• Jacques Rivereau....

     

                                                      

    Jacques Rivereau de la Chapelle-Saint-Florent... 

    sa mère, sa femme et ses quatre enfants massacrés.

     

     

     

      Jacques Rivereau.... Nos pères ont vu et vécu des événements effroyables... A titre d'exemple, le témoignage d'une survivante du massacre de Beaufou, Marie Trichet : ''Juste un petit bout de papier dans la main d'un enfant assassiné''... cela résume à merveille ce qu'est réellement la République.

     

      « Voilà que les hommes arrivent au même moment. Ils apportaient le corps du petit de quatre ans que sa malheureuse mère avait délaissé dans sa fuite ; Les Bleus l'avaient attrapé ; ils lui avaient percé la gorge avec un sabre et passé un bois dans le trou, puis ils l'avaient planté, en place de barrière, sur le bord du chemin. Dans sa petite main crispée par les tortures de la mort, ils avaient mis un papier où il y avait écrit : Vive la République ». A cette vue, les hommes reculèrent d'abord d'épouvante. Est-il possible qu'il y ait sur terre des monstres pareils ? Quel tort un enfant pauvre âgé de quatre ans pouvait-il causer à la République ? Là, trois femmes tombèrent sans connaissance. L'un des gars présents, qui était un parrain du petit martyr, prit le corps sur ses genoux jusqu'au moment de l'ensevelir. Après un moment, les hommes amenèrent la malheureuse mère, qu'ils rencontrèrent avec la petite blottie derrière la grange. Elle ne parlait pas. Elle paraissait tout effarée. On lui cacha le corps du petit et elle sembla ne rien comprendre à ce qui se passait. Elle était devenue folle... ».

     

      Jacques Rivereau-Riverau est né et a été baptisé le 18 décembre 1758 à La Chapelle-Saint-Florent. Il est le fils de René Riverau, métayer à  La Haute Binière et de Michelle ChatenierChateigner. Le parrain a été  Jacques Rivereau et la Marraine Catherine Chatenier. En 1793 il prend les armes dans l'Armée Catholique et Royale et voici ce qu'il nous dit dans sa demande de pension, le 12 juin 1824 :

     

      « Le 12 juin 1824, mairie de la Chapelle Saint Florent. Jacques Riverau, laboureur ancien soldat dans les armées royales de l'Ouest demeurant à la Clargerie* commune de la Chapelle Saint Florent.

     

    À son Excellence le Ministre de la Guerre. Monseigneur, J'ai l'honneur de vous exposer que dès le principal comancement de la guerre de la Vendée j'ai prix les armes pour le rétablissement du trône et de l'autel en 1793. Je été nommé chef d'un poste sur la rive de la Loire, je n'ai cessé de combatre tant que la guerre a duré. J'ai repris les armes dans chaque ocassion ou les intérests du trône l'ont exigé ; notamment en 1793. Je été blessé grièvement à la jambe gauche d'une bale à l'affaire de Thouars qui aujourd'hui me jaine beaucoup pour travailler ; J'ai eu ma mère, ma femme et quatre enfants tué par la troupe républiquaine enfin je sui aujourd'hui dans l'indigence sans auqu'un secours. Dans cette malheureuse situation j'ose m'adresser à vous Monseigneur pour vous prier de proposer à sa Majesté de m'accorder une pension a défaut d'extrait de contrôle, j'ai en secours un acte de notoriété du juge de Paix pour constater ma blessure. Je joint aussi au présent les autres pièces exigées par l'Ordonnance du Roi du trois décembre dernier ».

     

     * Clergerie

     

    Jacques Riverau signe d'une croix car il ne sait pas écrire.

     

      Le certificat de notoriété nous informe qu'il a été blessé par balle à la jambe gauche à la prise de Thouars le 5 mai 1793 et qu'il a eu sa mère, sa femme et quatre enfants tués dans une forêt à la même époque, sans plus de précisions. 

      Ces six victimes ne figurent pas dans les registres de décès de la Chapelle-Saint-Florent pour cette période, ni dans la liste des victimes de la forêt de Leppo, la forêt de Leppo se situant à une dizaine de kilomètres de la Clergerie... Le mystère reste entier sur le lieu du massacre. 

    Jacques Rivereau....

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      Alors il nous reste à rechercher l'identité de ces six martyrs.

     

      Jacques Rivereau épouse le 30 janvier 1788 à Bouzillé Julienne Toublanc, âgée de 25 ans, fille de René Toublanc, métayer à la Bourgonnière et de Marie Bourget. Julienne est née le 4 octobre 1761 dans la paroisse de Bouzillé. De ce mariage sont issus quatre enfants : 

      Nous ne pourrons identifier que quatre victimes, les registres d'état civil étant incomplets pour cette période.

     

      Ont été massacrés en haine de la foi en 1793-1794: 

      1° Michelle Chateigner, âgée d'environ 67 ans, mère de Jacques Rivereau, née le 9 février 1726 à la Loge du Couet à la Chapelle-Saint-Florent. 

      2° Julienne Toublanc, âgée d'environ 32 ans, son épouse. 

      3° René Rivereau, né le 15 novembre 1788 à La Chapelle-Saint-Florent, âgé d'environ 6 ans. 

         

      4° Charles Rivereau, né le 2 avril 1790 à la Chapelle-Saint-Florent, âgé d'environ 4 ans. 

      5° ????? Rivereau, âgé d'environ 2 ans. 

      6° ????? Rivereau, âgé de quelques mois.

     

      Et aussi dans la liste chronologique des décès de la Chapelle-Saint-Florent, deux frères de Jacques Rivereau :

     

      1° Charles Rivereau, le 20 nivôse an 2 ''A été pris et conduit à Nantes où il a été fait mourir'' (vue n°7) registres chronologique des décès de la Chapelle-Saint-Florent). 

      2° Jean Rivereau, époux de Jeanne Biotteau + le 9 nivôse an 2, âgé de 39 ans (vue n°8) des décès. Un Jean Rivereau, il doit s'agir du même ''ont également péris à Nantes Jean Rivereau, 36 ans métayer et Jacques Biotteau, 26 ans''. 

     

      Jacques Rivereau a épousé, en deuxième noce, pendant la ''pacification'', Marie Bosseau, née le 24 avril 1759 à Saint-Laurent-du-Mottay, fille de Mathurin Bosseau, métayer et de Renée Gaudin.  

      Le 5 janvier 1842 est décédé à la Clergerie Jacques Rivereau suivi par Marie Bosseau, le 30 janvier 1842.

     

     

    Sources: Archives Départementales de Maine et Loire tous droits réservés – Dossiers Vendéens 1M9/316 - Jacques Riverau- Registres d'Etat civil de la commune de la Chapelle-Saint-Florent et Bouzillé, le Mesnil-en-Vallée. La Vendée du Génocide au Mémoricide de Reynald Secher- Photo de l'auteur. 

                                                         

     

    Xavier Paquereau pour Chemins Secrets 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :