• Jean Cholloux....

                         

    Jean Cholloux du Voide.

     

               

                                     

    Jean Cholloux....Jean Cholloux est né le 4 mars 1785 au Voide. Il est le fils de Noël Cholloux, journalier vigneron et de  Marie Defois, mariés le 15 février 1776 au Voide.

    Cette famille sera décimée en 1793.

     

    1° Noël Cholloux, massacré dans sa maison.

    2° Marie Defois, massacrée, idem.

      Enfants :

    3° Bénonie, Jean Cholloux, né le 30 décembre 1777, massacré.

    4° Pierre Cholloux, né le 23 juin 1778 au Voide, rescapé.

    5° Noël Cholloux, né le 16 novembre 1779, † le 20 février 1785 Le Voide.

    6° Marie Cholloux, née le 29 août 1781, massacrée.

    7° Jean Cholloux, né le 4 mars 1785 le Voide, rescapé.

    8° Noël Cholloux, né le 19 janvier 1789 au Voide, massacré.

    9° René Cholloux, né le 25 février 1791 au Voide, massacré.

     

    Et d'autres enfants non identifiés, car Jean Cholloux nous dit qu'il a perdu ses parents et six frères et sœurs massacrés en 1793 dans leur maison par les Républicains. Il a suivi un frère aîné au combat, il doit s'agir de Pierre Cholloux, vivant en 1829, agriculteur, cantonnier à Coron.

    Il se marie le 6 février 1816 au Voide avec Marie Chenuau, fille de Pierre Chenuau et de Perrine Girardeau de Thouarcé.

    Jean Cholloux est décédé au village de la Cave au Voide, le 31 mars 1829.

    En 1815, il participe aux combats de Saint-Gilles, Bégrolle, Rocheservière, le Pont-Barré, les Echaubrognes ; sous les ordres du Général de La Rochejacquelein, d'Autichamp, de la Sorinière et de Cambourg. Il est blessé par balle à la jambe droite et au pied droit au combat de ''Chaubrognes'' où il est resté sur le champ de bataille.

     

    « En 1793 a appris que son père et sa mère ainsi que six de ses frères et sœurs furent massacré en leur maison ; il prit le parti de suivre son frère aîné à l'armée où il fut pris et emmené prisonnier. Les blessures reçues dans les 100 jours le réduisent à ne pouvoir gagner sa vie, ce qui le réduit dans une affreuse misère et à la mendicité. »

     

    Le 19 mai 1825 il dépose une demande de pension dont la teneur suit :

    « A Monsieur le Préfet de Maine et Loire,

     

    Cholloux Jean, journallier, demeurant en la commune du Voide, en votre département vous expose :

     

    Monsieur, qu'en 1793, son père et sa mère, ainsi que six de ses frères et sœurs furent massacrés par les révolutionnaires ; il prit le parti de suivre son frère aîné qui faisait partie de l'armée royale dite de la Vendée, mais que n'ayant pu se sauvé dans une déroute que l'Armée Royal eût, il fut pris et emmené prisonnier, que s'il n'a pas été fusilier c'est son âge qui en fût cause ; qu'en 1815, son zèle et son dévouement lui fit prendre les armes pour le soutient de la cause sacrée du trône et de l'autel ; qu'il s'est trouvé dans presque tous les combats qui se sont donné notamment l'affaire de Chaubrogne où il reçut trois blessures grave, qu'il resta sur le champ de bataille ; Que depuis il ne s'est plus bien porté, qu'il est chargé de quatre enfants qui sont obligé d'aller cherché leur pain.

    Ce considéré, Monsieur, il supplie instamment votre zèle et votre attachement à la royauté de le ranger dans la case nécessiteuse comme mendiant, en le faisant jouir des bienfaits de sa Majesté et de ses fidèles sujets. Ce qu'octroyant vous adoucirez le malheur d'un pauvre indigent.

    Nous maire de la commune du Voide, certifie que Cholloux Jean nous a déclaré ne savoir signé. Enregistré par nous maire soussigné, sous la date du dix neuf mai présente année, enregistré séant à la mairie (n°28), à la mairie du Voide le 19 mai 1825. 

    signé : Souchet, maire. »

    Jean Cholloux....

     

     

    Sources:     

    -Archives Départementales de Maine-et-Loire, tous droits réservés - -Dossiers Vendéens -1M9/112. 

    -Registres d'Etat civil du Voide. 

    -Photo: de l'auteur. 

                                                 

     

     Xavier Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :