• Le camp de Bessay....

     

    Le camp de Bessay… 

     

     

    Dans la liste officielle des camps retranchés souhaités par le général Vimeux, ne figurent pas quantité de cantonnements et postes divers. Je vous présente ce soir l’un d’eux : le camp de Bessay, dans le Sud de la Vendée et qui délimite traditionnellement la limite du pays blanc et du pays bleu. 

    Situé à l’Est de Mareuil-sur-Lay et à deux kilomètres au Sud des Moutiers-sur-le-Lay, Bessay ne devait pas avoir beaucoup à craindre des incursions royalistes, très sporadiques et assez peu dangereuses dans cette région depuis les débuts de la guerre et la prise de Bessay et Corpe. Ainsi écrivait Esprit Baudry à Boulard le 26 mars 1793 (1) : 

    Le camp de Bessay....

     

    « Marans le 26 mars 1793 an  1er de la république françoise

     

    Le Citoyen Esprit Baudry

    au citoyen Boulard

     

    Je vous rend conte mon cher commandant que la municipalité de Chalié (Chaillé-sous-les-Ormeaux ?) étoit a celle dicy, que les brigands se sont emparé des paroisses de Corpe, Bessai et qu’il demande 300 hommes au passage de Maureil (Moreilles ou Mareuil ?) avec deux pièces de canon. Jatend vos ordres, pour exécuter.

     

    Le commandant de Marans

    Esprit Baudry

     

    Le pavillion blanc est (illisible) »

     

    Pas beaucoup de nouvelles de Bessay durant l’année 1793. Il y a bien eu les trois batailles de Luçon des 28 juin, 30 juillet et 14 août, mais soudain, c’est l’affolement en ce 1er août 1794 et le général Vimeux demande immédiatement du renfort au camp du Pont-Charron (2) pour le camp de Bessay. Tiens donc ! On apprend ainsi qu’il y a un camp à Bessay. S’agit-il d’un vrai camp ou d’un simple cantonnement ?

     

    Ci-dessous la lettre de Vimeux au général Guillaume (3) commandant le camp de Saint-Cyr-en-Talmondais le 1er août 1794 (4) :

    « Je reçois ta lettre, mon camarade et je donne ordre aussitôt à l’adjudant général Desriau (Pierre Vidalot du Sirat, plus connu sous le nom de Dusirat) de partir sur le champ du Pont Charron avec cinq cents hommes au camp de Bessay. Tu les renverras aussitôt que tu n’en auras plus besoin.

    Signé le général Vimeux. »

     

    A la même date, Guillaume annonce à Vimeux quelques soucis avec les Vendéens. Voici ce qu’en dit le 3ème « Tableau des opérations de l’Armée de l’Ouest » (5)

     

    « Sur les 9 heures du matin une colonne de brigands est sortie de Champ St Pierre (Le Champ-Saint-Père), s’est portée au moulin St Vincent où elle s’est mise en bataille. Leur cavalerie s’est étendue dans la plaine en deça des moulins, où elle a égorgé plusieurs moissonneurs. Elle a pris ensuite la route de Chaillé. Elle est au moins de 3 000 hommes d’infanterie et 5 à 600 de cavalerie. Selon les rapports de l’espion elle médite un coup de vive force sur un de nos points. Les brigands sont bien armés mais on leur soupçonne peu de munitions. Dans la nuit deux ordonnances ont essuyé plusieurs coups de fusils aux quatre chemins de Luçon à Fontenay. »

    Il y a donc quelques mouvement aux abords de la Plaine, néanmoins dès le 2 août Vimeux ordonne à Guillaume de faire repartir les 500 hommes du camp du Pont-Charron (6).

     

    « Du 15 thermidor

     

    Je t’ordonne mon camarade de faire partie sur le champ pour le Pont Charron les cinq cents hommes que se sont rendus cette nuit au camp de Bessay, j’en ai besoin pour une expédition importante qui va voir lieu. Tu m’accuseras la réception de cet ordre et me rendras compte de son exécution. Je te prévisn que tu demeures responsable (du) moindre retard que tu y apporterois.

    Signé le général en chef Vimeux. »

     

    Puis le lendemain, toujours de Vimeux (7) :

     

    «  Du 16

     

    J’ai reçu mon camarade ta lettre par laquelle tu m’annonces le départ de cinq cents hommes comme je t’en avois donné l’ordre. Je te fais passer quatre lettres pour le représentant du peuple Ingrand que tu voudras bien lui remettre s’il est arrivé à Luçon. On lui envoye jusqu’à l’endroit où on le rencontrera. Je n’ai pas besoin de te recommander de les mettre en mains sûres.

     

    Signé le général en chef Vimeux. »

     

    Parallèlement Vimeux écrit le 3 août cette fois au chef de bataillon Barbier qu’il peut renforcer ses troupes avec celles revenues de Bessay (8)

     

    « La colonne qui est partie l’avant dernière nuit de Pont Charron pour se rendre au camp de Bessay doit être de retour. J’ai donné ordre hier au général Guillaume qui m’en avoit demandé la garde deux jours, de la faire retourner de suite au Pont-Charron en le rendant responsable du moindre retard qu’il apporteroit. J’ai donné aussi hier ordre au général Huché de faire partir de suite pour le Pont-Charron la colonne de quatre mille hommes en station devant Ancenis au Mont Glonne,  et de lui faire prendre la route la plus courte et j’espère qu’elle y sera rendue sous huit à dix jours.

     

    Signé le général en chef Vimeux »

     

    Le 24 septembre 1794, un événement va changer la donne dans le Sud de la Vendée : la prise du camp de Moutiers-les-Mauxfaits par les hommes de Saint-Pal et de Charette (9). C’est la troisième fois qu’un camp républicain est pris par les Vendéens, depuis La Roulière et Fréligné. Il faut donc revoir l’organisation et c’est l’avis de Beaupuy, chef de l’état-major, qui écrit le rapport suivant le 1er octobre 1794 (10) :

    Le camp de Bessay....

     

    « ETAT-MAJOR GENERAL

     

    Au quartier général, à Fontenay le 10 vendémiaire

    an 2 (an 3 en réalité, l'imprimé datant de l'année précédente) de la République une et indivisible

     _______________________ 

     

    Rapport sur les actions

     qui ont eu lieu pendant

    la 1ère décade an 3e

     

     

    Le 3. L’adjudant général Marrot commandant les troupes campées en avant de Luçon écrivoit que le poste des Moutiers les Maux faits fort d’environ huit cents hommes avoit été obligé de se reployer sur Saint Cyr distant de deux lieues ; ce poste avoit été établi pour protéger l’enlèvement d’abondantes récoltes. Notre peu de forces nous avoit empêché d’y mettre un plus grand nombre de troupes ; d’après les différents rapports, il paroit que les brigands fors d’environ trois mille hommes ont attaqué ce poste sur trois colonnes, leur cavalerie dont le nombre n’est pas certain à vivement assailli notre gauche défendue par le 4e bataillon du Puy de Dôme et un détachement du 4e bataillon de la Vienne. Ces troupes ont reployé trop précipitament, ce mouvement a jetté un peu de désordre mais le 5ème bataillon de la Marne a fait la retraite avec un détachement de chasseurs à cheval des 10e et 15e régiments. Le commandant du bataillon de la Marne a eu son cheval de blessé sous lui.

    Le 5. Le général en chef de l’état major a été visiter les postes en avant de Luçon, il a jugé à propos de faire porter les troupes campées à Saint Ouen dans un site bien plus avantageux au-dessus de Bessay, ce nouveau camp est plus éclairé, beaucoup mieux défendu par la masure (?), couvre absolument Luçon a des eaux meilleures et plus à portée qu’à St Ouen, il réunit à la fois tout les avantages, tans pour le déployement qu’au cas qu’il fut employé comme offensif que pour la retraite, si on jugeoit convenable de lui faire faire un mouvement rétrograde.

     

    Le Chef de l’état

    major général de l’armée 

    Beaupuy »

     

    Faut-il donc penser que le camp primitif de Bessay avait été déplacé à Saint-Ouen, puis rétabli sur ses anciennes positions ?

    Je n’ai pas découvert à ce jour de traces indiquant que les conseils de Beaupuy ont été suivis mais je n’avais pas trouvé d’avantage de preuves de l’existence du camp de Saint-Ouen passé le mois de septembre 1794.

    Où pouvait se trouver le camp de Bessay ? Rien ne nous en indique l’emplacement avec certitude. Il est « au-dessus de Bessay » selon le rapport de Beaupuy et probablement sur une hauteur. Le point le plus haut de Bessay se trouve au Nord-Ouest du château, non loin de la route des Moutiers-sur-le-Lay. A l’emplacement de la croix rouge sur la carte IGN de Géoportail, il existait un moulin à vent dit « Moulin de la Motte » (le logis de la Motte Orson dont il dépendait se trouve sur la commune des Moutiers-sur-le-Lay). Etait-ce dans ce secteur que le camp était établi ? La « masure » dont parle Beaupuy était-elle le château ?

     

    RL

    Avril 2020

    Le camp de Bessay.... 

    Illustration : tour du château de Bessay, photo prise par mes soins il y a environ vingt ans.

    Le camp de Bessay....

     

     

     Notes :  

    (1) SHD B 5/3-23, v. 5 et 6/10, bulletin analytique compris.

    (2) Malgré le fait que j’ai déjà publié sur ce blog, il y a déjà longtemps, une partie de la correspondance du camp de Pont-Charron, je pense y revenir prochainement avec sa localisation et la suite de ce que vous avez déjà pu lire.

    (3) SHD B5/10-3, v. 5/9, bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance de Vimeux en B 5/81, N° 95, v. 44/129.

    (4) Le cantonnement de Saint-Cyr est connu pour avoir été la cible d’une attaque manquée de Charette le 25 septembre 1795.

    (5) SHD B 5/10-3, v. 7/9, bulletin analytique renvoyant au « Tableau des opérations de l’Armée de l’Ouest » , en B 5/10-1, 3ème tableau, p. 12, v. 9/26.

    (6) SHD B 5/10-4, v. 6/14, bulletin analytique renvoyant au registre de correspondance de Vimeux en B 5/81, N° 101, v. 47/129.

    (7) SHD B 5/10- 5, v. 6/14, bulletin analytique renvoyant au registre déjà cité, v. 48/129.

    (8) SHD B 5/10-6, v. 1/5, bulletin analytique renvoyant toujours au même registre, v. 48/129.

    (9) Ne souhaitant pas un article trop long qui nous éloignerait de notre sujet, je vous invite à consulter la relation de cette victoire vendéenne dans les Mémoires de Lucas de la Championnière, p. 102 et/ou dans Bittard des Portes (à mon avis le meilleur ouvrage sorti à ce jour sur Charette), p. 379 et 380.

    (10) SHD B 5/10-61, v. 4 à 6/9, bulletin analytique compris.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :