• Le prieuré de Primart....

     

    Le prieuré de Primart…

     

     

    On pourra me reprocher de piller souvent les notes de l’abbé Michaud (1859-1941), mais il est toujours délicieux de se replonger dans ce travail de fourmi qui fut le sien. C’est ainsi que l’on verra l’histoire d’un lieu totalement méconnu de Saint-Clémentin se faire jour sous sa plume. Bonne lecture !

     

    RL

    Avril 2017

     

     

     

    Gaufridus de Premart est désigné comme témoin dans un acte de 1140 concernant Saint-Clémentin. La chapelle sainte Marie de Primart est citée dans la bulle du 5 des calendes de janvier 1186 (28 décembre) par laquelle le pape Urbain III confirme à Manier, alors abbé de St-Florent, et à ses religieux la possession de diverses églises : cum capellis… sancte Marie de Premart (1). Cette chapelle devint le centre d’un petit prieuré dont la dotation fut faite par la famille de Sanzay. Les Sanzay prétendaient être les fondateurs de ce prieuré de St-Clémentin dès le XI° siècle ; à cette époque Yvon de Sanzay et sa femme Hélène de Parthenay l’auraient établi à la Roche-aux-Moines ; plus tard, il aurait été transféré à la chapelle Sainte-Marie de Primart. Ce prieuré fut attaché à l’abbaye de Saint-Léonard de Ferrières à Bouillé-Loretz. Dans les hommages que rend aux seigneurs de Sanzay l’abbé de Ferrières, ce dernier reconnaît en raison de son abbaye et de la chapelle de fondation de Primart devoir service régulier en la dite abbaye avec 12 religieux et une messe du Saint-Esprit à la venue des seigneurs et dames de Sanzay et une messe des Trépassés à chacun de leurs décès pour toutes charges et devoirs (2). L’aveu rendu à Henri IV par René de Sanzay le 23 septembre 1590 rappelle que le « membre de l’abbaye de Ferrières nommé Primart sis et situé en la paroisse de St-Clémentin relève des seigneurs de Sanzay à foy et hommage lige (3).

    Le jour de la Saint-Marc 1467 (jour où il y avait solennité dans la chapelle de Primart) un différend s’éleva entre Loys de la Chapelle prieur de St-Clémentin et l’abbé de Ferrières, Jean I du Chatel, au sujet des offrandes et chandelles offertes chaque jour, des dîmes et prémices offertes à l’église de Primart. Un accord intervint moyennement une rente de froment et de seigle au profit du prieur de St-Clémentin qui renonça à ses droits (4). Un acte de 1572 désigne ce prieuré sous le nom de St-Marc de Primart.

    Le prieuré de Primart fut ruiné par les guerres du XVI° siècle. Jacques, premier évêque de la Rochelle, visitant la paroisse de Saint-Clémentin, le 25 juin 1651, enjoinct au prieur de Primart de faire réparer la chapelle du dit lieu et la mettre en estat que le service sy puisse faire avec décence, ensemble dy fournir les ornements nécessaires pour dire la messe ; ordonne qu’il y sera dit, suivant l’information qu’il en a faite du service qui s’y doit, deux messes par semaine, l’une le dimanche comme messe matutinale pour la commodité des voisins et l’autre à pareille heure le samedy de chaque semaine s’il n’y a feste en icelle, auquel cas la dite messe sera dite au dit jour de feste (5). Le 6 février 1658, une plainte est porté contre le prieur de Pirmart pour n’avoir ni cloche, ni clocher, ni réparer et orner la dite chapelle ; il n’y fait dire aucune messe et l’autel est « sans figure ». Dans l’assemblée de paroisse du 23 juin 1658, les habitants déclarent que les messes ne se disent pas les dimanches et samedis et que le chapelain prend sa commodité sans considérer celle des paroissiens. Par sentence du 19 août 1659 le Présidial de Poitiers ordonne au titulaire de Primart de faire le service obligé, faute de quoi l’évêque de la Rochelle établira un prêtre qui sera payé sur les revenus du bénéfice.

    Le Pouillé de Gervais Alliot (1648) rappelle que le patron de Primart est l’abbé de Ferrières et que le revenu du prieuré se monte à 400 livres. D’après la visite de Mgr. de Menou, en 1739, le prieuré, à la présentation de l’abbé de Ferrières, était affermé 300 livres. Le feudiste Moisgars met en 1779 le prieuré de Primart à la présentation de l’Eglise de Nantes (6).

    La Révolution donna le coup de mort au prieuré ; l’Etat s’empara de ses biens. Frère Pierre Trolant, prieur de Primart en 1468 ; Etienne Marin 1572 ; René, Jacques Chiron, prieur de Primart en 1658 ; Pierre du Verger, religieux profès de l’abbaye de Chambon, prieur de Primart en 1674 (7), il fit faire de grosses réparations à la chapelle en 1675 ; M. de Verberie était titulaire du prieuré en 1739, Charles de Verbery était un religieux de Ferrières. Prémart, situé sur la voie d’Angers à Saintes, peut avoir pour origine étymologique un lieu consacré à Mars ; Prémart viendrait de Pratum Martis.

     

    Abbé Michaud

     

     

    Notes :

    (1)  Arch. Hist. du Poitou, II.

    (2)  Bibl. de la Ville de Niort. Papiers de la Fontenelle, carton 37.

    (3)  Arch. Dép. de la Vienne, C. 338, rég. 13.

    (4)  Arch. dép. du Maine-et-Loire. Dom Luynes. Hist. manus… de St-Florent de Saumur, folio 307 et seq.

    (5)  Archives du château de St-Clémentin.

    (6)  Affiches du Poitou, 1779,4.

             (7)  Etude de Me Argenton. Minutes de 1674, acte du 3 novembre.

     

    Le prieuré de Primart....

     

        Le prieuré de Primart en vue aérienne Géoportail…

    Le prieuré de Primart....

     

        Et sur la matrice cadastrale de 1813 :

    Le prieuré de Primart....


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :