• Les colonnes agissantes....

     

                   Après les Colonnes Infernales, les Colonnes Agissantes...

     

      

     

    Les colonnes agissantes....Le 13 mai 1794, c’est le terminus pour Turreau, le 20 mai, il est prié d’aller planter des choux à Belle-Ile, c’est la fin des Colonnes Infernales et la continuation des massacres... avec les Colonnes Agissantes.

     

    Penser que les républicains sont devenus doux comme des agneaux après le mois de mai 1794 relève du conte de fée. Ils continuent allègrement les massacres d’hommes occupés aux travaux des champs, de femmes et d’enfants à l’instar des colonnes des généraux de division Cambray et Delaage dans la région de Clisson, ce ne sont en fait que des criminels de guerre comme les autres.

      En définitive le bon républicain relève du mythe, ça n’existe pas, et rien n’a changé à ce jour. Le républicain reste un anti-clérical et un adversaire acharné des Catholiques. Aucune compromission ni aucun accommodement n’est possible avec cette idéologie et ce régime politique, tant qu’il ne vous a pas réduit ou exterminé.

    Comment être neutre alors que cette république-maçonnique a organisé et planifié la disparition par le meurtre des opposants politiques du pays et en particulier ceux de la Vendée Militaire. Rester neutre devant ce génocide ou ce populicide (au choix), c’est passer dans le camp des criminels.

    Le Nord Vendée et la région de Clisson sont des lieux qui me sont très chers. C’est dans cette région, qu’en mars 1794, la Colonne de Cordelier avec le capitaine Liger-Belair et son équipe de voyous, en remontant des Lucs, en ont profité, le 6 mars 1794, pour liquider une partie de mes ancêtres : la famille Bourdet au manoir du Pin et à la métairie de la Grange à Cugand.

     

    Voici «L’extrait de la correspondance de l’Adjudant Général Delaage depuis le 5 Prairial de l’an 2 :»

     

    « Le 19 Prairial (7 juin 1794) : 

     

    Ordre est donné à Cambray (général de brigade) de se porter de suite sur Montaigu, St Fulgent ou ailleurs. Il part et s’arrête à minuit dans les landes au-dessus de St Philbert près le bois de la Regrippière – Il se met en marche à 3 heures du matin pour se rendre à Montaigu, les ponts de Tiffauges étant coupés, il est forcé de revenir à Clisson où il se repose à six heures du soir – Arrestation d’un courrier de Charrette à St Philbert – Charrette et Stofflet sont réunis, les brigands qui étoient avec Stofflet l’ont abandonné pour la plupart beaucoup de laboureurs et d’ouvriers ont été tués à leurs travaux habituels - à Roussé (Roussay) et Saint Macaire il a été tué beaucoup de monde, 4 ordonnances en ont tué 29.  Ces deux jours de marche ont couté à l’ennemi au moins 300 hommes, sans compter les femmes et les enfants. » 

     

    « Le 22 Prairial (10 juin 1794). 

     

    « 50 brigands tués dans les villages voisins, 400 paquets de cartouches, trouvées par un chasseur du 3e dans l’église de Saint Crespin, 20 barriques d’eau de vie et 40 pièces de vin enfoncées, environ 80 hommes passés à la bayonnette près le village de Cugan (Cugand), 60 tués dans la fuite 140 platines de fusils prises chez un armurier, et environ 100 femmes conduites à Montaigu – La colonne de Delaage étoit de 4 à 5 mille hommes. » 

     

    Du côté des colonnes agissantes de Dusirat, c’est une armée de poivrots « ivres du matin au soir. »

    « Extrait de la correspondance de l’adjudant-général Dusirat depuis le 29 Floréal. » 29 et 30 Floréal et 9 Prairial – rapports. 

     

    « Il n’a point rencontré de Brigands sur la rive gauche de la Loire – 2 colonnes parcouraient le pays pendant que Delaage arrivoit à Chantoceaux – 12 à 15 brigands tués – 2 hommes 15 femmes et 9 enfants massacrés dans une grotte où étoient leurs cadavres – Il se propose de camper le lendemain près le Loroux – 2000 pièces de vin enfoncées depuis son passage au Marilais - les soldats ivres du matin au soir... » 

     

    Sources : 

     

    .Archives du Département de la Vendée, tous droit réservés.Correspondances des Armées de l’Ouest class B5/10-1- 22 mai au 8 août 1794 – vue n°7/26. Les colonnes Agissantes de Cambray Gal de Brigade et Delaage Gal de Brigade, adjudant général Dusirat. 

    . Photo : Les Colonnes Infernales – Vendée Novopress- Info. 

                    

     

    X. Paquereau pour Chemins Secrets 

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :