• La crypte de l'église des Epesses....

     

    La crypte de l'église des Epesses....

     

     

     Il y a largement plus de dix ans que votre serviteur n'était pas descendu dans la crypte de l'église des Epesses et la première fois fut assez mémorable car la minuterie de la lumière m'avait laissé pendant plusieurs secondes dans l'obscurité la plus totale, au milieu de tombeaux peu avenants.

     Nous avons donc retenté l'aventure avec notre "Maraîchine Normande" cet après-midi équipés d'une lampe torche.

     L'entrée de la crypte est dissimulée dans les boiseries du choeur de l'église. On tire un peu sur celles-ci et un passage secret digne des aventures du "Club des Cinq" apparait :

     

     

    La crypte de l'eglise des Epesses....

     

    La minuterie de jadis n'est plus fonctionnelle et il faut descendre un escalier particulièrement sombre. On arrive au pied d'un autel et d'un vitrail qui éclaire tant bien que mal l'entrée des caveaux :

     Avec le flash de l'appareil photo...

     

    La crypte de l'eglise des Epesses....

     

    Et sans...

     

    La crypte de l'eglise des Epesses....

     

     L'ensemble est en forme de croix latine et le premier caveau est celui de Claude de Boysleve qui devint propriétaire du château du Puy du Fou en 1659. Sa tombe fut profanée en 1793, avec trois autres, par les soudards de l'armée républicarde qui sortirent son squelette et l'abandonnèrent au fond de la crypte, assis dans un coin obscur. Ce squelette aurait porté une longue barbe, si l'on en croit la tradition locale... Il aurait ainsi reposé dans cette posture jusqu'à la Restauration.

     

    La tombe en question :

    La crypte de l'eglise des Epesses....

     

    Un deuxième caveau...

     

    La crypte de l'eglise des Epesses....

     

    L'endroit supposé où fut abandonné le squelette.

     

    La crypte de l'eglise des Epesses....

     

     Le 4 février 1946, l'abbé Deriez et deux maçons, Gabriel Jozelon et Auguste Coutand, nous dit la notice explicative de l'église, ont en effet retrouvé sous le dallage un squelette particulièrement bien conservé. Le malheureux défunt put ainsi retrouver son caveau et y continuer son séjour éternel... C'est d'ailleurs à lui que l'église des Epesses devait son magnifique retable du XVII° que nous voyons ci-dessous.

     La fin de notre balade arrive et nous ressortons par la droite du choeur de l'église, en poussant une seconde porte dérobée.

     

    La crypte de l'eglise des Epesses....

     

    Le retable :

     

    La crypte de l'eglise des Epesses.... 

     

    Carte postale ancienne....

     

    La crypte de l'eglise des Epesses....

     

    Plaque commémorative de l'association du Souvenir Vendéen sur le mur de l'église :

     

    La crypte de l'eglise des Epesses....

     

     Il serait trop long ici de faire un historique des Epesses pendant la période des Guerres de Vendée, mais nous nous permettons de renvoyer le lecteur vers quelques "détails" parus dans un autre article (cliquer ici).

     

     RL

    Novembre 2014

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 27 Novembre 2015 à 06:30

    beau travail de recherche ...et belle découverte !! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :