• La Baïonnette Royale N° 12....

     

     Baïonnette Royale n°12

     

     

     

     La Baïonnette Royale N° 12....La famille Miolet-Miollet est originaire de la paroisse de Saint-Laurent-du-Mottay. C'est une famille de meuniers. Julien Miolet, né le 13 juin 1721 épouse Renée Orthion née le 9 août 1727 au moulin de Salvard, paroisse de Villedieu-la-Blouère. Leur fils René épouse Marie Métayer, fille d'un laboureur de la Renaudière. De cette union naîtront sept enfants dont Julien qui prendra les armes à l'âge de quinze ans en mars 1793.

     

     Julien Miolet est né le 19 mai 1778 à Villedieu-la-Blouère. Il est le fils de René Miolet et de Marie Métayer, meuniers au moulin de Salvard-Salvert, où ils exploitent un moulin à eau et deux moulins à vent situés sur la paroisse de Saint Philbert en Mauges.

     

    La Baïonnette Royale N° 12....

     

     En 1793 il est âgé de 15 ans et prend les armes contre la République. Il est accompagné de son oncle, Jacques Bondu, né le 4 juin 1754 à Jallais, boulanger à Cholet, tué au cours des guerres de la Vendée, et époux de Marie Miolet née le 24 février 1756 à Villedieu.

     

    Il épouse le 30 nivôse de l'an VII (19 janvier 1799) à Beaupréau , Jeanne Sécher née le 25 décembre 1769 à la Chapelle-du-Genêt. De cette union naîtront cinq enfants dont trois survivront.

     

     Les états de service de Julien Miollet

     

     

     Le 26 mai 1825, il fait une demande de pension libellée en ces termes :

     

     « Ville Dieu, le 26 mai 1825 Miollet Julien, voiturier demeurant au bourg et commune de Ville Dieu

     

    A son excellence le Ministre de la Guerre

     

     Monseigneur,

     

    J'ai l'honneur de vous exposer que dès le commencement de la guerre de la Vendée, j'ai pris les armes pour le rétablissement de l'Autel et du Trône, et je n'ai cessé de combatre avec dévouement, valeur jusqu'à la fin de la guerre comme soldat.

     

    Les fatigues de la guerre m'ont bien épuisé, les fourniements que mon défunt père a fait pour les approvisionnements de la ditte armée ; et ne pouvant guère travailler me fait craindre de tomber dans la misère avec ma femme et trois enfants faisant peu de choses pour m'aider.

     

    Dans cette position, j'ose vous prier, de vouloir bien, Monseigneur, proposer à sa Majesté, de m'accorder une pension.

     

    A défaut de titre constant mes services et fourniements, j'ai eu recours aux certificats des anciens officiers, qui est joint à la présente avec les autres pièces indiquées par l'Ordonnance du Roi du 29e jour de décembre 1824.

     

    J'ai l'honneur d'être avec un profond respect, Monseigneur Votre très humble et très obéissant serviteur ».

     

     Signé : Julien Miolet

     

    La Baïonnette Royale N° 12....

     

     Un certificat de service lui a été délivré par le chef de la Division de Montfaucon, Mr le Marquis de la Bretesche.

     

     Lettre des Anciens Officiers Vendéens. Armée Royale d'Anjou.

     

     «  Nous soussignés Anciens Officiers Vendéens

     

     Certifions qu'il est à notre connaissance que le nommé Miollet Julien, voiturier, né au moulin de Salvard commune de Ville Dieu, le 19 mai 1778, demeurant actuellement au bourg et commune du dit Ville Dieu, a fait partie des armées Royales de l'Ouest, dès les premiers commencements de la guerre de la Vendée, sous les ordres du général d'Elbé, quoique bien jeune, il a assisté dans cette campagne , aux combats de Cholet, Beaupréau, Martigné, Vier, Couron, Nantes, Chantillon, Gesté, Lirai, Chalonne, Nueil-Passavant, Yzernai et autres choc.

     

     Enfin aux différents combats qu'a soutenus la ditte armée, an 1793, 1794, 1795, 1796, 1799, et 1815. et a dans ces campagnes montré le plus grand zèle, bravoure et distinction pour la cause sacrée de l'Autel et du Trône de sa Majesté ; a toutes prises et reprises d 'armes par la ditte armée Royale de l'Ouest fait partie de la compagnie de Ville Dieu.

     

     Son défunt père, René Miollet à fournie pour le soutien et la subsistance de la dite armée en farine et autres objets estimés ensemble six cent cinquante livres, sans y comprendre les pertes.

     

     Il est un des Vendéens qui mérite aux plus juste titres ; des bontés de sa Majesté.

     

     En foi de quoi nous lui avons délivré le présent certificat pour lui servir et valoir ce que de raison ».

     

     A Ville Dieu le 26 mai 1825.

     

     Signé Jean Collasseau, Capitaine à Ville Dieu

     

    La Baïonnette Royale N° 12....

     

    La Baïonnette Royale N° 12....

     

     

     Sources : Archives Départementales de Maine et Loire- Archives familiales.

     

     Xavier Paquereau pour Chemins Secrets


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :