• Le massacre de la Fontaine Amère....

     

    Le massacre de La Fontaine Amère...

     

     

     Lors de la petite sortie du 1er février dernier, nous n'avions pas pu, faute de temps, nous rendre à La Fontaine Amère, lieu d'un horrible massacre il y a 221 ans, le 14 mars 1794, précisément. La Fontaine Amère que l'on retrouve sur la carte de Cassini et dans les registres paroissiaux, orthographiée "Fontenamy" se situait sur la commune de Nueil-sous-les-Aubiers devenue aujourd'hui Nueil-les-Aubiers après la fusion des deux communes de Nueil-sur-Argent et des Aubiers (ça va, tout le monde suit ?). Nous nous sommes donc rendus sur place cet après-midi, en empruntant les chemins par lesquels la colonne infernale de Grignon a dû passer pour commettre cette abominable tuerie. L'endroit fera probablement dans l'avenir l'objet d'une marche (peut-être cet été), afin de faire découvrir des chemins authentiques et de rappeler les sinistres événements qui se sont passés ici.

     

    Notre balade commence donc sur l'ancienne route des Aubiers à Châtillon non loin du village de la Garsaudière où nous trouvons une ancienne croix :

     

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

    Le chemin cesse d'être goudronné et nous laissons la voiture pour continuer sur environ 1.5 km.

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

    Le printemps commence à se faire jour petit à petit et notre marche se fait dans la plus grande tranquillité, dans un chemin envahi de jonquilles. Nous arrivons à une croix portant l'année 1844, mais qui remplace probablement une autre croix qui figure sur le cadastre de 1813. Un chemin à gauche de la croix (première photo) nous mène à la Fontaine Amère.

     

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

    La croix sur le cadastre de 1813, tout en haut du plan.

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

    L'arrivée à la Fontaine-Amère.

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

     

    Ici, le 14 mars 1794, la colonne infernale de Grignon est passée et y a massacré une famille entière :

     

     Paineau Louis, sabotier, 36 ans,  

     Paineau Marie-Anne Bouet, femme 39 ans, 

     Paineau Marie-Anne, 10 ans, 

     Paineau Marie, 8 ans, 

     Paineau Jean-Baptiste, 6 ans, 

     Paineau Jeanne-Françoise, veuve, 24 ans, 

              Ménard Marie-Anne, domestique, 29 ans.

     

        Rivière Marie-Anne, 5 ans.

     

     Les copies des registres ci-dessous sont sans appel et indiquent que les victimes sont mortes "de mort violente" et "mises en terre proche de Fontenamy", ce qui laisse supposer une sépulture sur place.

     

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

    Le registre nous parle aussi de la famille Chatin et de ses membres massacrés dans un lieu inconnu :

     Chatin Jeanne-Thérèse, femme Rotureau 32 ans,

     Chatin François, 7 ans,

     Chatin N, 3 mois.

     

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

    Ou encore de :

     

    Rotureau Marie-Anne, 50 ans,

    Echasseriau Marie-Geneviève, femme David, 38ans, massacrée au village de la Noue-Ronde.

     

     Bien entendu, pour les partisans de la "grande révolution salvatrice", tous ces gens n'étaient que des traîtres et d'abominables fanatiques qui passaient leur temps à torturer les vaillants soldats de la république. Au pire, tout a été inventé par des curés du XIX° siècle qui ont dû écrire des kilomètres de faux registres (théorie de l'extrême gauche par exemple), réalisant l'un des plus grands complots de l'histoire. On ne sait si l'on doit rire d'un tel niveau de bêtise, mais enfin, que voulez-vous... C'est souvent le propre des idéologies, de se développer sur le terreau de la connerie.

     

     La maison de La Fontaine Amère

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

    Une croix posée dans le jardin...

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

     Nous repartons par le même chemin, laissant peut-être quelques fantômes derrière nous...

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....

     

     

    Le massacre de la Fontaine Amère....


    Le génocide vendéen ne doit pas se résumer au symbole des Lucs-sur-Boulogne, de La Gaubretière ou de Chanzeaux. C'est partout, sur chaque mètre carré de terrain du territoire insurgé que l'horreur a frappé, non pas à l'aveugle mais bien sur les cibles les plus faibles et les plus faciles, le tout sur ordre du gouvernement de l'époque, afin de "régénérer" l'humanité et d'en arriver à cet "homme nouveau", but suprême de toutes les idéologies débiles.

     

     RL

    Mars 2015


  • Commentaires

    2
    Jeudi 19 Mars 2015 à 22:00

    Cela me fait penser à une discussion avec le chef de salle des archives de Niort un jour, il y a déjà longtemps. Un type très sympathique et toujours prêt à aider et même à dénicher des perles concernant les Guerres de Vendée. Il était républicain mais aussi passionné que moi et m'avait dit, alors qu'il me tendait un document inédit : "La guerre est finie, n'est-ce pas ?". Je lui avais répondu en souriant moi aussi : "en êtes-vous sûr ? "

    Qui aurait pu dire, que 221 ans plus tard....

    1
    hardellière
    Jeudi 19 Mars 2015 à 20:44

    Ils ont voulu génocider les vendéens, mais dommage pour eux, ont est toujours là, belle vengeance, n'est-ce pas?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :