• Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse…

     

    Notre petite balade estivale du jour ne nous a pas conduits pour une fois, sur un lieu de massacre des Guerres de Vendée, mais sur le site d’un ancien prieuré de l’époque médiévale. Les lecteurs connaissent mon engouement prononcé pour les abbayes, prieurés et églises disparues et il faut aussi savoir relâcher un peu la bride de temps en temps pour mieux revenir sur les sujets qui tiennent à cœur.

    En l’an 1090, un certain David de la Flocellière vivait dans un hameau situé entre Les Aubiers et Saint-Clémentin, du nom de   « La Poictevinière ». Ce hameau que nous connaissons aussi sous le nom de « La Vacherasse ». Au cours de l’année 1120, Bertrand Gastineau  y fait établir une aumônerie. L’église est fondée sous le vocable de « Sanctae Mariae Magdalene de Pictaveneria » (Sainte-Marie-Madeleine de la Poitevinière). La fondation est donnée à l’abbaye de Mauléon (cartulaire de l’abbaye de Mauléon). En 1310, le prieuré porte le nom de « La Vacherece » (archives de Saint-Loup). En 1356, Guy d’Argenton est dit « seigneur de La Vacherasse ». En 1416, le prieuré de Saint-Clémentin annexe le prieuré de « La Vacherasia » (Cartulaire de Mauléon). « La Vacheresse » est dite dépendante de La Fougereuse en 1425, tout en étant toujours annexe de Saint-Clémentin en 1648. On y dit une messe par semaine et son revenu est de 400 livres.

    Pour autant, le prieuré tombe petit à petit en désuétude et à cette époque, les religieux ne disposent plus que de huit mauvais lits de paille afin d’héberger les miséreux de passage. De là, on verra un interminable procès intenté par les hospitaliers du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem, qui essaient de mettre la main sur les quelques biens du petit établissement à partir de 1672. Ces derniers seront finalement déboutés de leurs appétits en 1677 mais le procès se poursuit encore pour le prieuré de Saint-Clémentin jusqu’à la fin des années 1690.

     On ne sait ce qu’il advint de la Vacherasse au cours de la période révolutionnaire, mais on imagine que la colonne de Grignon a dû y passer, sans doute à plusieurs reprises. Dans le martyrologe des Aubiers, nous trouvons un habitant du hameau, Pierre Racaud, 25 ans, qui fut enterré à Puy-Louet.

     

    Il ne reste de nos jours que le chœur de l’ancienne église…

     

    Le prieuré de la Vacherasse....

     Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

     

    Sources : « Dictionnaire topographique du département des Deux-Sèvres », « Pouillé du diocèse de Poitiers », Beauchet-Filleau, Bibliothèque Nationale de France, Maurice Poignat, « Le Pays du Bocage », Abbé Michaud, « Saint-Clémentin ». Les photos ont été prises sans pénétrer sur la propriété privée.

     

    ***

    Petite mise à jour de l’article après la visite intérieure des lieux avec la propriétaire. Cette dame  ayant vu notre article nous a gentiment proposé de nous faire visiter les bâtiments de l’ancien prieuré. Un grand merci à Simone L** donc, et sa permission de diffuser des photos.

    RL

    Août 2016

     

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

     

    Le prieuré de la Vacherasse....

    Le prieuré de la Vacherasse....

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :