• La Chapelle-Saint-Etienne....

     

     

    La Chapelle-Saint-Etienne

     

    Continuons, si vous le voulez bien de rôder un peu dans ces endroits si paisibles, loin des inutiles effervescences d’un monde soi-disant moderne…. 

     

      

    Le village qui comptait plus de 650 habitants au moment des Guerres de Vendée, n’en compte qu’un peu plus de 300 désormais. Doté d’une très jolie église dont les vitraux resplendissent de couleur et autrefois dépendante de l’abbaye de la Réau à Saint-Martin-l’Ars dans la Vienne, le village eut sa participation dans les événements contre-révolutionnaires. Les gens d’ici, comme dans beaucoup d’autres villages de l’Ouest sont souvent tisserands, et chose surprenante, s’adonnent l’hiver à la confection de balais destinés au nettoyage des bateaux. La brande nécessaire à ces confections est souvent ramassée plus au Nord, sur les paroisses de Noirterre, Saint-Porchaire ou Amailloux. Les balais ainsi terminés partent en direction de Fontenay-le-Comte et Marans.

     

    En 1803, un prêtre dissident de 45 ans,  venu du diocèse de Besançon, l ‘abbé Genest dit « Pancrace » vient officier… La paroisse est sous l’influence du curé de Pugny et de celui de la Chapelle-Saint-Laurent, villages voisins.

     

    1832 sonnant la cinquième Guerre de Vendée contre Louis-Philippe, Nombre de descendants des géants de 1793 s’insurgeront. Bien que gâtinaise par la géographie, la paroisse n’en demeurera pas moins royaliste jusqu’au bout.

     

     

     RL

    Juin 2011

     

     Accueil

      

    Accueil

      

    Accueil

    Accueil

    Accueil


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :