• Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

     

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette…

     

    Le temps qui menaçait d’orage ne nous a pas empêchés de mener à bien une sortie prévue depuis déjà plusieurs semaines. Le rendez-vous était fixé près du porche de l’ancienne église de Belleville-sur-Vie qui vit, dit-on le massacre de l’abbé Servant vers le mois de septembre 1793. Après un café-brioche offert par Jacqueline, nous nous rendîmes devant les restes de l’église pour évoquer quelques traits de la vie du prêtre, qui selon les travaux de Nadine, a probablement eu une autre fin, tout aussi barbare que celle qui est racontée habituellement.

     

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Une petite balade dans le bourg s’imposait. Devant le mess des officiers de Charette…

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Au « Palais Royal », construit pour accueillir Louis XVII…

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Et enfin devant le quartier-général de Charette…

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Nous quittâmes Belleville pour le village voisin de Saligny, plus précisément au « Pont-Caillaud » dit aussi « Pont-Caillou », lieu de la sépulture de Prudent de la Roberie, tué au combat des Landes de Boisjarry le 25 novembre 1795. La plupart des historiens ayant raconté qu’il avait été enterré à la Morinière de Saligny, ce lieu est totalement méconnu dans l’historiographie vendéenne. Et pourtant, il fut également le théâtre du massacre de deux prêtres : les abbés Jagueneau et Payraudeau, vicaire du Bourg-sous-la-Roche et curé de Saligny.

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    C’est non loin d’ici, sur une aire de pique-nique, que nous débutâmes l’apéritif et le repas. Repas marqué par les délicieuses tartes de Marie-Laure qui fêtait son anniversaire ce jour.

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    La chaleur commençait à devenir écrasante et nous devions penser au covoiturage pour nous rendre au hameau de Montorgueil, qui fut le dernier camp de Charette. Le temps manquait pour évoquer tous les événements survenus à Montorgueil mais je choisis de faire rêver un peu mon auditoire, au milieu de ce village haut en couleur et en mystères, dont les maisons typiques ne laissent personne indifférent. Les écuries de l’état-major de Charette, que l’on ne peut que deviner, le « fauteuil » de pierre où Charette haranguait ses hommes, caché, quelque part dans la végétation du coteau et bien entendu, des histoires de trésor et de souterrain, sans oublier la sépulture de François Pajot, tué la veille de Noël 1795 et enterré le soir même quelque part sous nos pas, au pied d’un pommier disparu depuis bien longtemps.

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    L’air devenait de plus en plus lourd en prenant la route du Poiré-sur-Vie aux Lucs-sur-Boulogne. C’était là, notre ultime visite, non loin du château de Pont-de-Vie : le château de la Métairie, lieu de résidence des sœurs Vaz de Mello, qui furent, comme on le sait, guillotinées à Nantes le 19 décembre 1793. Le propriétaire, monsieur Christian Gensollen nous accueillit avec une grande gentillesse. Il nous raconta comment il était venu « se perdre » ici et quelques tranches de la vie de ce château, hélas en bien mauvais état, faute de temps et d’un budget pharaonique pour ses réparations.

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Il était temps de repartir et quelques gouttes d’eau commençaient à tomber ça et là.

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Un nouveau café clôtura la sortie, en même temps qu’une distribution de livres de la part de Michel qui n’a pas échappée à Bruno ni à Angélique…

    Les Amis du Pont-Paillat dans les pas de Charette....

    Hormis la traditionnelle sortie du 14 juillet, deux rendez-vous sont déjà donnés à l’automne, l’un sous la houlette de Pierre et l’autre par Bruno.

    A très bientôt !

     

    RL

    Juin 2018

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :