• Le crâne de Marigny....

     

    Combrand : Le crâne du général Marigny

     

     

    Né à Luçon le 2 novembre 1754, Gaspard de Bernard de Marigny fut le commandant de l’artillerie de l’Armée Catholique et Royale en 1793. Après la défaite de Cholet le 17 octobre, il suivit la foule de Vendéens qui s’engageait outre-Loire, espérant un appui de la part des Anglais et des Chouans du Maine et de Bretagne. La bataille de Savenay du 23 décembre mit fin à cette triste aventure et ce n’est qu’à la mi-mars 1794 qu’il put revenir dans le pays cerizéen pour combattre les colonnes infernales du général républicain Turreau, entouré des paysans qui l’adulaient. Malheureusement, suite au serment de la Boulaye le 22 avril 1794, Marigny manqua de se réunir à Stofflet, Charette et Sapinaud de la Rairie pour aller combattre les républicains, en Anjou du côté de Saint-Florent-le-Vieil deux jours plus tard. Arrivé en retard, il se brouilla avec Stofflet et rentra du côté de Cerizay sans avoir participé au combat. Les Vendéens gagnèrent cependant la bataille mais sans en tirer l’avantage qu’aurait pu leur procurer la présence des troupes de Marigny.

    Il fut donc condamné à mort par les gens de son propre camp. Malade, il se trouvait en repos au château de la Girardière à Combrand lorsque le 10 juillet, des chasseurs de Stofflet se présentent pour l’arrêter. On le fait sortir par la porte de la cuisine du château. Il est fusillé soit dans le dos, soit en ayant présenté sa poitrine et commandé lui-même le tir selon les versions. Le propriétaire du château, M. Serin de la Cordinière, prit l’un de ses plus beaux draps pour servir de linceul à celui qui était son ami. En 1844, le neveu de Marigny, Augustin de Mont de Benque, fit élever sur sa tombe un monument en forme de pyramide que l’on retrouve dans le cimetière actuel de Combrand. Cependant, cette tombe se trouvait à l’origine dans l’ancien cimetière qui fut transféré à l’emplacement que l’on connaît en 1904. Lors du transfert des ossements, le 29 novembre, on découvrit, en présence du député de l’arrondissement, M. Savary de Beauregard, que la tombe contenait plusieurs squelettes dont celui de M. Serin de la Cordinière et un autre dont le crâne était perforé d’une balle. Ce dernier ne pouvait être que celui de Marigny, qui ne fut pas tué tout de suite mais achevé à coup de pistolet. On doit cette information au témoignage d’Elie Tricot, adjoint au maire de l’époque, rapporté par son gendre, M. Verdon. Le bulletin municipal de Combrand de l’année 1989 rapporte ces détails sous la plume de monsieur Gérard Gaborit, ancien maire.

    RL

    Octobre 2020

    Article également transmis au Courrier de l’Ouest

     

         Croix du Souvenir Vendéen à la Girardière :

    Le crâne de Marigny....

     

           Tombe du général Marigny dans le cimetière de Combrand :

    Le crâne de Marigny....

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :