• Jean Gaboriau....

                              

    Jean Gaboriau, de Saint-Paul-en-Pareds 

    tué à la Mosnière le 31 janvier 1794. 

                

                 

     

    Jean Gaboriau, soldat de l'Armée Vendéenne est dit « tué à Lamaunière*, à Saint-Paul-en-Pareds, le 31 janvier 1794 à l'attaque d'une colonne mobile.»

     

    *La Mosnière ou La Monière ; La Mosnière du Pas. 

     

    Il n'est pas tout jeune pour prendre les armes, puisqu'il est âgé de cinquante six ans. C'est un homme déterminé et convaincu qui va s'opposer aux horreurs des colonnes républicaines.

     

    La Colonne Infernale de Grignon témoigne d'un zèle acharné à exécuter les ordres : « On suivait la colonne autant à la trace des cadavres qu'elle avait faits, qu'à la lueur des feux qu'elle avait allumés. »

     

    Le 31 janvier 1794, « De grand matin, Grignon quitte la Flocellière pour gagner les Herbiers. Sa colonne se divise en plusieurs parties au village de l'Epaud. L'une d'elles prend le chemin de Saint-Paul-en-Pareds, massacrant un groupe de Vendéens cachés dans le bois de la Bonnelière*, et tuant et incendiant les hameaux et fermes le long de leur chemin. Ce détachement parvient le soir à Saint-Paul-en-Pareds et enferme soixante douze personnes dans la cour du château. Après les avoir nourries, abreuvées et forcées à danser, ils les massacrent.... »

     

    * Curieusement, le logis de la Bonnelière de St Michel-Mont-Mercure échappe à l'incendie.

    Jean Gaboriau....

     

    Plusieurs Vendéens sont également tués au logis de la Barbère. Photo du lieu, ci-dessous :

    Jean Gaboriau....

     

    C'est donc en fin d'après midi, ce 31 janvier 1794, que Jean Gaboriau est tué, s'est-il opposé à la colonne de Grignon près de chez lui, à la Monière avec un groupe de combattants Vendéens ? Nous n'en saurons pas plus, les archives restant muettes à ce sujet.

    Jean Gaboriau....

     

    Jean Gaboriau est né le 8 avril 1738 aux Herbiers. Il est le fils de Mathurin Gaboriau et de Françoise Pasquier. Veuf, il épouse le 28 novembre 1786 à Saint-Paul-en-Pareds Perrine Libaud-Libeau, née le 5 juin 1764 aux Herbiers, fille de René Libaud et de Perrine Pasquier. (vue n°23/68 année 1786). En 1794 il est fermier à la Monière, près du logis des Noyers.

    De cette deuxième union sont issus :

     

    1° Marie-Jeanne Gaboriau, née le 19 décembre 1787, la Monière à St Paul-en-Pareds.

        (vue n°33/68 année 1787).

    2° Perrine Gaboriau, née le 4 novembre 1790 à St Paul-den-Pareds. (Vue n°62/68

         année 1790).) 

    3° Louise Gaboriau, née le 3 avril 1793 à St Paul-en-Pareds (vue n° 2/7 année 1793, registre clandestin).

     

      Le 20 mai 1820, Perrine Libeau dépose une demande de pension :       

     

    « N°813– Libeau Perrine,  née le 4 juin 1764 aux Herbiers, veuve de Gaboriau Jean, soldat de l'Armée Vendéenne, tué à Lamaunière, le 31 janvier 1794, à l'attaque d'une colonne mobile, fermière à Saint-Paul-en-Pareds, cinq enfants, proposée pour une pension de cinquante francs   » (Vue n°5/10 du 20 mai 1820 SHD XU 39-9).

     

     

    Sources:   Archives Départementales de la Vendée tous droits réservés. Dossiers de pensions, - vue n°5/10, SHD XU 39.9 du 20 mai 1820 – Registres d'état civil de communes de Saint-Paul-en-Pareds, Les Herbiers – Cadastre  de 1838 de St Paul-en-Pared, vue n° 1/1  La Mosnière-du-Pas - Les 12 Colonnes Infernales de Turreau de Pierre-Marie Gaborit et de Nicolas Delahaye éditions Pays et Terroirs, 1995 -  Itinéraires de la Vendée Militaire  Doré-Graslin éditions Garnier  1979, page 115 - Photo du logis de la Barbère de Louis-Marie Caillaud ; du château de Saint-Paul en Pareds de Vendéens et Chouans – Photo de l'auteur. 

                                                                    

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :