• La république, c'est l'insécurité....

                                    

                                  La République, c'est l'insécurité...

     

             

     

      La république, c'est l'insécurité....En 1796 à Chinon (Indre et Loire), les Administrateurs Municipaux demandent au Ministre de la Guerre des secours, car leur région est ravagée par des ''bandes de jeunes'', déjà ? Oui des jeunes de 20 à 30 ans, principalement des déserteurs de la première réquisition.

      A peine installée, la République, comme aujourd'hui d'ailleurs, à des problèmes avec ''les jeunes''.

     ''Ils expriment la crainte que leur font éprouver les bandes qui désolent la contrée, sont dépourvus de tout moyen de défense, demandent des secours. Ils envoient la copie d'un arrêté qu'ils ont pris, d'une lettre qui leur a été écrite par l'Arrondissement de L'Isle Bouchard ; cette dernière renfermant la copie d'une lettre écrite par Huel, cultivateur à Chézelle commune de Crouzille, qui signale l'arrivée dans le pays d'un grand nombre d'étrangers suspects''. Déjà un Calais en miniature ?

     Comme vous pourrez le remarquer, la ''novlangue'', ce totalitarisme qui s'attaque à la langue, pour mieux contrôler les esprits des citoyens, est instituée afin de rendre impensable toute dissidence. Nos républicains de ''compète'' d'aujourd'hui n'ont rien inventé, ils suivent toujours les directives des Loges Maçonniques.

      Vous remarquerez dans le courrier qui va suivre, tous ces mots qui ont une fonction banalisante ; dans des termes édulcorés, non seulement pour cacher volontairement des choses qui ne seraient pas bonnes à dire, mais aussi, et surtout, pour lobotomiser les cerveaux. Nous assistons déjà en 1796 à une dénaturation du langage.

     

           Les ''malveillants'' : les anti-républicains.

       Les ''jeunes'' : les dissidents, les mauvais pensants, les réfractaires.

           Les ''brigands'' : les royalistes, etc.....

     Les ''hordes'' : Comparaison avec des barbares.

     Les ''Scélérats'' : Les Royalistes sont comparés à des malfaiteurs.

     

        Vous me pardonnerez cet ''a parte'' mais l'occasion est trop belle, rien n'a changé depuis 1789, mais aujourd'hui la situation s'aggrave... Par exemple on ne dit plus : « Nicolas a les boules de redoubler sa 6ème et il a pété un carreau avec le ballon », mais : « Ulcéré de ne pouvoir exprimer ses potentialités dans le premier niveau du cycle central, Nicolas projette le référentiel bondissant à travers l'espace transparent ». La ''connerie'' républicaine n'a plus aucune limite !

     

      Voyons voir ce que raconte le Citoyen Laurent de Chinon, le 17 nivôse de l'an 4.

     

                 Humanité, Justice

      

                       Paix au Bons, Guerre aux Méchans

     

                               Municipalité de Chinon

     

     

        Chinon, le 17 nivôse an 4 de la République Française, Une et Indivisible.

     

            Les Administrateurs Municipaux de Chinon

     

    Au Citoyen Ministre de la Guerre

     

    CITOYEN,

     

     «  Des malveillants tentent un mauvais coup dans nos contrées, elles sont menacées par des Brigands et ce sont des jeunes gens de la première réquisition qui forment ces bandes. Veillez venir à notre secours, nous sommes sans aucun moyen de défense, sans armes, sans munitions, sans soldats, faites que nous ayons ce que nous avons besoin. Envoyez nous quelque force armée : en tel nombre quelle soit. Si elle est composée de républicains, réunis à ceux de Chinon, nous ne craindrons pas ces hordes de scélérats ».   

     

                                         Salut et Fraternité.

                                           Signé : Laurent.

     

    La république, c'est l'insécurité....

     

     

      Toute ressemblance avec des faits actuels et réels ne serait que pure et fortuite coïncidence ; et pour ceux voulant se ''payer une bonne bosse'',  l'ensemble du dossier est classé en SHD B5/34-15  Armées des Côtes de l'Océan. Archives Départementales de la Vendée tous droit réservés. - Photo de l'auteur.

     

    Xavier Paquereau pour Chemins secrets

                    


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :