• Jean Gâté....

     

     

                    Jean Gâté de la Brosse,

            paroisse de Neuvy-en-Mauges. 

                        

     

     

      Jean Gâté....  Jean Gâté- Gasté est né le 26 avril 1763 et a été baptisé le 27 à Neuvy. Il est le fils de Jean Gâté laboureur et de Jeanne Robineau, le parrain a été ''Jean Gâté aÿeul de l'enfant, laboureur'' et la marraine Françoise Robineau épouse de Jean Froger. Il épouse le 8 frimaire an 4 (29 novembre 1795) à Neuvy, Marie Robin née à Neuvy le 28 octobre 1766 ; fille de Pierre Robin Boulanger-voiturier et de Marie Oger, décédée à Jallais le 8 mai 1840. 

      En 1793 il prend les armes dans l'Armée Catholique et Royale et sert en qualité de capitaine dans la Division de Chemillé, 1ère compagnie de Neuvy-en-Mauges. Il est très grièvement blessé à l'affaire de Chavagnes et de Saint-Pierre-de-Chemillé. 

     

      Jean Gâté dépose une demande de pension le 24 février 1824 à Jallais.

     

      « Jallais le vingt février mil huit cent vingt quatre, A son Excellence Monseigneur le Secrétaire d'Etat au Département de la Guerre ;

     

    Monseigneur,

     

      A l'honneur de vous exposer, le nommé Gâté Jean, né commune de Neuvi, Maine et Loire, le 27 avril 1763. Et actuellement domicilié en celle de Jallais, arrondissement de Beaupréau, département de Maine et Loire ; de profession de tisserand. Qu'il a fait dans les armées Roÿales Vendéennes en qualité de capitaine, Division de Chemillé, 1ère Compagnie de Neuvi, à partir de 1793. Toutes les campagnes de la première guerre, et dans les Cent Jours, fut un des premiers à reprendre les armes pour coopérer à la restauration de l'auguste famille des Bourbons. 

      Qu'il a été grièvement blessé à l'affaire de Chavagnes au côté droit et pareillement à la cuisse gauche à celle de Saint Pierre de Chemillé, ainsi qu'il en résulte du certificat ci-joint signé des Sieurs Ardré et Daviers, tous les deux officier de santé reçus à la résidence de la susdite commune de Jallais qui déclarent que les blessures le mettent absolument hors d'état de travailler et de pourvoir à ses besoins. 

      Pourquoi Monseigneur, le sus dit réclamant supplie très humblement votre Excellence de venir au secours d'un fidèle Vendéen en le faisant jouir des bienfaits accordés par l'Ordonnance de sa Majesté du trois décembre dernier à tous ceux qui ont servi avec dévouement la cause sacrée du Trône et de l'Autel, et particulièrement aux blessés et indigents, vous remplierez infiniment les intentions de notre auguste souverain et délivrerez de la misère un sujet qui se glorifie d'avoir versé son sang dans les rangs des vrais Français guidés par l'amour de leur Roi et de son auguste famille. 

      Daignez, Monseigneur agréer les hommages respectueux de votre très humble et très obéissant serviteur et fidèle Vendéen.

     

    Signé : Gâté Jean.

     

      Un certificat de notoriété est établi le douze mai 1824.

     

      « Devant nous Julien, François Grimoux Juge de Paix du canton de Beaupréau quatrième arrondissement du Département de Maine et Loire assisté de notre greffier est comparu le nommé Jean Gâté, tisserand à Jallais, âgé de soixante un ans, capitaine de la première compagnie de Neuvi, division de Chemillé, lequel nous a exposé que pour participer aux secours promis par l'ordonnance du Roi du trois décembre dernier, il avait réuni devant nous les témoins ci-après nommés de la déclaration desquels il nous requéroit de rédiger acte conformément à la dite ordonnance et a signé :

     

    Gâté.

      Au même instant sont comparus :

     

    1° Monsieur Jean-René Cesbron, Chevallier de l'Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis, ancien colonel de la cavalerie Vendéenne âgé de soixante quatre ans, demeurant à la Morozière, commune de Neuvy.

    2° Le Sieur René Véron, capitaine de cavalerie de la division de Chemillé, tisserand, à Neuvi, âgé de cinquante deux ans.

    3° Le Sieur Pierre-Jean-Jacques Robin, tisserand à Neuvi, ancien courrier de l'armée de Stofflet.

      Lesquels nous ont déclaré et attesté que le dit Gâté ancien capitaine de la première compagnie de Neuvi a fait en cette qualité toutes les premières guerres de Vendée, qu'il a  montré la plus grande valeur, qu'à l'affaire de Chemillé en 93 après avoir eu la cuisse gauche traversée d'un coup de feu il eut encore la force et le courage de tirer sur l'ennemi quatorze coups de fusil, qu'ensuite après être guéri de sa blessure il reprit les armes, marcha à la tête de sa compagnie et reçu à l'affaire de Chavagnes même année un autre coup de feu qui lui traversa le côté droit ; que malgré ces blessures il reprit encore le commandement de sa compagnie et ne l'a quittée qu'à la pacification. Attestent en outre les dits témoins que dans la campagne de 1815 ayant eu occasion de reprendre les armes et de donner de nouvelles preuves de son ancienne valeur il fit partie des rassemblements auxquels se porta la commune de Jallais qu'il habitoit depuis sa sortie de Neuvi et donna l'exemple du plus brave soldat.

      Dont de tout quoi nous avons rédigé le présent acte à Beaupréau les jour et an sus dits et ont, les comparants signé avec nous et notre Greffier ».

     

    Signé : Cesbron Chevalier de Saint Louis Collonelle – René Véron - Pierre Robin - Grimoux et Gourdon greffier.

     

    Jean Gâté....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      Jean Gâté est décédé le 31 décembre 1829 à six heures du matin, à Jallais, à l'âge de 66 ans. Il était Procureur de Fabrique et adjoint de cette commune.

     

     Sources: Archives Départementales de Maine et Loire tous droits réservés – Dossiers Vendéens 1M9/176-  – Etats de services vue n°4 - Registres d'Etat civil de la commune de Neuvy-en-Mauges.  

     

     

                                                      X. Paquereau pour Chemins Secrets. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :