• Les chemins de la Croix-Noire....

    Les chemins de la "Croix-Noire"...

     

    Ce petit travail est destiné à éclairer un article ancien que l'on retrouvera ici et que nous avions voulu court et concis. Le Souvenir Vendéen avait posé une plaque à Etusson en mémoire de Frédéric Ménard et l'Association Vendée Militaire en avait posé une autre à la "Croix du Pré", précisément sur le site de la "Croix-Noire" où nous revenons aujourd'hui, preuve qu'Etusson n'a pas laissé indifférent les historiens.

    En détaillant les cartes IGN actuelles et en les comparant avec les chemins des matrices cadastrales parmi les plus anciennes de France et dont le département des Deux-Sèvres a la chance d'être doté, on peut se rendre un peu mieux compte du tracé qu'ont dû emprunter les malheureuses victimes de la Croix-Noire et de la Croix du Pré.

    A noter tout d'abord, qu'à la période révolutionnaire, le village de la "Croix-Noire" n'existe pas.

     

    Ici la Croix-Noire sur l'IGN actuel :

    Les chemins de la Croix-Noire....

     

    La matrice de 1813 :

    Les chemins de la Croix-Noire....

     

    Et l'emplacement de la ferme de la Croix-Noire marqué d'une croix rouge (c'est paradoxal, je sais, mais on ne fait pas forcément ce que l'on veut avec du vieux matériel informatique.)

    Les chemins de la Croix-Noire....

     

    On peut voir nettement l'emplacement de la ferme du Breuillet (signifiant en français moderne, "le petit bois"). Nous savons que les victimes de la tuerie, ou des tueries, ont été enterrées "au champ du Breuillet" (1). Le Breuillet n'existe plus aujourd'hui mais la mémoire a gardé le ou les endroits du supplice avec la fameuse "Croix-Noire" située à l'arrière de la ferme du même nom. Par ailleurs, la "Croix du Pré", elle, se trouve de nos jours en plein champ, protégée par un grillage afin que les animaux n'aillent pas piétiner le lieu des sépultures. (2)

     

    En observant l'IGN, on imagine le chemin qu'ont dû probablement parcourir les victimes, depuis les fermes de La Vaux, Longueville, La Charbonnière et le Breuillet. Un problème réside cependant dans le pourquoi d'une exécution en plein champ, là où se situe aujourd'hui "La Croix du Pré".

    Afin de comprendre ce qui s'est probablement passé, il nous faut encore une fois comparer la matrice cadastrale de 1813, la plus proche des événements, et celle de 2015. Ci-dessous, la matrice de 1813 avec son chemin qui bifurque au Nord de la parcelle N° 210.

    Les chemins de la Croix-Noire....

     

     

    Une vue aérienne assortie des parcelles actuelles :

    Les chemins de la Croix-Noire....

     

    On s'aperçoit que le chemin bien droit que l'on connaît aujourd'hui n'est pas encore tracé. En revanche, on voit nettement qu'une haie contourne par le Nord la parcelle N° 227 et qu'elle suit très clairement l'ancien chemin...

    Nous avons trouvé le parcours des derniers mètres qu'ont pu faire Angélique Brandy, sa petite-fille et les autres pauvres bougres qui suivaient le sinistre cortège....

    Nous avons placé là-encore, une croix rouge à l'emplacement de la sépulture de la "Croix du Pré" sur les deux images.

    Etusson est bien loin des Lucs et n'intéresse pas les royalistes d'opérette, de "porcelaines", de "versailleries" et tout le cheptel qui s'en suit. Que de leçons de vie pourtant à apprendre dans le silence des chemins...

     

    RL

    Août 2015

     

     

     

    Notes :

     

    (1) Le travail de l'abbé Michaud laisse supposer deux massacres : l'un en novembre 1793 et l'autre au passage de la colonne infernale de Grignon en février 1794. Ceci pour simple rappel.

    (2) Des ossements auraient été retrouvés au cours du XIX° siècle et amenés au cimetière d'Etusson.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :