• Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

     

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et à Chanteloup…

     

     

    C’est en petit comité que nous avions organisé une sortie ce samedi, à l’issue de laquelle Marie-Laure nous accueillait chez elle pour une veillée, du côté de Chanteloup. Notre point de rendez-vous était fixé à 15 h près de l’ancien cimetière de Montigny.

    C’est ici que les participants ont pu découvrir la tombe de l’abbé Legrand l’un des prêtres fondateurs de la Petite-Eglise.

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    Notre promenade nous emmenait ensuite sur le parcours de la colonne infernale de Lachenay, arrivant à Montigny depuis Cirières le 24 janvier 1794.

    Ici, non loin d’un lieu où Gérard, l’un de nos membres, avait fait une curieuse découverte :

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    C’est de ce chemin que la colonne de Lachenay arrive, après avoir incendié la ferme de la Poitevinière :

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    Revenus sur la place de l’église de Montigny l’aventure consistait en une promenade dans le « Chemin de la Croix de pierre », particulièrement boueux et traversé par un petit ruisseau. Les bottes faillirent rester sur place, comme il arrivait quelquefois jadis aux sabots de nos aieux…

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    Le ciel commençait à se couvrir de rose et d’ocre, annonçant le début de la veillée.

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    Il était temps de se restaurer et de se réchauffer un peu chez Marie-Laure. Les conversations allaient bon train.

    Les Amis du Pont-Paillat à Montigny et Chanteloup....

    Puis vint le temps des histoires que l’on raconte l’hiver au coin du feu. Du mystère de certaines sépultures de chefs vendéens, en passant pas les contes de Marc, aux récits de familles, sur la religion, les morts et même les revenants. C’est ainsi, que deux nouveaux membres pour qui c’était la première veillée nous ont donné une bien curieuse information sur un lieu-dit de Saint-André-sur-Sèvre rapportée dans leur famille. Peut-être un jour sera-t-elle présentée ici, mais chut… en attendant, Le vent passe sous la porte et le gel cristallise tout dans la nuit.

    Un cri de chouette au dehors ? Ou l’âme d’un soldat républicain blessé qui rôde dans le bois en face ? Dieu seul le sait…

    RL

    Janvier 2020

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :