• La Baïonnette royale N° 17....

     

     

    Baïonnette Royale n°17

     

     

     

    La Baïonnette royale N° 17.... La famille Aubron est originaire de la paroisse de la Chapelle du Genêt où Jean Aubron, époux de Jacquine Jauneau est laboureur. Leur fils Jean Aubron épouse à Villedieu-la-Blouère, le 17 février 1740 Françoise Branger née le 29 octobre 1715 à Villedieu. En 1740 il est métayer à la ''Ménardière'' dans cette paroisse. De cette union naîtront onze enfants dont Jean né le 28 février 1755 à Villedieu, objet du présent billet.

     

      En 1793 il est âgé de 38 ans, il prend les armes contre la République et est accompagné d'un neveu, Mathurin Samson âgé de 16 ans, fils de Jacques Samson et de Jeanne Aubron. Il épouse le 3 juin 1783 Jeanne Grimault née le 5 octobre 1761 à la Boissière-sur-Evre. Il a servi dans les Armées Catholiques et Royales de 1793 à 1799 et n'a pu participer à la campagne de 1815 en raison de son grand âge.

     

      Jean Aubron décède à la ''Touche'' commune de la Boissière-sur-Evre le 27 août 1833.

     

     

      Les états de service de Jean Aubron 

     

     

      Sa demande de pension est datée du 16 juillet 1825.

     

      «  A Messieurs les membres composant la commission Vendéenne à Beaupréau   Jean Aubron laboureur,

     

      Messieurs,

     

      Le Roi dont la bonté paternelle est inépuisable vient par son ordonnance du 29 décembre d'accorder de nouveaux secours à ceux qui ont eu l'honneur de déffendre sa cause dans les armées royales de la Vendée. Ce qui me donne l'espoir que vous daignerez me faire rendre participant à ses bienfaits.

     Mes états de services que je joins à ma demande m'assurent que vous daignerez en tenir compte, et prendre en grande considération et mes services passés et mes besoins actuels, J'ai pris les armes des les premières affaires de 1793. Et n'ai point discontinué ...... jusqu'en 1815 inclusivement.

     

      Mon âge, mes infirmités, suite des travaux d'une guerre pénible, père de quatre enfants que j'ai à substanter, tout me fait espérer que vous m'appliquerez la justice qui fait la base de vos délibérations.

     J'ai l'honneur d'être avec un très profond respect.

     

        Messieurs Votre très humble et très obéissant serviteur. »

     

      Certificat des Officiers :

     

      «  Nous soussignés officiers supérieurs de l' armée royales vendéenne d'Anjou, chevaliers de l'Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis, certifions que Jean Aubron, laboureur, âgé de 70 ans, natif de Villedieu, canton de Beaupréau et domicilié de la Boissière-Saint-Florent-le-Vieil, département de Maine et Loire, a pris les armes pour la déffense de l'autel et du trône dès les premières affaires qui eurent lieu en 1793 dans la dite armée ; qu'il n'a pas cessé de se montrer brave soldat dans toutes les circonstances ; que son grand âge l'a empêché de reprendre son rang en 1815 dans la campagne de 1815. Enfin qu'il a été très utile au parti qu'il servait. En foi de quoi nous lui avons délivré le présent, Bouzillé le 14 juillet 1825. ».

     

      Signé :

     

       Oger de L'Isle, Chevalier de Saint Louis, Chef de division – Tristan Martin, ancien Adjudant-Général Vendéen, Chevalier de Saint-Louis – Martin Baudinière Chevalier de Saint Louis, Colonel.

     

     

     Pour terminer, voici les portraits croqués en 1825 par David d'Angers, (album Jouin 1905) de deux officiers signataires du brevet de Jean Aubron :

      Augustin Pierre Oger de l'Isle : (1766-1841) fils de Pierre Oger notaire et greffier de la baronnie de Champtoceaux et de Françoise Grellier , En 1791, il est reçu docteur en médecine. Pendant la guerre de Vendée, il commande la division du Fief-Sauvin sous les ordres de Stofflet. En 1795 il accepte la pacification de la Jaunaie et en 1799 il commande la division de Champtoceaux.

     

    En 1800, il épouse à Bouzillé Marie-Jeanne Pont, fille d'Olivier Pont conseiller du roi, président du grenier à sel de Saint-Florent-le-Vieil et de Jeanne Richard-Duvernay.

     Il s'éteint à Bouzillé en 1841 à l'âge de 75 ans. Sa tombe est toujours visible au cimetière.

    La Baïonnette royale N° 17....

     

     

      Tristan Martin : (1765-1826), né à Montrevault, commanda une division dans l'armée de Bonchamps. Maire de Montrevault,il s'attacha en 1815 à l'état-major d'Autichamps et s'opposa à la pacification. Il reçu le rang de lieutenant-colonel et fut chevalier de Saint-Louis en 1825.

    La Baïonnette royale N° 17....

     

     

      Sources : Archives Départementales du Maine et Loire, Dossiers Vendéens, tous droits réservés – Archives familiales. - Photo de l'auteur.

     

      Xavier Paquereau pour Chemins secrets.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :