• Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

     

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon…

     

    L’histoire de ces petits villages du Nord des Deux-Sèvres est souvent méconnue et si ce n’était les travaux de l’abbé Michaud, on n’en connaîtrait sûrement rien, tant cette micro-région est occultée par la grande histoire. Point de grands héros en pays argentonnais, point de chefs charismatiques et pourtant, une histoire forte avec son lot de victimes, souvent anonymes et enterrés au hasard d’un coin de champ.

    Le rendez-vous était fixé à 10 h ce dimanche 5 mai sur le parking du cimetière de Saint-Clémentin en vue de déposer quelques fleurs sur la tombe du curé Pierre Larc, curé insermenté de la paroisse et qui avait pris le parti de transmettre aux générations futures les noms d’une poignée de martyrs de sa paroisse.

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Après avoir rappelé la vie tourmentée du curé Larc, vivant caché tantôt sur le territoire de Saint-Clémentin, tantôt à la Guinebrandière d’Etusson, j’abordai quelques noms de victimes assortis des lieux où ils furent enterrés, secrètement pour la plupart. Je laissai ensuite la parole à Bruno qui nous parla des armes de récompenses et des fusils d’honneur accordés par Louis XVIII aux braves de la Vendée, et qui seront en 1832, la cible du gouvernement philippard.

    De là, nous entreprîmes une petite marche en direction des chapelles des Rosiers et Saint-Ouen, sur la route de la Coudre. Fermées lors de notre marche, les deux chapelles furent ouvertes dans l’après-midi, pour le bonheur de quelques participants qui s’y attardèrent. Après avoir rappelé l’ancienneté des deux chapelles et l’anecdote des cloches de celle des Rosiers, dont une fut retrouvée dans la rivière de l’Argent, à quelques pas de son chevet, on se mit en route pour le « Grand-Pont », lieu sur lequel nous devions pique-niquer malgré un petit vent frais.

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Sans nous attarder après le repas, nous nous mîmes en route, à pied, pour le bourg de Voultegon. Son église est certainement l’une des plus anciennes de tout le Poitou et une visite s’y imposait.

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Quelques pas plus loin, j’indiquai aux participants l’ancien emplacement de la chapelle Notre-Dame de Bonne Nouvelle, qui se situait alors au milieu de la route actuelle passant devant l’église. C’est là, que plusieurs personnes furent massacrées par la colonne de Grignon. La chapelle est aujourd’hui cinquante mètres plus loin.

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Un peu plus loin encore : la chapelle Saint-Sébastien, daté du XV° siècle. On retrouvera l'histoire de ces deux chapelles ici et ici.

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Puis, quittant Voultegon, nous nous rendîmes au calvaire de la Coindrie, près de la Coudre, au croisement de la route de Bressuire à Argenton-Château (ou Argenton-les-Vallées, ou encore Argentonnay, comme vous voudrez, il ne manque qu’Argenton-le-Peuple pour être complet). Ce calvaire, édifié le 25 septembre 1934 est l’un des premiers monuments de l’association du Souvenir Vendéen. Il fut restauré en juin 2015.

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Après avoir pris la direction de Bressuire, notre dernière étape nous conduisait à Saint-Aubin-du-Plain, où l’on connaît la triste affaire de la municipalité, venue accueillir Grignon en écharpe et qui fut fusillée. Un petit écart, nous mena sur le chemin du manoir de la Rochejaquelein, le long duquel se dresse une croix dite « du souvenir ». Nicolas a émis une hypothèse très intéressante à son propos dans son compte-rendu ici.

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

     

    De plusieurs massacres qui eurent lieu à Saint-Aubin-du-Plain, celui qui a le plus marqué les mémoires est celui où 79 personnes durent creuser leur propre fosse commune, près du Bois-Roux,  avant d’être fusillées ou hachées à coup de sabre, on ne sait trop. Selon toute probabilité, l’emplacement de la fosse pourrait être le long de l’ancienne route d’Argenton à Bressuire. Plusieurs possibilités dans ces lieux emplis de mystères :

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    Puis vint l’heure du dernier café…

    Les Amis du Pont-Paillat à Saint-Clémentin et Voultegon....

    …En attendant de se retrouver pour la prochaine, dans les Mauges cette fois.

    RL

    Mai 2019

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 8 Mai à 19:08

    Bravo pour ce reportage ( texte et images ) très instructif...J'ai longtemps habité Bressuire et connais ces lieux mais j'ignorais complètement les massacres commis à St Aubin du Plain et autres lieux alentour. Merci beaucoup !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :