• Le curé Vinet....

     Le curé Vinet...

     

     Nous publions cette petite notice en complément d'un article déjà paru concernant la paroisse disparue de Saint-Christophe-la-Chartreuse que nos lecteurs retrouveront ici.

     

     RL

     Mai 2014

     

     

     JACQUES VINET

     

     

     

        Jacques Vinet fut nommé à la cure de Saint-Sulpice au mois de décembre 1775, puisque nous le voyons avec ce titre sur les registres paroissiaux le 22 décembre de cette année. Toutefois il ne dut prendre définitivement possession de son nouveau poste qu'un peu plus tard, car pendant tout le mois de janvier 1776 les actes sont rédigés par M. Praud, curé de Mormaison. A partir du 10 février et jusqu'à la Révolution, les registres sont tenus par M. Vinet.

     

         Celui-ci était né en 1741 (Une famille Vinet était originaire de la Bernardière, et avait déjà, au cours du XVIIIe siècle, donné plusieurs prêtres), et avait été curé de Saint-Christophe-la-Chartreuse du 25 septembre 1772 au 25 décembre 1775.

     

          Quand la Révolution éclata, il refusa énergiquement le serment à la Constitution civile du Clergé, et continua, malgré la persécution, à exercer son saint ministère dans la paroisse.

     

         Nous le voyons même encore, au début de 1793, baptiser à Saint-André-Treize-Voix, qui n'avait alors qu'un prêtre constitutionnel, considéré comme schismatique par la population.

     

         Peu de temps après, M. le curé Vinet devait être la victime de la tourmente révolutionnaire. Suivant une note que M. Albert de Goué aurait prise au cabinet du savant abbé Pondevie, "le curé de Saint-Sulpice, M. Vinet, fut massacré en 1793, à la Bernardière, canton de Montaigu, par une colonne républicaine.

     

    Par un raffinement de cruauté, les soldats l'étendirent et l'ayant ligotté, ils le saignèrent comme un goret, tandis que son sang était recueilli dans un pot de chambre (sic)."

     

         (Nous n'avons pu contrôler ces détails qui pourtant seraient de la plus haute importance pour l'histoire de la paroisse (St-Sulpice) et pour celle de la cause des martyrs vendéens. Nous avons à diverses reprises écrit et fait écrire, mais en vain, à M. E. Bourloton, l'héritier des papiers de M. l'abbé Pondevie ; d'autre part son intéressante étude sur le Clergé vendéen pendant la Révolution, publiée dans la Revue du Bas-Poitou, a cessé de paraître depuis 1911 et s'arrête justement à Saint-Sulpice).

     

     

     

    Extrait :

     Monographie de Saint-Sulpice-le-Verdon

     (Canton de Rocheservière - Vendée)

     par A. de Goué.

     1913

     

    Le curé Vinet....

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :