vente de costumes pour la reconstitution historique et la collection. 

     

                                                              

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :