• La trahison de Louis XVI ?

     

                      Si le roi Louis XVI a trahi Dieu,

         le châtiment a été immédiat pour lui, sa famille et la France...

     

     

     

      Dans le cas contraire, il a été la victime innocente d'un immense complot ourdis par les ennemis implacables des royaumes chrétiens. La ''Fille Aînée de l' Eglise'' a été la première des nations à subir la rage des ennemis du Christ.. Louis XVI n'a pas appréhendé la gravité de la situation et de ce qui se tramait contre lui et le royaume.

     

      J'aimerai attirer votre attention sur quelques faits n'apparaissant bien évidemment pas dans les manuels scolaires et concernant le roi Louis XVI. Certains relèvent de la simple observation, d'autres de recoupements et de lectures diverses pouvant éveiller quelques soupçons.

     

    1 – Le portrait du Roi Louis XVI peint  par Joseph-Siffrein Duplessis (1725-1802).  

            En regardant attentivement le portrait du Roi nous remarquons que sa main droite est cachée dans son gilet. Est-ce une coïncidence que beaucoup d'hommes illustres cachaient une de leur main en prenant la pose pour un portrait ? C'est très peu probable. Il apparaît que ce geste a une certaine importance dans les rituels maçonniques. Il semble donc impossible que ce signe puisse être le fruit du hasard. Ou alors le Roi Louis XVI a-t-il sacrifié, sans y prendre garde, à la mode du moment ?

     

    La trahison de Louis XVI ?

     

     

    2 – La création à Versailles de la loge ''des Trois-Frères-Unis''. On ne crée pas une loge en ce lieu sans l'accord du Roi. Voici ce que nous dit Louis Amiable (1837-1897), avocat, grand orateur du Grand Collège et ancien membre du conseil de l'ordre du Grand-Orient de France ; il est l'auteur d'une monographie sur la loge des Neufs-Soeurs - Alcan 1897 p96, dont voici un extrait :

    «  Le roi Louis XVI était franc-maçon. Pour lui et pour ses deux frères, le comte de Provence et le comte d'Artois, avait été fondée le 1er août 1775 « à l'Orient de la Cour », une loge dénommée ''la Militaire-des-Trois-Frères-Unis''. C'était alors la seconde année du règne de ce roi de vingt ans qui avait pour Ministre Turgot* et Malesherbes, radieuse aurore dont les promesses ne furent pas tenues. Le caractère philanthropique de l'institution, l'attrait du mystère, l'antiquité des traditions, l'exemple et l'exhortation de leur cousin le duc de Chartres, voilà sans doute ce qui avait amené les trois augustes frères à recevoir l'initiation. Ils ne tardèrent pas, vraisemblablement à se refroidir pour une association dont l'esprit progressiste et réformateur ne put leur échapper ; mais ils n'allèrent pas jusqu'à rompre avec elle. C'est pour cela que Louis XVI, lorsqu'il vint se réconcilier avec les Parisiens trois jours après la prise de la Bastille, fut reçu à l'entrée de l'Hôtel-de-Ville avec les honneurs maçonniques de la ''voûte d'acier''. Et après la mort de Louis XVIII, une pompe funèbre fut célébrée par le Grand-Orient pour honorer la mémoire de ce roi ''protecteur de la franc-maçonnerie'' ».

      Dans cette loge des ''Trois-Frères-Unis'', nous pourrions imaginer Orléans, Provence et Artois, mais Orléans est cousin du Roi ; ce qui n'empêche rien puisque les ''maçons'' sont tous  de ''très chers frères''...

     

    3 - La ''Voûte d'acier'', juste un mot pour expliquer ce qu'est la''Voûte d'acier''. Le 17 juillet 1789, lorsqu'il arrive à l'Hôtel-de-Ville de Paris, le roi y entre en passant sous cette voûte symbolique formée par les francs-maçons qui croisent leurs épées au-dessus de sa tête, On peut voir dans cet accueil :

    Un signe d'honneur.

    Ou alors un honneur bizarre emprunté aux usages maçonniques avec double sens : le roi passe sous les ''Fourches-Caudines ? Mais aussi : ''Quand un frère étranger se présente en visiteur dans une loge, s'il est revêtu des hauts grades, les membres de la loge se rangent sur son passage, et joignant leurs épées au-dessus de sa tête, ils forment ce qu'on appelle ''la voûte d'acier''.

      Afin d'illustrer ces propos, dans l'Histoire de la Franc-Maçonnerie Française, de Marquès-Rivière, édition Jean Renard, 1911, et citant Ch. Bernardin, il nous propose cette précision :  

        

    « Le roi se disposait à monter le grand escalier de l'Hôtel-de-Ville. A ce moment, ceux qui l'entouraient et qui étaient pour la plupart Francs-Maçons, chuchotèrent un mot qui fit le tour de l'assemblée, et immédiatement tous tirèrent leurs épées dont les lames brillèrent comme autant d’éclairs. Louis XVI eut un mouvement de frayeur, pâlit et fit quelques pas en arrière. Le marquis de Nesle, qui l'avait suivi depuis Versailles lui dit : '' Sire, n'ayez pas peur et allez de l'avant sans crainte'' Le Roi hésitait ; les épées se levèrent, une voûte se forma, et c'est sous ces lames croisées au-dessus de sa tête que Louis XVI devait passer pour atteindre le porte de l'Hôtel-de-Ville. Les Francs-Maçons avaient formé la ''Voûte d'Acier'', honneur que nous réservons dans nos temples aux grands dignitaires de l'Ordre ou à nos Vénérables dans certaines occasions.

      La foule ne comprit peut-être pas très bien la double signification qui se cache sous cette imposante cérémonie symbolique : mais elle n'en fut pas moins profondément remuée, et ce fut au milieu d'applaudissements enthousiastes que Louis XVI portant pour la première fois la cocarde nationale, passa tout ému sous ces épées à la fois protectrices et menaçantes ».

     On peut très bien imaginer que par ce cérémonial, la Franc-Maçonnerie voulait rappeler au Roi, sous forme de menaces, les promesses faites lors de son  initiation ?

     

      Alors que conclure ? Que Louis Amiable n'apporte aucune preuve concernant l'initiation de Louis XVI à la Franc-Maçonnerie, il affirme c'est tout ! Aucune trace de l'initiation du Roi, pas le moindre document ne nous est parvenu.

      Par contre, ce qui est étonnant, c'est que Louis XVI n'a jamais combattu la Franc-Maçonnerie et … on dit qu'un frère Maçon s'engage à ne pas combattre ses frères Maçons...  Et si  les Francs-Maçons s'apercevant de la trahison du Roi par des promesses non tenues à leur égard  l'avaient condamné à mort ?  Voir ici

    Maintenant chacun est libre de se faire sa propre opinion comme on dit.

     

      Nous devons simplement espérer que Louis XVI n'a été qu’une victime innocente et n'a pas rompu le lien passé avec Dieu à la Noël 496 par Clovis. Que ce soit l'un ou l'autre cas, l'absence de rois légitimes pour la France est la cause de tous nos malheurs depuis plus de deux siècles.

     

    * Turgot était franc-maçon .

     

     

    Sources : Louis Amiable -loge des Neufs-Soeurs – Alcan 1897 p96 – Portrait de Louis XVI en buste de Duplessis -Histoire de la Franc-Maçonnerie Française de Marquès-Rivière édition Jean Renard -1911 - La ''Main Cachée'' You tube.

     

    Xavier Paquereau pour Chemins secrets

     

                                                                  

     

     


  • Commentaires

    2
    Xavier
    Lundi 2 Mai 2016 à 14:32

    Oui, vous avez raison, c'est très osé. Juste histoire ''de réveiller ceux qui dorment''..

    Je n'affirme rien, et je reste persuadé que Louis XVI n'a pas succombé à la tentation de la F.M; je pose une question suite à mes observations et lectures.. c'est tout.

    Effectivement le pape Benoît XIV condamne la franc-maçonnerie, mais Louis XVI est aussi resté sourd aux avertissements du Pape concernant la dangerosité de la franc-maçonnerie... et ce n'est pas être ''un brin dans l'ère complotiste du temps'' que de le souligner.

    Puisque vous parlez du testament de Louis XVI, qui est magnifique à mes yeux, vous remarquerez que le Roi ne parlera d'aucun des ennemis qui ont renversé le trône ??

    Il me semble utile de rappeler les écrits de Charles Nicoullaud, collaborateur de Monseigneur Jouin: - revue internationale des Sociétés secrètes n°2 de février 1912; article intitulé ''Les premiers protecteurs de la franc-maçonnerie internationale moderne'' pages 124 et 125. : Msg Jouin s'inscrit dans la lignée des dénonciateurs du complot tels l'Abbé Barruel et certains auteurs de la contre-révolution. Je le cite : ''Toute l'aristocratie devient franc-maçonne et ce fut un engouement auquel la famille royale, le roi Louis XVI lui-même sous l'influence de sa femme, ne sut se soustraire. La loge des ''Trois Frères de Versailles à l'O... de la Cour'' devenue la ''Trinité'' sous l'Empire, vit, dit-on, l'initiation de ce prince et du comte de Provence. Le comte d'Artois fut initié le 8 juillet 1777; il avait vingt ans dans une loge tenue rue du Pot de Fer, aujourd'hui rue Bonaparte, dans l'ancien noviciat des révérents Pères Jésuistes. Les fêtes d'adoption firent fureur: Marie-Antoinette elle même se para de grands cordons maçonniques que lui fournit sa favorite le princesse de Lamballe*, initiée par Cagliostro au rite Egyptien Hélas! pauvre et Sainte Reine-Martyre, que de larmes royales ont recheté ces malheureuses erreurs.''

    *La princesse de Lamballe, favorite de la Reine : fut initiées par la Loge La Candeur de Paris. En 1781, elle fut élue Grande Maîtresse de la Mère Loge Ecossaise d'Adoption, c'est à dire qu'elle fut mise à la tête des Loges de Dames. Très légère d'esprit, elle ne comprit pas ce qui se tramait dans les Loges et n'ouvrit les yeux que lorsque la Révolution éclata: TROP TARD! On aurait dû écouter le Pape.... qui certainement était un complotiste de l'époque.

      Revirement de la Dame;  complice inconsciente du mal en cours dont elle avait été la complice, elle voulu faire exercer une surveillance sur tous les foyers de conspiration (complot?) Et la secte maçonnique jura de lui faire payer de sa vie sa trahison et son loyal retour au bien. Elle mourut dépecée dans la rue par la racaille révolutionnaire.

     

    1
    Comte Vinc de Pareds
    Lundi 2 Mai 2016 à 09:41

    C'est très osé, et un brin dans l'ère complotiste du temps... Louis XVI était très pieux, voir par moment scrupuleux ce qui le rendait hésitant... le 18 mai 1751 le pape Benoît XIV condamne l'ordre maçonnique dans l'ençyclique "providas romanorum pontificum". Celle-ci interdit à tout chrétien catholique la fréquentation des françs-maçons (cette encyclique faite suita à la condamnation de la franc-maçonnerie par Clément XII en 1738

    la bulle in eminenti apostolatus speculala.) Il était entouré de franc-maçons cela est certain, pour autant il n'est qu'à relire son testament," véritable manifeste politique" loin, très loin des "idéaux maçons"...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :