• Les Amis du Pont-Paillat en pays de Pouzauges....

     

    Les Amis du Pont-Paillat en pays de Pouzauges...

     

     

     

    Nous faisons suite au compte-rendu de Nicolas déjà paru ici pour nous concentrer sur la seconde partie de notre sortie.

     

    Les Amis du Pont-Paillat sont en pleine expansion et le nombre de participants augmente à chaque manifestation. Les mails et le bouche à oreille font visiblement leur œuvre et il faudra probablement dans l'avenir revoir notre organisation afin de pouvoir accueillir davantage de personnes, venant pour certaines de très loin, de la Touraine, de la Vienne et des Charentes, toutes passionnées par les Guerres de Vendée et ces sorties sur le terrain qui nous sont si chères.

     

     Après les brillantes allocutions de Nicolas à Pouzauges, nous voici donc reçus chez notre amie Marie-Odile, à la Meilleraie-Tillay. Nous la remercions vivement de son accueil chaleureux et nous la prions de nous  excuser pour le dérangement provoqué dans sa maison pour l'apéritif et notre petit repas. Merci encore à Marie-Odile qui nous régala de ses crêpes. Nos amis poitevins de l'association du "Scalène Vert" (présidée par M. Renoux) avaient apporté l'apéritif et un généreux lot de victuailles picto-vendéennes qui furent très appréciés.

     

    Les Amis du Pont-Paillat en pays de Pouzauges....

     

    Il fallut, hélas, presser un peu la petite communauté, qui discutait histoire, politique et régionalisme pour nous rendre au bourg de la Meilleraie-Tillay. Nous entrâmes dans l'église et j'exposai en quelques mots la situation des deux bourgs de La Meilleraie et de Tillay au moment des Guerres de Vendée. J'évoquai au passage les massacres des habitants de la Vinatière et les revenants qui dit-on, hantent encore les alentours de "La Croix-Blanche", non loin de la Bujaudière. Les cris des massacrés s'entendent encore la nuit, à ce qui se dit dans le pays. Une dame au nom de famille à rallonge, munie d'un nombre impressionnant de particules, que je préfère appeler Jacqueline, accompagnée de son amie Geneviève avaient apporté quelques fleurs que nous laissâmes le soin à Marie-Odile de disposer près de l'autel en mémoire des victimes de la colonne infernale de Grignon. Nous nous retirâmes à l'extérieur de l'église, dans ce qui était en 1794, le cimetière, près de la maudite porte, où passèrent 34 personnes du village massacrées l'une après l'autre après avoir été dépouillées (l'argent avant tout, vieille habitude républicaine...).

     

    Les Amis du Pont-Paillat en pays de Pouzauges....

     

     Nous fîmes une minute de silence à la mémoire de ces malheureux, le temps d'une petite prière mentale, tandis que le temps se couvrait d'une manière étrange, nous rappelant que nous sommes en décembre et que le soir arrive vite, très vite.

     

    Les Amis du Pont-Paillat en pays de Pouzauges....

    Les Amis du Pont-Paillat en pays de Pouzauges....

     

     Il nous fallait donc reprendre la route et nous diriger vers notre dernière étape : la chapelle Sainte-Marie de Réaumur. Notre ami Jacques, avait pour une fois délaissé ses motos et ouvrait le convoi en voiture. A cette heure un peu tardive, quelques amis venus de Touraine et de Nantes, nous avait déjà dit au revoir, enchantés par la journée. Je fis un bref historique de la chapelle et de sa légende avant de parler du village de Réaumur attaqué par deux fois, par Westermann en 1793, puis en mars de l'année suivante par une colonne commandée par Joba.

     

    Les Amis du Pont-Paillat en pays de Pouzauges....

    Les Amis du Pont-Paillat en pays de Pouzauges....

     Nous nous sommes ainsi réunis dans la nuit tombante au-dessus des ossements de plusieurs femmes de Réaumur, atrocement massacrées et inhumées sous nos pieds. C'est là, sur ce petit territoire privilégié pour les femmes, que la mienne (La Maraîchine Normande), nous raconta en quelques mots, l'histoire de l'abbé Pibouin, qui parvînt, malgré la tourmente révolutionnaire, à revenir à Réaumur, réclamé et chéri de ses paroissiens après de multiples et mystérieuses aventures. Jacques compléta le tableau de l'histoire de Réaumur, par quelques notes sur les souterrains refuges, nombreux dans ce secteur et qui servirent à diverses époques afin de se protéger des ennemis et des aveuglements idéologiques.

     

    Les Amis du Pont-Paillat en pays de Pouzauges....

    Les Amis du Pont-Paillat en pays de Pouzauges....

     

     Il faisait "gros noir" lorsque Jacques nous reçut chez lui, en son logis et sa grand salle vendéenne ou un "dail" et un scapulaire trônent sur le manteau de la cheminée. Les pieds au chaud devant cette dernière datée de l'an de grâce 1580, le dernier café fut le bienvenu et il me semble que nous devons un grand merci à son épouse, un peu surprise par cet afflux de monde et qui fit tout son possible pour accueillir les derniers participants, réduits au nombre de 11 personnes. Mention spéciale à certains amis, venus du Haut-Poitou, encore présents et qui devaient encore rouler près de deux heures avant de retrouver leurs pénates...

     

     Il fallait rentrer à la maison et c'est dans un début de nuit qu'il nous fallut traverser le village de Montournais et passer à la Croix du "Moulin Tubin", là où plusieurs femmes furent horriblement massacrées et brûlées vives dans des fours à pain. Point de spectre sur notre route et les vestiges du Moulin Tubin étaient plongés dans une obscurité paisible autant que glaciale....

     

    Sur la Meilleraie et Tillay, quelques informations pour mémoire, ici et ici.

     

    L'album photo en ligne de Jacques.

      RL

    Décembre 2015

     

     


  • Commentaires

    3
    M. Henri
    Jeudi 24 Décembre 2015 à 17:40

     

    Merci Richard et Nicolas pour le compte-rendu, ce devait être une très belle journée assurément. Je ne pouvais être des vôtres, à mon grand regret, mais soyez assurés de ma présence lors de la prochaine sortie ! Gageons que nous serons encore plus nombreux pour rendre hommage à nos glorieux martyrs ! 

     

    Utrique semper fidelis,

     

    2
    L.Baron
    Dimanche 6 Décembre 2015 à 19:53

    Merci pour cette journée très intéressante, dommage, les jours d'hiver sont trop courts....

    1
    hardellière
    Dimanche 6 Décembre 2015 à 19:42

    Merci le loup, mais je n'en mérite pas autant. Pardon, s'il y a des invités que j'aurais  négligé, j'ai été un peu débordée ! Le loup ne sait plus compter ! money  Ce fut un plaisir de vous recevoir tous, et là, c'est moi qui vous remercie. C'était une belle journée, dommage qu'avec le manque de temps nous avons raté la petite chapelle de Tillay. N'hésitons pas à confier nos familles et la France à tous ces  martyrs vendéens. Quand nous sommes en communion avec eux, nous sommes aussi en communion avec le Christ. A bientôt chers amis du Pont Paillat et que Dieu vous garde et vous bénisse.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :