• L'affaire de la Caillaudière....

     

    L'affaire de la Caillaudière...

     

     

     Début avril 1794, la colonne infernale de l'adjudant-général Dusirat ( qui ne s'est jamais appelé Dusirat en réalité mais Pierre Vidalot du Sirat) ravage les environs de Chanzeaux, malheureux village qui a déjà eu à subir les horreurs du passage de la colonne de Crouzat le 25 janvier. Le 7 avril seront massacrés les femmes et les enfants du village de Bretonneau près de Saint-Lambert-du-Lattay, non loin du Coteau des Martyrs:

     

    Le Coteau des Martyrs

     

     Justement, ce 7 avril, Dusirat va prendre une dérouillée mémorable de la part de Stofflet et de Charette réunis pour mettre fin aux agissements des colonnes infernales. Ce combat se passera à proximité de la ferme de la Caillaudière, 2 kms environ au Nord de Chemillé.

     

     Voici son rapport à Turreau (Savary, tome III, p. 381 & 382 daté du 8 avril:

     

     

      Du 8 = L'adjudant-général Dusirat, au général en chef. (Doué)

     

     "Je me suis porté hier à Chemillé, comme je te l'avais annoncé, je n'y ai pas rencontré l'ennemi ; mais mes éclaireurs de droite en ont rencontré quelques patrouilles. J'ai pris position en avant du bourg de Saint-Pierre, faisant face à droite de la grande route et en avant, le dos tourné vers Saint-Pierre. J'avais des postes jusque sur les hauteurs de ce village.

     

    A quatre heures et demie, ces mêmes postes aperçurent quelques brigands sur la route de Chemillé ; on bat la générale, tout le monde est à son poste, ma cavalerie repousse les brigands jusque dans Saint-Pierre ; mais ce n'était qu'une fausse attaque. Ma droite, devenue gauche en faisant demi-tour à droite, est attaquée d'une vigoureuse manière, pendant que le deuxième bataillon de la Haute-Saône fait un feu terrible sur les brigands qui sortent une seconde fois de Saint-Pierre. Dans un instant le combat devient général, la fusillade se soutient une demi-heure, les cartouches manquent, on bat la charge, quelques détachemens se disposent à se servir de la baïonnette ; mais les brigands fondent sur nous si impétueusement, que toute ma division prend lâchement la fuite. Elle entraîne l'avant-garde qui se battait bien ; tout est dans la confusion, les brigands sont sur nous.

     

    Je venais d'apprendre qu'une ordonnance, que j'avais envoyée à Grignon, qui devait être vers Etiau, avait été tuée. Je pris mon parti, j'ordonnai la fuite vers Etiau. J'eus de la peine à empêcher qu'on ne suivit la grande route d'Angers.

     

    J'arrive près d'Etiau, point de colonne de Grignon ; je me dirige sur Saint-Georges pour y passer le Layon. Chemin faisant, je rencontre une patrouille que j'avais envoyée dans la matinée vers Grignon, pour lui faire part de mon projet de marcher le lendemain sur Chollet et Mortagne que je croyais menacés. Cette patrouille en avait rencontré une de Grignon avec laquelle elle avait changé ses dépêches.

     

    Grignon me mande qu'il n'avait pu prendre position au point qu'il m'avait indiqué, parce qu'il avait appris que les brigands, au nombre de cinq à six cents, avaient passé le Layon.

     

    Je crains que Grignon, qui s'est annoncé pour hier ici, ne soit attaqué. Sa colonne n'est pas en ordre, et j'ai été battu, quoique bien disposé. Si Grignon n'est pas attaqué, gare Mortagne.

     

    Je suis arrivé à Doué à deux heures de l'après-midi, après une marche de dix-neuf heures. Les traîneurs ne me permettent pas d'indiquer au juste ma perte, elle va à plus de cent. J'attends tes ordres.

     

    Je voudrais bien parler avec toi de la Vendée, des brigands, etc., etc. Cet objet est de la plus grande importance ; il faut être dans ma position pour en bien juger."

     

     

     La ferme de la Caillaudière de nos jours, entourée par une zone industrielle.

     

     

    L'affaire de  la Caillaudière....


     Vitrail de l'église de Chanzeaux commémorant cette affaire

     

    L'affaire de  la Caillaudière....

     

     

    RL

     Janvier 2014

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :