• Jugement de l'abbé Rué....

     

    Pierre Rué, vicaire de Saint Germain de Bourgueil

     

    Prêtre réfractaire guillotiné à Poitiers 14 nivôse de l'an II

     

    Sa déclaration au District de Loudun

     

     

     

    Jugement de l'abbé Rué....«  Le dix-neuf frimaire, l'an deuxième de la République française, une et indivisible, a comparu au district de Loudun le citoyen Pierre-Jean-Gabriel-Toussaint Rué, prêtre natif de la communauté de La Chapelle-Blanche, district de Langeais, département d'Indre et Loire, fils de Pierre Rué, boulanger et de Louise Morand, de la commune de la Chapelle-Blanche,âgé de trente neuf ans, de la taille de cinq pieds deux pouces, cheveux et sourcils châtains, les yeux bleus, nez aquilin, bouche moyenne, menton rond, visage ovale et plein, barbe châtaine mêlée de gris. Lequel adit qu'à l'époque de mil sept cent quatre vingt neuf, il étoit vicaire de la paroisse de Saint-Germain de Bourgueil, canton de Bourgueil, district de Langeais, département d'Indre-et-Loire ; que, n'ayant prêté aucun des serments requis par les lois, il s'est retiré depuis le huit may mil sept cent quatre-vingt-onze jusqu'au douze août mil sept cent quatre-vingt-douze dans les districts de Langeais et Chinon, et depuis le douze août dans ce district où il s'est tenu caché jusqu'à ce jour. Qu'ayant appris qu'il existe un décret rendu par la convention nationale les vingt-neuf et trente de vendémiaire qui porte (art 10) que les ci-devant évecques, vicaires, etc..., qui n'auront pas prêté le serment prescrit par l'article 39 du décret du 24 juillet 1790, et réglé par les articles 21 et 38 de celui du 12 du même mois et par l'article 2 de la loi du 29 novembre de la même année, sont déclarés sujet à la déportation, jugés et punis comme tels, et (art 14) que les écclésiastiques mentionnés en l'article.10 qui, cachés en France, n'ont point été embarqués pour la Guianne française, seront tenus, dans la décade de la publication du présent décret, de se rendre auprès de l'administration de leurs départements respectifs qui prendront les mesures nécessaires pour leur arrestation, embarquement et déportation, et désirant obéir à cette loi, il se présente à cet effet à cette administration, dont acte, et a signé, Signé : P. Rué, prêtre.

     

    Demandé au comparant chez qui il a demeuré, chez qui il s'est retiré dans le district de Langeais.

     

    A déclaré qu'il a demeuré chez le citoyen Rué, son père, boulanger, à la Chapelle-Blanche, jusqu'à l'époque du dix-sept février mil sept cent quatre-vingt-douze, qu'à cette époque il se rendit en la commune de Chinon chez l'abbé Micheau, chez lequel il est resté jusqu'au cinq mars mil sept cent quatre-vingt-douze, que de là il se rendit dans la commune de Faye-La-Vineuse, district de Chinon, chez l'abbé Mottet, ex-chanoine dudit lieu, jusqu'au douze août mil sept cent quatre-vingt-douze, époque à laquelle il est venu en ce district.

     

    A lui demandé dans quelles maisons et chez quels citoyens il a demeuré jusqu'à ce jour.

     

    A répondu qu'il ne peut être le dénonciateur de ceux qui ont eu des bontés pour lui.

     

    A lui demandé pourquoi il a préféré de venir en ce district plutôt que de se rendre dans le département d'Indre et loire ou dans celui de la Vienne.

     

    A répondu que c'est qu'il étoit en ce district lors de la publication de la loi des 29 et 30 vendémiaire.

     

    Lecture faite au dit Rué de ses différentes réponses, a déclaré icelles contenir la vérité, ni vouloir ajouter excepté que, lors de la publication du décret du 26 Août relatif à la déportation des prêtres insermentés, il fit demander par un de ses frères, le treize septembre mil sept cent quatre-vingt-douze, à la municipalité de Faye-La-Vineuse, district de Chinon, un passeport pour se rendre au chef-lieu du district et exécuter les dispositions de la loi susdattée. Lequel passeport lui a été refusé, ainsi qu'il le justifie par une lettre sans date qu'à écrite le citoyen Guist, procureur de la commune de Faye, au citoyen Martin, habitant du dit Faye. Laquelle lettre il a représentée, et lui a été remise après avoir été paraphé et nevarietur par le citoyen Canuel et a le dit citoyen Rué signé : P,Rué, prêtre.

     

    Vu les comparutions et déclarations cy-dessus ; considérant que les réponses du dit Rué et de son refus formel à déclarer les personnes chez lesquelles il a été caché depuis le 12 août 1792, on peut en inférer qu'il est rentré sur le territoire de la République après en être sorti, et que par là il se trouverait dans l'application de l'article 5 de la loi du 29 et 30 vendémière, l'administration arrête qu'il sera consigné dans la maison d'arrêt de cette commune, pour être dès demain conduit de brigade en brigade en la maison de justice du tribunal criminel de Poitiers, auquel sera adressé copie du présent, ainsi qu'au département d'Indre et Loire, afin qu'il conoisse les personnes qui ont donné refuge au dit Rué.

     

    A Loudun, le dit jour dix-neuf frimaire, l'an 2 de la République française une et indivisible.

     

    Les administrateurs du district de Loudun. Signé :en la minutte : Canuel, Bertheault, Debreou, Tardiveau et Cabri.

     

    Pour copie conforme : Cavri (sic)

     

    Vu au district de Loudun, le 20 frimaire, l'an II de la République française une et indivisible.

     

    Canuel Ernault

     

    ( sceau du district) Par les citoyens administrateurs :

    Cavri (sic)

     

     

    Avis donné de Loudun, le 20 frimaire an II au président du tribunal criminel de Poitiers que Rué est conduit par des gendarmes dans la maison de justice de ce tribunal où on fera statuer à son égard ce qu'il appartiendra.

     

    (Archives départementales de la Vienne, Tribunal criminel. Liass

     

    Jugement du Tribunal criminel de la Vienne

     

    Sentence de Mort

     

     

    Du 14e jour de nivôse, an second de la République française.

     

    Au nom de la République française une et indivisible.

     

    Le tribunal criminel du département de la Vienne.

     

    Vu le procès-verbal de la déclaration du nommé Rué, en date du dix-neuf frimaire dernier, faite aux administrateurs du district de Loudun, et joint l'interrogatoire du dit Rué, pris sur les dits administrateurs le même jour, en bas duquel est le mandat d'arrêt prononcé contre le dit Rué par les mêmes ;

     

    Vu pareillement la lettre des membres composant la dite administration adressée au citoyen accusateur public du tribunal en date du vingt-quatre frimaire dernier

     

    Attendu qu'il résulte de la déclaration du dit Rué qu'il étoit vicaire de la cy-devant paroisse de Saint-Germain de Bourgueil, canton de Bourgueil, district de Langeais, département d'Indre et Loire, qu'il n'a pas prêté le serment prescrit par l'article trente-neuf du décret du vingt-quatre juillet mil sept cent quatre-vingt-dix et réglé par les articles vingt et un et trente-huit de celui du douze du même mois et par l'article deux de la loi du vingt-cinq novembre de la même année, ni celui de la Liberté et Egalité prescrit par les lois du quatorze août mil sept cent-quatre-vingt-douze et vingt-un avril dernier :

     

    Que, compris dans l'article six du décret des vingt-neuvième et trentième jour du premier mois de l'an second de la République, il ne s'est pas présenté dans la décade de la publication du dit décret à l'administration de son département.

     

    Que, sur le refus qu'il a fait d'énoncer le lieu de sa résidence depuis le douze du mois d'août mil sept cent quatre-vingt-douze jusqu'au dix-neuf frimaire dernier, il est fortement soupçonné d'avoir résidé avec les brigands de la Vendée.

     

    Le tribunal :

     

    Après avoir entendu l'accusateur public dans ses conditions et déclaré que le dit Rué est convaincu d'avoir été sujet à la déportation ;

     

    Ordonne, conformément à l'article cinq de la loi des vingt-neuf et trentième jour du premier mois de l'an second de la République, que Pierre-Jean-Gabriel-Toussaint Rué, natif de la commune de La Chapelle-Blanche, district de Langeais, département d'Indre et Loire, vicaire de Saint-Germain de Bourgueil des sus dits district et département, sera dans les vingt-quatre-heures livré à l'exécution des jugements criminels et mis à mort (1)

     

    (1) Le nommé Pierre Delourme, journalier, fut condamné avec lui, ce même jour)

     

    Ordonne que, conformément à l'article seize de la même loi, les biens du dit Rué sont et demeurent acqui au profit de la République.

     

    Ordonne enfin que le présent jugement sera exécuté à la diligence de l'accusateur public près le tribunal ; au surplus imprimé au nombre de cent cinquante exemplaires, affiché dans tous les chefs-lieux de district et de canton de ce département.

     

    Fait et prononcé en la salle d'audience publique du tribunal criminel du département de la Vienne par nous Pierre-Jean Planier, président, en présence du citoyen Etienne-Hilaire Morlon, juge au tribunal du district de Poitiers, Pierre-Alexis-Auguste Durand, juge au tribunal du district de Loudun, Alexis-Jean Bigommier, juge au tribunal du district de Poitiers, faisant pour le citoyen Jean-Hilaire Papillault, juge au tribunal du district de Châtellerault, détenu au lit pour cause de maladie grave, les deux premiers juges ci-dessus dénommés juges en ce tribunal pendant le présent trimestre de nivôse, en encore en présence du citoyen Joseph Molet, accusateur public, qui ont soussigné la minute du présent jugement, à Poitiers, le quatorzième jour de nivôse, seconde année de la République française une et indivisible, la première de la mort du tyran, sur l'heure de midi.

     

    (Archives du greffe de la cour d'appel de Poitiers)

     

     

    sources : Les fastes de Bourgueil ses gloires de Georges Coupard – collection dirigée par M. G Micberth – 2008 – Crédit photo – Autel de l'église Saint Germain de Bourgueil -blogue « Gardien du Passé ».

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets.

     

    Eglise Saint-Germain de Bourgueil, gardienne du passé

     

    Jugement de l'abbé Rué....


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :