• L'énigme de l'abbé Legrand....

     

    L’énigme de l’abbé Legrand…

     

     

    On ne présente plus l’abbé Legrand, curé de Montigny et qui fut l’un des pères de la Petite-Eglise, comme je vous l’avais présenté ici.

    Sur sa tombe, encore présente dans l’ancien cimetière de Montigny, près de l’église, les inscriptions largement érodées indiquaient : « Ci-Gît le corps de Charles Legrand, curé de Montigny. Il a remis son âme à Dieu, le 2 octobre 1822, âgé de 82 ans. Il fut bon pasteur, bon parent, bon ami et d’une intrépidité à toute épreuve. AVE. »

    L'énigme de l'abbé Legrand....

    Charles Joseph Legrand est mort en état de quasi-infirmité. Ainsi Mgr de Bouillé, évêque de Poitiers écrivait-il le 17 octobre 1822 au préfet des Deux-Sèvres (1): « Depuis longtemps, ce n’est plus qu’une machine qu’on porte à l’autel et à qui on fait dire la messe, ou plutôt qu’on dit pour lui. » 

    Au-delà de cette réflexion peu amène et bien peu chrétienne de la part d’un évêque, se pose la question de ce que fut la vie de ce prêtre. Qu’avait-il traversé à l’époque de l’insurrection vendéenne et de la terreur révolutionnaire ? Tout reste à faire en ce domaine et en particulier ses origines. A Montigny, comme dans la plupart des communes du Nord des Deux-Sèvres, il n’y a pas ou plus de registres pour la période des Guerres de Vendée. Cependant, on sait par son acte de décès ci-dessous que son neveu se nommait Michel Pierre Legrand et qu’il était marchand à Bressuire.

    L'énigme de l'abbé Legrand....

    Grâce à Geneanet et la généalogie entreprise par un descendant, nous savons que Michel Pierre, né le 25 janvier 1773 à Bressuire et mort dans la même ville le 23 septembre 1841 était qualifié de Marchand épicier et propriétaire. Son père, Pierre Legrand, marchand mercier, marié dans un premier temps avec Marguerite Gendreau, puis avec Jeanne Berloin était adjoint au maire de Bressuire vers 1819. Il pourrait être né à la Châtaigneraie à une date inconnue. Il s’agit du frère de notre brave curé de Montigny, qui pour être âgé de 82 ans en 1822 est probablement né vers 1740. Même si la piste de la Châtaigneraie est plausible en regard de la présence d’une famille Legrand (dont un Charles, beaucoup plus âgé que le curé de Montigny), je ne l’ai pas trouvé en 1740. Il se pourrait qu’il soit né en 1739 mais cette année manque dans les registres…

    A suivre…

    RL

    Dernier jour de l’année 2019

     

     

    Note :

     

    (1)  Abbé Billaud, « La Petite-Eglise dans la Vendée et les Deux-Sèvres »,1962, reprint 1982, Nouvelles Editions Latines, p. 526. Auguste Billaud se réfère aux AD79, 25V1.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :