•  

     

      1794 - Vallet (Loire Inférieure) N°2

     

     

     Le martyrologe de Vallet N° 2....Suite du registre de l'agent municipal de Vallet, Félix Dugast....

     

    «  Registre pour recevoir les déclarations des décès conformément à la loi du deux floréal an trois et à l'Instruction du Département de la Loire Inférieure en date du vingt cinq brumaire an cinq pour remplir les années de l' Etat Civil tous antérieurs à la guerre de la Vendée que pendant et jusque et compris le premier vendémiaire an cinq cotté et paraphé par nous Félix Dugast, Agent Municipal de laditte commune de Vallet, Commissaire nommé pour recevoir lesdittes déclarations etc........ Ledit registre contenant quarante huit feuillets

     Vallet le onze pluviose an sept (30 janvier 1799) de la République Française ».

     

    n°34 – Pierre Lebas, le 10 brumaire an 4 (31 octobre 1795) « Fut assailli dans son domicile par l'armée républicaine qui lui coupa la langue et lui donna dix coups de bayonnette et que transporté dans la métairie de la ''Mousière'' en la commune de Saint-Crespin, département de Maine et Loire et mourut ledit jour dix brumaire... ». Inhumé à Saint-Crespin.

     

    n°35 – Jean Chesneau, le 20 ventôse an 2 (10 mars 1794) « Fut tué au ''Cormier de la Bochetière'' par plusieurs coups de sabre sur la tête ». Inhumé au cimetière de Vallet.

     

    n°36 – Yves Guérin, en mars 1794 (ventôse an 2) «  Lors du passage de l'armée révolutionnaire, Yves Guérin fut tué sur le chemin qui joint le petit clos du citoyen Paimparay, d'un coup de feu ».

     

    n°39 – Pierre Bouet, du 12 germinal au 12 floréal an 2 (1 avril au 1 mai 1794)

    « A été tué le même jour, d'un coup de feu dans son domicile par l'armée révolutionnaire du 12 germinal au 12 floréal an 2 ». Inhumé au cimetière de Vallet.

     

    n°40 – Renée Emériau, femme de Pierre Bouet «  A été tuée le même jour d'un coup de feu dans son domicile par l'armée révolutionnaire du 12 germinal au 12 floréal an 2 ». Inhumée au cimetière de Vallet.

     

    n°41 – Ollivier Marchais, de ''Bonne Fontaine'' le 18 mars 1794 «  Fut tué par l'armée révolutionnaire le 28 ventôse an 2, un témoin l'a vu mort au pied du moulin du dit lieu de ''Bonne Fontaine'', ayant eu la tête écrasée à coups de sabre et de bayonnette et qu'il aida à l'inhumer au dit lieu où il fut tué ; et Laurent Paquereau, laboureur à bras âgé d'environ 43 ans pour l'avoir exhumé du lieu premier désigné et l'avoir conduit au lieu ordinaire des sépultures à Vallet ».

     

    n°42 – Magdeleine Luneau, veuve d'Ollivier Marchais «  Fut tuée par l'armée révolutionnaire du 12 au 20 germinal an 2 ; tuée devant sa porte au milieu de la rue et proche du dit village ».

     

    n°43 – Perrine Bonnet, épouse de Louis Lorre, laboureur à bras du ''Logis Neuf'' «  A été tuée par l'armée républicaine le 18 prairial an 2 (6 juin 1794), d'un coup de feu ».

     

    n°46 – Clément Pellerin, du village de ''la Regrippière'' «  Fut tué par l'armée de Mayence d'un coup de pistolet à la tête dans son domicile au dit lieu de ''la Regrippière'' le 27 vendémiaire an 2 (18 octobre 1793) » Inhumé au cimetière du ci-devant couvent de ''la Regrippière'' ».

     

    n°48 – Charles Suteau, oncle de Louise Suteau, qui épouse à Clisson le 8 janvier 1814, Etienne Paquereau frère de Jean Paquereau mon aïeul. Marie Suteau, cousine de Louise, âgée de 18 ans, demeurant à ''la Brouardière'' à Vallet, déclare que « son père fut tué d'un coup de feu dans le derrière de la tête au lieu appelé ''la Haye Tessente'' qu'ils le trouvèrent mort dans une fosse et que cinq jours après, l'ayant retiré de la dite fosse ; il fut conduit à la ''Regrippière'' et inhumé au lieu ordinaire des sépultures du ci-devant couvent ». Du 20 au 25 mars 1794 (1 au 5 germinal an 2).

     

    n°49 – Magdelaine Baron, veuve de Pierre Guérin – du 20 au 25 mars 1794 (1 au 5 germinal an 2) « Fut tuée par l'armée républicaine d'un coup de sabre dans une pièce dépendante de la métairie de ''la Bronnière'' ». Inhumée à la ''Regrippière''.

     

    n°51Julien Bonneau, Le 11 ventôse an 2 ( 1 mars 1794) «  Lors du passage de l' armée républicaine,Julien Bonneau fut tué d'un coup de feu au cœur dans le lieu appelé ''la Noë de Bel Air'' ». Inhumé au dit lieu.

     

    n°52Louise Coiffard, épouse de Pierre Brevet, laboureur à bœufs au ''Bois Brûlé'' «  fut tuée par l'armée républicaine de trois coups de feu, l'un au côté droit, l'autre au-dessus de la poitrine gauche et le troisième à la tête, le 16 mars 1794 (26 ventôse an 2) ». Inhumée au cimetière de Vallet.

     

    n°53Jean Brevet, époux de Marie Braud de la ''Haute Ville Arnaud'' « fut tué par l'armée républicaine le 7 germinal an 2 d'un coup de feu au cœur dans une pièce appelée ''L'Enclore'' ». Inhumé au cimetière de Vallet.

     

    n°54 Marie Brevet, femme d'Antoine Bouyer demeurant à Vallet le 9 mars 1794 (19 ventôse an 2) « A été tuée par l'armée républicaine au village des ''Courères'' d'un coup de sabre à la gorge et qu'elle fut enterrée à Vallet ».

     

    n°55 Magdelaine Lesimple, veuve en troisième noce de Claude Drouet «  A été tuée le 19 ventôse an 2 (9 mars 1794) d'un coup de sabre à la gorge par l'armée républicaine au village des ''Saurères'' et qu'elle fut enterrée au lieu où elle fut tuée ».

     

    n°56 Jean Trotin, «  Fut tué le 18 ventôse an 2 (8 mars 1794) par l'armée républicaine d'un coup de crosse de fusil sur la tête au lieu appelé ''la Bochetière'' et qu'il fut porté au lieu ordinaire des sépultures à Vallet » .

     

    17 victimes...

     

    Horreur à suivre........

     

    Sources : Archives Départementales de Loire Atlantique – commune de Vallet  : liste des décès 1792 an IV – tous droits réservés. Archives familiales - Photo de l'auteur.

     

    Xavier Paquereau pour ''Chemins Secrets''

     

    Le martyrologe de Vallet N° 2....

     


    votre commentaire
  •  

     1794 - Vallet (Loire Inférieure) N°1

     

     

     

     Le Martyrologe de Vallet, N° 1....Voici un extrait de l'ouvrage de Pierre-Marie Gaborit et de notre ami Nicolas Delahaye : « Les 12 Colonnes Infernales de Turreau » afin d'illustrer l'ampleur des massacres sur la commune de Vallet et d'aborder la liste des personnes massacrées en mars 1794 qui fera l'objet de plusieurs billets dans ''Chemins Secrets''.

     

    «  Le petit pays du Loroux coincé entre la Loire, la rivière Divatte et les marais de Goulaine a fourni à l'armée Vendéenne de redoutables soldats, les fameux ''grenadiers du Loroux''. Cette ardeur de la population à lutter contre les Bleus va déchaîner à son encontre les foudres révolutionnaires. C'est au mois de mars 1794 que le fer et le feu s'abattent sur ce pays, par la main de Cordelier. Sa colonne venue des landes de Corpray, près de Montaigu, remonte le 6 mars vers le Nord par Clisson, Mouzillon et... Vallet, en direction du Loroux Bottereau... « Ils vont faire danser une carmagnole complète » aux habitants ».

     

     L'agent municipal de Vallet, Félix Dugast, homme très soucieux du détail, va nous laisser un registre où il décrit avec précision les circonstances des décès (coups de sabre, coups de feu ou coups de baïonnette)....

     «  Registre pour recevoir les déclarations des décès conformément à la loi du deux floréal an trois et à l'Instruction du Département de la Loire Inférieure en date du vingt cinq brumaire an cinq pour remplir les années de l' Etat Civil tous antérieurs à la guerre de la Vendée que pendant et jusque et compris le premier vendémiaire an cinq cotté et paraphé par nous Félix Dugast, Agent Municipal de laditte commune de Vallet, Commissaire nommé pour recevoir lesdittes déclarations etc........ Ledit registre contenant quarante huit feuillets

     

     Vallet le onze pluviose an sept (30 janvier 1799) de la République Française ».

     

    n°18 – Jean Marchand, laboureur à bras, âgé d'environ 40 ans, « tué d'un coup de feu le 15 ventôse an 2 (5 mars 1794) entre le village de Bonnefontaine et la Haute-Cottière »; enterré au lieu où il a été trouvé.

     

    n°19 – Marie Guilbaud, femme de Jean Marchand aussi « tuée d'un coup de feu au même lieu, enterrée en ce lieu ».

     

    n°20 – René Marchand, âgé de 9 ans « fut atteint le 16 ventôse an 2 d'une balle dans la jambe gauche qui la traversa ; que le même jour il reçut deux coups de bayonnette dans la tête et que le lendemain il mourut par suite de ses blessures dans son lit au même village de Nouillère ». Enterré au cimetière de Vallet.

      

    n°23 – Jean Ménager, laboureur à bœufs, âgé de 48 ans « a été tué le 14 ou 15 ventôse dans le illisible, d'un coup de feu qui lui a traversé le cœur, enterré dans l'endroit même où il a été trouvé ».

     

    n°24 - Louis Hallereau, veuf de Jeanne Martin a été tué dans l'Ouche Lusseau par l'armée révolutionnaire du vingt au vingt cinq vendémiaire an 4 (12 octobre 1795), ayant été atteint de deux coups de feu ; a été enterré dans le lieu où il fut tué ».

     

    n°25 – Jean Boulanger, époux de Marie Gaudin, tisserand, âgé de 55 ans « fut blessé dans son domicile au dit lieu de la Regrippière d'un coup de sabre et que le 14 pluviôse du même mois (2 février 1794) il décéda au dit lieu par suite de sa blessure. Enterré au cimetière du couvent de la Regrippière ».

     

    n°25 bis – François Robichon, « tué du 11 au 30 ventôse an 2 d'un coup de sabre dans les Landes de Sainte Catherine, commune de Vallet ».

     

    n°26 - Fleury Durand, époux de Marie Babonneau «  tué d'un coup de feu le deuxième jour complémentaire de l'an premier ( 18 septembre 1793) dans la trente septième année de son âge au chef-lieu de Montfaucon ».

     

    n°27 – Pierre Martin veuf de …...Vinet au mois de ventôse ou germinal an 2 «  Lors du passage de l'armée révolutionnaire fut tué dans son domicile à Vallet et ayant été tué d'un coup de feu à la tête » Enterré au cimetière de Vallet.

     

    n°28 – Françoise Couillaud femme de Pierre Martin au mois de Ventôse ou germinal an 2 « Lors du passage de l'armée révolutionnaire, morte dans son domicile la tête à moitié brûlée » Enterré au cimetière de Vallet.

     

    n°29 – Joseph Cassin veuf de Marie Baron ; « A été tué dans une pâture appelée ''le Pré de la Rivière'' appartenant à François Guérin, de plusieurs coups de sabre et qu'il en est mort ». Enterré au cimetière de Vallet.

     

    n°30 – Pierre Pineau époux de Jeanne Suteau – deux ventôse an 2 (24 février 1794) «  Fut tué à coups de feu et de sabre dans le bois..... commune de Villeneuve département de Maine et Loire lors du passage de l'armée Révolutionnaire ».

     

    n°32 – François Benoist époux de Jeanne Mesnard, laboureur demeurant aux ''Corbeillères'' – François Guérin déclare qu'il a été tué le 26 vendémiaire an 2 (17 octobre 1793), blessé dans la déroute de Cholet l'armée de Mayence les poursuivaient, il le vit étendu hors Chollet proche le camp des républicains et que les cavaliers l'ayant atteint lui coupèrent la tête ».

     

    n°33 - Jean Grasset - «fut assailli de coups de sabre par l'armée Républicaine, sur la tête, le bras droit et la jambe gauche et que trois jours après, le 24 vendémiaire an 4 (16 octobre 1795), il mourut dans la métairie de la ''Morlière'' commune de Saint-Crespin-sur-Moine département de Maine et Loire par suitte de ses blessures ».

     

     A SUIVRE ….....

     

    Sources : Archives Départementales de Loire Atlantique – commune de Vallet réf : liste des décès 1792 an IV – tous droits réservés. Les 12 Colonnes Infernales de Turreau – de Pierre-Marie Gaborit et Nicolas Delahaye – collection découverte de l'Histoire éditions Pays et Terroirs Cholet 1995.

     

    Xavier Paquereau pour ''Chemins Secrets''

     

     

     14 victimes pour ce premier volet...

     Xavier Paquereau, chercheur émérite, nous propose ce martyrologe que "La Maraîchine normande" avait entamé sans jamais publier, autant pour les généalogistes et descendants des martyrs vendéens que pour la petite et la grande histoire. Ancien enquêteur en retraite, Xavier à le don, tel le sourcier, pour dénicher l'improbable autant que le summum de l'horreur, et c'est à lui, sur la terre de ses ancêtres, que revient désormais le devoir de publier le fruit de son travail.

      Il nous paraissait impossible de publier ce martyrologe en une seule partie et Xavier le fractionne volontairement en plusieurs épisodes.

     

      RL

     Février 2016

     

     

    Le Martyrologe de Vallet, N° 1....

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique